Ouvrir la recherche
Attention, cet article a été publié le 22/09/2017, il est possible que son contenu soit obsolète.
Actualité

500 lombricomposteurs offerts aux Parisiens

Mise à jour le 29/05/2019
Une nouvelle campagne de don de lombricomposteurs individuels, organisée par la Ville de Paris, en partenariat avec le Syctom a lieu lors de la Semaine européenne du développement durable (SEDD) du 28 mai au 3 juin 2019 à la mairie du 2e. Cinq cents Parisiens qui s'étaient inscrits, vont bénéficier, cette année encore, du dispositif.
Le Plan Compost parisien 2016-2020 voté au Conseil de Paris en 2017 a réaffirmé l’ambition de la Ville de Paris de développer la pratique du compostage dans la capitale. Il s’intègre dans la stratégie « Zéro déchet » destinée à réduire les quantités de déchets jetés, et parmi eux, les biodéchets. La Ville a également expérimenté la collecte des déchets alimentaires des ménages des 2e et 12e arrondissements et élargira cette collecte au 19e arrondissement à la rentrée 2019.
Posséder un lombricomposteur permet à chacun de réduire la quantité de déchets jetés dans la poubelle verte, tout en produisant un engrais riche favorisant la croissance des végétaux.
Les Parisiennes et Parisiens pourront s’inscrire à la prochaine campagne d’inscription se déroulant dès la rentrée 2019. Lors de la dernière campagne, les Parisiens ont été plus de 4.000 à s’inscrire.
Initiées en 2017 lors de la Semaine européenne de réduction des déchets (SERD), ces campagnes de don de lombricomposteurs s'inscrivent dans le cadre du programme d’actions du Plan Compost parisien 2016-2020 qui a été adopté au Conseil de Paris de janvier 2017.
En complément de cet événement parisien, des campagnes localisées sont également organisées par plusieurs mairies d’arrondissement afin de satisfaire un maximum d’usagers volontaires dans cette démarche. Pour en savoir davantage, il est nécessaire de vous rapprocher de votre mairie d’arrondissement.
Lombricomposteur
Lombricomposteur
Mairie de Paris
Bon à savoir

Un seul kit de lombricompostage est distribué par foyer.Le modèle choisi par la Ville mesure environ L39*l39*H78 cm et comporte 3 plateaux permettant d’optimiser le fonctionnement du dispositif. Les vers circulent librement d’un plateau à l’autre pour accéder aux déchets frais qui se trouvent sur le plateau supérieur, laissant aux déchets des étages inférieurs le temps d’être complètement transformés en compost.Nous attirons votre attention sur le fait que la Ville de Paris ne collectera pas le compost ni l’engrais liquide produits chez les particuliers, l’usage reste sous votre responsabilité.Un lombricomposteur contient des êtres vivants. Il requiert donc une présence pendant les périodes d’absence supérieures à quatre semaines car les vers ont besoin d’être nourris.Les vers sont sensibles à la température : ils craignent le gel et les températures supérieures à 35°. Il faudra donc veiller à placer le lombricomposteur dans un environnement adapté, idéalement entre 17°C et 25°C (cuisine, balcon, cave, garage… selon la saison).Évitez d’y déposer toute protéine animale (viande, poisson, laitage), pain, pâtes, riz, agrumes et déchets verts de jardin.S’il advient que la population de vers meurt, il est de la responsabilité du détenteur de trouver une solution pour relancer son lombricomposteur (don de vers entre particuliers, ferme lombricole…).Les vers à compost ne sont pas fournis au moment de la récupération de votre lombricomposteur. Un délai de deux à cinq semaines est à prévoir pour les recevoir, en conséquence la mise en fonctionnement de votre lombricomposteur ne sera pas immédiate.

Retour sur les campagnes de don de 2018

Deux campagnes de don de lombricomposteurs individuels ont eu lieu en 2018, la première en mars au chai de Bercy et la seconde en novembre au Parc Floral. Après une inscription en ligne sur le site, les premiers inscrits ont été avertis et ont récupéré leur lombricomposteur individuel. Venus à pied, armés d'un cabas à roulettes pour rapporter l'objet, ou à vélo, ils sont enthousiastes, et surtout plein de bonne volonté. En y déposant ses déchets de cuisine et du carton, Marie, compte ainsi réduire ses déchets de moitié. Pour Vincent, l'idée est aussi d'éduquer ses deux jeunes enfants: "Cela rend le tri ludique, on ne jette plus, on donne à manger aux vers!"
Tous sont déjà sensibilisés à la question du tri et de l'environnement, et sont impatients de pouvoir "en faire plus". Les bénéficiaires habitent tous Paris et ont dû identifier des débouchés sur place pour le lombricompost et l’engrais liquide produits : balcon, terrasse, plantes en pot… en effet, il n'y aura pas de reprise du compost créé par la Ville de Paris.
Après une rapide formation par Thierry Sin, consultant et formateur en (lombri)compostage, chacun repart avec son bac, compact et résistant, adapté pour un foyer de 3 à 4 personnes et un mode d'emploi. La mise en place du compost est progressive, il faut d'abord créer la matière organique. Les vers arriveront plus tard, par la voie postale. "Vous verrez, on s'y attache à ces petites bêtes !", prévient Thierry. D'autant qu'elles sont relativement autonomes, et peuvent ne pas être nourries pendant deux à trois semaines. De quoi convaincre les plus réticents.
Lombricomposteurs distribués aux Parisien.ne.s
Antoinette Guhl/ Mairie de Paris

C'est quoi le lombricompostage?

Cette campagne de don de lombricomposteurs s’inscrit pleinement dans l’engagement de la Ville de Paris en faveur du compostage urbain.
Cet engagement a été initié en 2010 avec un dispositif de soutien "clé en main" au compostage collectif en pied d’immeuble, élargi avec l’installation de composteurs de quartiers dès 2015, puis confirmé avec cette proposition de mise à disposition de lombricomposteurs individuels, comme troisième mode de compostage urbain.
Le Plan Compost parisien 2016-2020, voté au Conseil de Paris en janvier 2017, est l’occasion d’affirmer l’ambition de la Ville de Paris de développer la pratique du compostage dans la capitale, sous toutes ses formes.
Il s’inscrit dans la stratégie "Zéro déchet" destinée à réduire les quantités de déchets valorisables jetés, et parmi eux les déchets alimentaires. Il s’agit tout d’abord de réduire le gaspillage alimentaire et ensuite de valoriser les déchets résiduels par le compostage.
Les 23% de déchets organiques humides présents dans les poubelles des ménages parisiens sont aujourd’hui enfouis ou incinérés tandis qu’ils pourraient être valorisés et rendus à la terre. C’est l'ambition de la Ville de Paris avec cette distribution de lombricomposteurs individuels.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.