Ouvrir la recherche
Attention, cet article a été publié le 08/09/2016, il est possible que son contenu soit obsolète.
Actualité

De nombreux soutiens à la piétonnisation des Berges Rive droite

Mise à jour le 14/09/2016
Depuis son annonce, de nombreuses personnalités ont apporté leur soutien au projet de piétonnisation des Berges Rive droite.
Les professionnels de la santé, notamment, sont nombreux à se mobiliser pour ce projet, essentiel pour la santé des Parisiens et des Franciliens. Cinq spécialistes des maladies respiratoires ont ainsi lancé un véritable cri d'alarme dans le Journal du Dimanche du 11 septembre 2016. Le professeur Bruno Housset, pneumologue, chef du service de pneumologie au centre hospitalier intercommunal de Créteil et président de la Fondation du souffle, le professeur Jocelyne Just, pneumopédiatre, cheffe du service d’allergologie pédiatrique, hôpital Armand-Trousseau, Présidente de la Société française d'allergologie, le professeur Thomas Similowski, pneumologue, chef du service de pneumologie et réanimation médicale, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière-Charles-Foix, président du Fonds de recherche en santé respiratoire; le docteur Gilles Dixsaut, médecin hospitalier, APHP, président du Comité de Paris contre les maladies respiratoires et le professeur Alexandre Duguet, pneumologue, vice-doyen de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie Paris 6 rappellent qu'à "l’échelle de la Métropole, ce sont 6600 décès qui seraient évitables chaque année". Ils appellent d'une seule voix à "des décisions courageuses pour tout simplement sauver des vies".
Olivier Blond, président de l’association Respire, membre du conseil d’administration d’AirParif s'est par ailleurs élevé contre l'utilisation erronée des données Airparif pour leur "faire dire exactement le contraire de ce qui est écrit". "L’ironie de la situation, c’est qu’un certain nombre de ceux qui en appellent aujourd’hui aux résultats d’AirParif ont récemment coupé ses crédits: c’est le cas des départements des Yvelines, des Hauts-de-Seine et de Seine-et-Marne", ajoute-t-il dans une tribune publiée dans Le Monde.

Des décisions courageuses doivent être prises pour tout simplement sauver des vies.

Appel de pneumologues
en faveur de la piétonnisation des Berges
Le 29 août, Olivier Blond avait déjà, aux côtés de Corinne Lepage, avocate, ancienne députée européenne Cap21, ancienne ministre de l'Environnement, Yann Arthus-Bertrand, photographe, reporter, documentariste et écologiste et Cyril Dion, cofondateur du mouvement Colibris et de la revue Kaizen, co-signé une tribune dans le Huffington Post pour souligner la nécessité de mener à bien cette entreprise de "réappropriation des Berges": "Il est regrettable de s'arc-bouter sur une vision passéiste des transports à l'heure où les mobilités évoluent rapidement grâce au numérique, entre voiture partagée et mobilités douces. Et ce n'est pas une question de bobos contre les banlieusards: la pollution tue 6500 personnes par an sur la Métropole du Grand Paris, c'est-à-dire d'un côté et de l'autre du périphérique", peut-on notamment lire.
Dans la continuité de cette démarche, une pétition pour la piétonnisation a été lancée sur le site Change.org. Elle regroupe plus de 3.000 signatures.
A travers le monde, de nombreux maires se sont eux aussi engagés pour le projet, le plus souvent à travers les réseaux sociaux. Découvrez-les dans le diaporama ci-dessous. Lors d'un déplacement à Paris le 1er septembre, Sadiq Khan, le maire de Londres, avait par ailleurs lui aussi salué cette piétonisation et souligné qu’il prévoyait de piétonniser plusieurs rues de Londres dans le même esprit et avec le même objectif d’amélioration de la qualité de l’air. 

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.