Ouvrir la recherche
Actualité

Cycloplombier, des artisans à vélo cargo

Mise à jour le 28/04/2021
Les plombiers de cette petite entreprise parisienne dépannent uniquement en vélo cargo électrique. Un mode de transport rapide, sans contrainte de stationnement et écologique.
Ses premiers coups de pédale, il les a faits sur un vélo mécanique. En 2015, lorsqu’il crée Cycloplombier, dans le 19e arrondissement, Ellian Alluin utilise d’abord « un ancien vélo de postier, acheté à une association ». Mais les déplacements sur les pentes du nord-est parisien s’avèrent vite épuisants : « J’ai perdu 8 kilos en quelques mois, raconte-t-il. J’ai rapidement eu l'idée d'acquérir un vélo cargo électrique. J'ai donc lancé un financement participatif pour acheter un véhicule ».
Elian Alluin, fondateur de Cycloplombier
Cycloplombier et Upian
Sept ans après, l’aventure continue pour ce pionnier du vélo cargo, qui s’est spécialisé dans le dépannage, et emploie désormais trois plombiers. L’entreprise vient même de lancer un nouvel appel à financement participatif pour pouvoir louer un nouveau local, plus central, dans le 11e arrondissement. « Cela nous permettra d’être à 25 minutes des portes de Paris et de pouvoir intervenir en petite couronne », détaille-t-il.

Le vélo cargo, c’est d’abord du bon sens. On ne pollue pas en se déplaçant, on ne se pose pas la question du stationnement, on peut emprunter le réseau des pistes cyclables et on n’a pas de frais d’essence.

Ellian Alluin
Fondateur de Cycloplombier
Le vélo cargo ? Une évidence pour se déplacer rapidement dans la capitale. « Le vélo cargo, c’est d’abord du bon sens. On ne pollue pas en se déplaçant, on ne se pose pas la question du stationnement - même si des emplacements spécifiquement dédiés aux vélos cargos pourraient être créés, on peut emprunter le réseau des pistes cyclables, on n’a pas de frais d’essence et l’entretien d’un vélo cargo ne coûte pas plus de 500 euros par an ».
L’achat d’un vélo cargo électrique -un véhicule qui coûte plusieurs milliers d’euros- est également soutenu par la Ville de Paris, avec une aide spécifique pouvant s’élever jusqu’à 1200 euros pour les professionnels.

Les vélos transportent jusqu’à 210 kilos

Mais peut-on transporter tout le matériel à vélo ? Se passer d'une camionnette ? Oui, répond Ellian Alluin. Les vélos cargos utilisés par Cycloplombier peuvent transporter jusqu’à 210 kilos, et l’entreprise réfléchit à l’achat de remorques, permettant, par exemple, d’embarquer des ballons d’eau chaude.
Peu à peu, le vélo cargo est adopté par de plus en plus d'artisans. « Les mentalités évoluent, estime Ellian Alluin, membre du réseau national « Les Boites à vélo ». Dans de nombreuses villes de province, comme Annecy ou Montpellier, les plombiers à vélo existent déjà. Même les fournisseurs de matériel se mettent progressivement à ce mode de transport ».
Pour le jeune entrepreneur, l’usage du vélo permet également de redorer le blason d'un métier manuel qui souffre encore trop d'une mauvaise image. « Je reçois de nombreuses candidatures de personnes en reconversion, précise-t-il. J'aimerais aussi recruter des plombières mais le métier reste encore très majoritairement masculin» .
« Les Boîtes à vélo »
L’association « Les Boîtes à vélo » encourage et soutient l’entrepreneuriat à vélo en France. Elle poursuit un objectif non partisan, d’utilité sociale et d’intérêt général visant à promouvoir l’usage du vélo comme mode de déplacement professionnel principal. >>Plus d'infos sur l'association
Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations