Ouvrir la recherche
Reportage

Balade au vert à la maison de Balzac

Mise à jour le 02/09/2019
Nichée sur les coteaux de Passy, rue Raynouard dans le 16e, la maison de Balzac est la seule des demeures parisiennes du romancier qui subsiste encore. Elle est devenue propriété de la Ville de Paris en 1949 et transformée en musée en 1960. En 2019, après des travaux de rénovation et d'accessibilité, elle accueille à nouveau les curieux du titanesque travail de l'auteur de "La Comédie humaine". Visite.
Honoré de Balzac vécut dans cette maison de 1840 à 1847. C'est ici, dans son petit cabinet de travail, attablé à son minuscule bureau en bois, qu'il a corrigé et construit peu à peu l'ensemble de La Comédie humaine, soit près de 90 œuvres, dans une construction audacieuse qu'il comparait à la celle d'une cathédrale.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Si la maison a gardé son aspect d'origine, il faut imaginer qu'en 1840, le lieu était la dépendance d'un hôtel particulier érigé au milieu de vignes et d'un décor bucolique. Car ici ce n'était pas encore Paris mais le village de Passy, longtemps lieu de villégiature où dans les belles demeures bourgeoises on venait profiter de la campagne. Là où vivait Balzac était le dernier étage d'une maison qui en comptait trois et où vivaient aussi des ouvriers. Elle avait ainsi une autre entrée, en contrebas, dans la rue Berton, rue étroite et pavée qui descendait jusqu'à la Seine. Superbement décrite par Guillaume Apollinaire dans le chapitre "Souvenir d’Auteuil" du Flâneur des deux rives, la rue a gardé son caractère verdoyant et insolite.

Les pierres que l'on me jette seront les premières de mon piédestal.

Honoré de Balzac
Balzac vécut là, reclus, avec pour seule compagne sa gouvernante et peut-être amante, madame de Brugnol, dont il prit d'ailleurs le nom. Il se cachait de ses créanciers et de la Garde nationale dans laquelle il ne voulait pas s'engager.
Au bout de la rue, au niveau de la rue d’Ankara, se trouve l'Hôtel de Lamballe construit au XVIIe siècle et acheté en 1784 par la princesse de Lamballe, amie intime de la Reine Marie-Antoinette et qui abrite aujourd’hui l’Ambassade de Turquie. En 1846, cet hôtel fut la maison asile du docteur Blanche, qui accueillit entre autres, le poète Gérard de Nerval ou l’écrivain Guy de Maupassant.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Les travaux de la maison ont beaucoup fait pour recréer un jardin à l'atmosphère d'une grand sérénité où les visiteurs peuvent se poser et profiter d'une vue imprenable sur la Tour Eiffel, voisine. Et bonus, dès fin septembre ouvrira un salon de thé avec terrasse, dans la verdure. Par ailleurs, pour favoriser l'accès qui se faisait jusque-là par un escalier, l'entrée du musée a été déplacée et un bâtiment a été construit qui accueille une entrée plus spacieuse, dotée d'une librairie et d'un ascenseur.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
La maison est petite avec ses cinq pièces, et du mobilier d'origine, il ne reste rien. À deux exceptions : le bureau de l'écrivain où l'on pourra voir les traces de ses plumes et un manteau de cheminée qu'il avait acquis croyant à une œuvre d'art. Celui-ci retrouvé dans une famille en Belgique, il y a quelques années, a été acquis par le musée et expertisé comme un travail en bois peu précieux d'un ébéniste de l'époque.
Il ne faut donc pas s'attendre à découvrir un décor habituel de maison d'écrivain. Le parti pris du conservateur du musée a plutôt été de faire entrer dans l'œuvre de l'auteur et de donner envie d'en repartir avec quelques prévisions de lectures au choix des 90 romans ou nouvelles, sorties de l'imagination débordante de l'auteur mais aussi de sa volonté décrire l'analyse sociologique de la société de son époque.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Ainsi, le musée présente tour à tour qui était l'écrivain en le montrant tel qu'il a été vu, représenté voire fantasmé. S'ensuit une salle sur l'écriture de ce travailleur acharné, compulsif et intarissable, absolutiste des mots, comme le montre ses corrections multiples et incessantes de ses œuvres, même une fois éditées. On y découvrira d'ailleurs sa cafetière en porcelaine de Limoges, blanche et rouge, posée sur sa chaufferette, qui servit des centaines de litres de café. Certains disent qu'il en buvait jusqu'à 50 tasses par jour et bien serrées. C'était son carburant pour délier sa prose.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
On sera aussi ébloui par le schéma de son œuvre, présenté dans une autre salle avec les œuvres écrites et toutes celles qui étaient prévues mais qu'il n'aura pas le temps de concevoir, mort jeune à 50 ans. À l'image d'un bâtisseur, son œuvre se déploie comme les plans d'une cathédrale. On en trouve l'idée dans sa correspondance, en janvier 1845 : "Vous ne vous figurez pas ce que c’est que La Comédie humaine ; c’est plus vaste, littérairement parlant, que la cathédrale de Bourges architecturalement."
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Enfin, une salle présente la multitude des personnages de ses romans, en exposant les plaques en bois gravé dont certaines originales de Gustave Doré, qui servirent à illustrer ses parutions. On y verra aussi une partie de la collection des plaques de l'illustrateur Charles Huard qui à partir de 1912, entreprend de représenter les 2 000 personnages de La Comédie humaine.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Deux mille personnages d'un auteur qui travaillait presque comme un biologiste analysant des biotypes : « le Parisien moyen », « la vieille fille de province » à l'aide d'immenses descriptions du milieu où vit son personnage, analysant sa ville, son quartier, sa rue, sa maison pour enfin arriver par exemple, à la chambre d’Eugénie Grandet et enfin à Eugénie "la petite bête" en plein milieu.
Maison de Balzac, rue Raynouard Paris 16e.
Guillaume Bontemps / ville de Paris
Le pari est gagné pour le musée car en sortant des lieux, l'envie est là de se replonger dans la prose exubérante de cet auteur, même si le souvenir de sa lecture au collège a pu laisser chez certains le goût d'un irrépressible ennui. Mais ici et aujourd'hui, dans cette maison, la passion des conservateurs qui prévoient des animations – contes, ateliers d'écriture, intervention de comédiens – pour les élèves ou les plus petits, saura prodiguer des conseils de lecture, et proposer plutôt que de commencer par Le Père Goriot, d'aborder Balzac par des œuvres plus courtes et plus directement dans l'action, comme "La maison du chat-qui-pelote", "L'Adieu" ou la très drôle "Histoire du curé de Tours". Et pourquoi pas lire Balzac dans son jardin, au soleil de septembre ?
Maison de Balzac, exposition "Balzac et Grandville, une fantaisie mordante".
maison de Balzac
Le musée est ouvert gratuitement jusqu'à la prochaine exposition, du 26 septembre au 13 janvier qui mettra en lumière les liens de Balzac avec le dessinateur Grandville qu'il rencontre dans les salles de presse des journaux. Car avant de devenir écrivain, Balzac a été journaliste. Il participe ainsi en décembre 1829 à La Silhouette et contribue très largement au lancement du journal La Caricature. Cette collaboration lui permet de rencontrer Grandville, dessinateur alors connu pour ses caricatures animalières.
Pratique
Maison de Balzac
47, rue Raynouard, Paris 16e
Téléphone : +33 (0)1 55 74 41 80
Heures d'ouverture du musée : du mardi au dimanche de 10h à 18h sauf certains jours fériés
Tout sur l'exposition "Balzac et Grandville, une fantaisie mordante"
Un merci particulier pour la visite, à Séverine Maréchal, adjointe au conservateur de la Maison de Balzac.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.