Ouvrir la recherche
Entretien

À la Goutte d'Or, "on produit le meilleur masque possible pour les Parisiens"

Mise à jour le 29/04/2020
La coopérative "La Fabrique de la Goutte d’Or" (18e) conçoit des masques en tissu depuis quelques semaines, pour préparer la sortie de confinement lié à l'épidémie de coronavirus. Luc Dognin, président de l'association des professionnels de la mode et du design du quartier, nous en explique ses origines et son fonctionnement.
Pourquoi ne pas fabriquer localement des masques plutôt que de les importer ? Alors que la Ville de Paris a annoncé la fourniture de 2,2 millions de masques pour les Parisiens, le réseau des couturiers du quartier, unis en coopérative au sein de "La Fabrique de la Goutte d'or", s'organise pour répondre localement à cette demande. Les explications de Luc Dognin, président de l'association des professionnels de la mode et du design du quartier et lauréat du label "Fabriqué à Paris" en 2018.
Les couturiers de la Fabrique de la Goutte d'or
Les coopérateurs de la Fabrique de la Goutte d'or. Au fond, à gauche, Luc Dognin.
DR

Comment est née cette initiative ?

Dès le début de l'épidémie, j'ai pensé que cela serait très dommage de ne pas fabriquer localement des masques, surtout que la région Île-de-France est l'une des plus touchées par le Covid-19. Je suis aussi convaincu que la crise actuelle est une crise de la délocalisation de nos industries. Je suis moi-même designer maroquinier et dans notre entreprise, fondée avec Rafik Mahiout, nous fabriquons intégralement les sacs dans notre atelier à la Goutte d'Or. Il y a également un enjeu économique : la production de masques doit créer des emplois locaux, rémunérés décemment. Cette crise peut être utile à tous les niveaux. Le "fabriqué à Paris" peut devenir très compétitif, car on réduit à la fois les coûts de transport et le coût écologique de la fabrication.

Quel type de masques fabriquez-vous?

L'atelier de la Fabrique de la Goutte d'or
L'atelier de la Fabrique de la Goutte d'or
DR
Nous avons débuté par la production de 2000 pièces pour un donneur d'ordre de la région lyonnaise, avec un modèle comprenant trois couches de tissu. Désormais, nous préparons un nouveau prototype avec une ou deux couches de tissu ou non tissé, dont un filtre homologué, pour un filtrage optimal. Ce modèle devrait être disponible à Paris dans les prochaines semaines. Notre but est de produire le meilleur masque possible pour les Parisiens et qu'ils puissent l'utiliser le plus longtemps possible.

Comment s'organise la production de ces masques ?

Notre idée est de faire fabriquer ces masques à prix coûtant par l'atelier mutualisé et les couturiers de la Fabrique de la Goutte d'or dans une démarche professionnelle. Ils seront stockés en lieu sûr au fur et à mesure de leur production. Le coût plus élevé de cette fabrication locale devrait être compensé par une meilleure articulation entre la chaîne de production et la conception du produit. Le plus difficile est de trouver la matière première dans l'Hexagone : celle-ci est française ou, à défaut, européenne

Quelles normes devez-vous respecter ?

On se réfère à l'AFNOR (Association française de normalisation) qui a édicté des recommandations très précises sur la fabrication, les matières à utiliser… Puis on envoie des masques à l'Institut français du textile-habillement (IFTH) qui les teste avant de les transmettre à la Direction générale de l'armement (DGA) pour leur homologation. Celle-ci est en cours pour une utilisation par le grand public.

Quels sont les conseils d'usage ?

Tout d'abord, je remarque que trop de personnes ne portent pas de manière correcte leur masque : ils le baissent pour parler au téléphone dans la rue, le touchent régulièrement… Ensuite, il ne faut pas oublier de le laver [pour un masque en tissu, ndlr] 30 minutes à 60 degrés après chaque utilisation. C'est essentiel.
Un référentiel AFNOR sur les masques
L'AFNOR met à disposition de tous un référentiel de fabrication de masques, dit « masques barrières ». Pensé pour les néofabricants de masques et les particuliers, il permet de concevoir un masque destiné à équiper toute la population saine et il complète la panoplie des gestes barrières indispensables face à l’épidémie de coronavirus.
> Télécharger le référentiel AFNOR
Précision : la coopérative ne vend pas elle-même des masques aux particuliers, elle les produit, à prix coûtant, pour des collectivités, des écoles, des entreprises…
Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.