Paris ouvre le débat sur la gratuité des transports

Anne Hidalgo missionne trois de ses adjoints pour mener une étude sur la question de la gratuité des transports en commun pour l’ensemble des citoyens. 

Réduire la place de la voiture individuelle polluante et développer des mobilités propres :  toutes les grandes métropoles dans le monde sont engagées sur ces deux sujets. Objectifs : améliorer la qualité de l'air et protéger la santé des citoyens.

Pour y parvenir, les transports en commun sont un outil essentiel.

La question de la gratuité des transports peut être l’une des clefs de la mobilité urbaine de demain

Anne Hidalgo,
maire de Paris

« La question de la gratuité des transports peut être l’une des clefs de la mobilité urbaine de demain, estime Anne Hidalgo. Elle mérite d'être posée, sans a priori et sans dogmatisme. J’ai décidé de charger trois de mes adjoints (Ndlr: Christophe Najdovski, Jean-Louis Missika et Emmanuel Grégoire) de conduire une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers, afin d’objectiver le débat ».

L'exemple allemand

L'Allemagne s'est déjà engagée dans un débat similaire : le gouvernement a proposé en février dernier d’étudier la mise en place de la gratuité dans cinq villes allemandes, notamment à Bonn (300.000 habitants) et Essen (600.000 habitants). D’autres villes d'Europe ont franchi le pas : Tallinn, capitale de l'Estonie, a instauré la gratuité des transports depuis 2013. 

Définir un modèle économique viable

L'étude parisienne se penchera sur le financement possible : « Il faudra en particulier évaluer s’il existe un modèle économique viable: rien ne dit aujourd’hui que cela est possible », souligne la maire de Paris. Elle rappelle que « la gratuité pour l’usager implique forcément d’identifier d’autres sources de financement pour supporter le coût des transports en commun ».

Quelles sont les modalités de cette étude?

Christophe Najdovski, adjoint en charge des transports, Jean-Louis Missika, adjoint en charge du développement économique, et Emmanuel Grégoire, adjoint en charge des finances, présenteront dans les prochaines semaines le calendrier et le cahier des charges de cette étude, à laquelle seront associés les groupes politiques du Conseil de Paris, membres de la majorité et de l’opposition municipale.

Dernière mise à jour le mardi 20 mars 2018
Crédit photo : © François Grunberg / Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.