Le rôle des femmes pendant la Première Guerre mondiale


La Parisienne pendant la guerre

L’image de la femme, en particulier de la Parisienne, durant la guerre oscille entre la frivolité souvent prêtée aux non-combattants et le dévouement de l’infirmière ou de la bonne marraine.

Mères, épouses, fiancées, elles sont généralement affectées par le départ des combattants et angoissées par l’attente des nouvelles du front ou des retours en permission. Nombreuses sont celles qui connaissent finalement la douleur du veuvage. L’absence des hommes fait également peser sur leurs épaules de réelles difficultés économiques : privées de ressources ou affectées par le ralentissement de l’activité, qui met au chômage de nombreux salariés au début du conflit, elles doivent malgré tout subvenir aux besoins de leur famille.

Guerre 1914-1918. Marchands des quatre saisons et jeunes femmes quêtant pour les blessés de la bataille de Champagne.

Des œuvres s’organisent pour leur fournir aide et travail et, le conflit durant, elles remplacent peu à peu à la chaîne et aux champs les hommes partis au front. La société doit s’adapter en conséquence et leur proposer de nouveaux services d’assistance – cantines, crèches… Mobilisées à l’arrière, elles contribuent donc selon leur rang et leurs moyens à l’effort de guerre, qui à l’usine, qui dans les œuvres de charité ou les organisations patriotiques. Même si leur entrée massive dans le monde du travail est souvent perçue comme temporaire, c’est sur cette réalité que s’appuient les mouvements féministes pour réclamer plus de droits pour les femmes ; la guerre représente un jalon indéniable dans l’histoire de leur émancipation.

Source : Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Guerre 1914-1918. Femme conductrice de tramway. Paris.

Un rôle prépondérant dans les hôpitaux

Toute la dureté de la guerre apparaît aux Parisiens quand les soldats blessés reviennent du front et qu’ils les croisent dans les rues, simples convalescents ou réformés définitifs, plâtrés, amputés ou aveugles. À l’arrière du front, Paris compte en effet plus d’une vingtaine d’hôpitaux militaires. 

En plus des établissements de l’Assistance publique, ils sont installés dans des lycées, des hôtels ou encore des lieux publics comme le Grand Palais. Le personnel médical, en particulier les infirmières, est constitué d’un fort contingent de bénévoles, recrutés par le biais d’organismes de charité.

Les Anges blancs

Les premiers mois de guerre sont clairement une catastrophe. Lorsque les infirmières et les médecins récupèrent les soldats, il n’y a pas grand chose à faire ou il y a trop à faire et les ressources sont insuffisantes. Les hôpitaux sont saturés et il est impératif de trouver un moyen de soigner tous les blessés. Les infirmières sont peu nombreuses, et les hôpitaux demandent alors de l’aide. Ils acceptent toutes les bonnes volontés. Pour soulager et accompagner les "gueules cassées", de nombreuses femmes volontaires partent alors au front afin de devenir infirmières, on les surnomme les "Anges blancs".

Véritables icônes de la Première Guerre mondiale, ces femmes ont donné de leur temps et toute leur énergie pour transporter les malades, les soigner et les accompagner du mieux possible. Elles ont fait face aux atrocités de la guerre, aux corps mutilés des soldats et pour la plupart, ont côtoyé l'ennemi au plus près...

La solidarité internationale s’y incarne également avec la présence de détachements étrangers, tels que l’exotique hôpital japonais de l’hôtel Astoria. Une vie propre à ces établissements s’organise : des œuvres s’efforcent d’améliorer le quotidien des convalescents en leur proposant des distributions de café ou des spectacles. Certaines manifestations sont spécifiquement destinées à récolter des fonds en leur faveur. Progressivement, des structures sont créées pour permettre la réinsertion professionnelle des soldats mutilés et leur apprendre un nouveau métier ; acheter un objet fabriqué par eux devient un acte patriotique.

Source : Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Les «petites Curies ».

Née Maria Sklodowska à Varsovie, Marie Curie est le cinquième enfant d'un couple d'enseignants polonais. Femme scientifique de renommée mondiale, elle est l'unique femme à avoir reçu deux Prix Nobel (l'un sur les radiations en 1903, et l'autre pour ses travaux sur le radium en 1911). Marie Curie se mobilise dès le début de la guerre pour que la radiologie soit présente sur le front. Le pari est audacieux. Consciente de l'importance des appareils à rayons X pour repérer les fractures des soldats, et persuadée qu'il ne faut pas déplacer les blessés, la scientifique crée une vingtaine d'ambulances radiologiques dotées du matériel nécessaire, appelées les «petites Curies ». Transformées en véhicules sanitaires, ces voitures ordinaires sauveront de nombreuses vies. Accompagnée par sa fille Irène, Marie Curie se rendra elle-même sur les zones de combat. A la fin de la guerre, elle prend la direction de l'Institut du radium, actuel Institut Pierre et Marie Curie.

Marie Curie au volant d'une petite Curie

Les marraines de guerre

La Première Guerre mondiale voit un développement considérable de la correspondance privée : les familles maintiennent ainsi un lien avec l’être cher éloigné du foyer. Mais certains soldats sont plus isolés que d’autres, coupés de leurs proches, restés en pays occupé ou déplacés. C’est en particulier pour eux que se dévouent à partir de 1915 les marraines de guerre.

Les femmes volontaires, de tout âge et de toute condition, peuvent être mises en relation avec les soldats souhaitant avoir une marraine par l’intermédiaire d’agences ou de journaux.

Par leur correspondance, empruntant parfois à l’imagerie des porte-bonheurs, l’envoi de colis et la prise en charge des permissionnaires, elles constituent un précieux soutien psychologique pour les combattants : elles leur permettent de lutter un peu contre la solitude, d’améliorer l’ordinaire du front et de garder un lien avec la normalité. Elles participent ainsi de l’élan patriotique général, non sans faire naître un imaginaire romanesque, voire quelques fantasmes chez les poilus et quelques débats de moralité dans la société. Certaines relations se transforment d’ailleurs en mariages après la guerre.

Source : Bibliothèque historique de la Ville de Paris


Jeanne-Yves Blanc : marraine de guerre d'Apollinaire

Marraine de guerre de Guillaume Apollinaire. Photographie positive au gélatino-bromure d'argent.

Jeanne Burgues-Brun, poétesse et romancière française, est née le 10 février 1886 à Cognac. Elle est connue sous les pseudonymes d'Yves Blanc ou de Jeanne-Yves Blanc.

En 1915, Jeanne Burgues commence une correspondance avec Guillaume Apollinaire en lui adressant ce quatrain :

« Vous allez allonger la geste de vaillance

Des héros polonais au sol de nos aïeux

Recevez en partant pour les sorts hasardeux

Ce quatrain espérant d’une femme de France. »

Séduit par ces vers qu'il considère comme un talisman qui le protégerait des blessures, Guillaume Apollinaire lui répondra quelques mois plus tard, en lui envoyant deux quatrains :

« Bien qu’il me vienne en août votre quatrain d’avril

M’a gardé de tout mal et de toute blessure

Votre douceur me suit durant mon aventure

Au long de cet an sombre ainsi que fut l’an mil

Je vous remercierai s’il se peut je l’assure

Quand nous aurons vaincu le Boche lâche et vil

Dont la vertu française a ressenti l’injure »

De nombreux échanges épistolaires de marraine à filleul de guerre s'établissent alors entre les deux poètes. Faites d'amitié et de confiance, ces lettres permettront à  Apollinaire d'entretenir Jeanne Burgues-Brun de ses goûts, de ses préférences poétiques, de ses impressions de guerre, du passé et de l'avenir.

Elle devient alors la marraine de guerre de l’un des plus grands poètes de l’amour qu’elle rencontre en 1917 à Paris. Dans une lettre du 31 janvier 1918, le poète suggère à Jeanne Burgues, dont le pseudonyme était jusqu’alors Yves Blanc, de féminiser celui-ci. Séduite par cette suggestion, elle adoptera Jeanne-Yves Blanc comme signature. Ils échangeront quatorze lettres, échelonnées du 16 juillet 1915 au 7 décembre 1918.

L'origine des marraines de guerre

"La famille du soldat", association catholique créée en 1915 par Mme Marguerite de Lens est à l'origine des marraines de guerre. L'association bénéficie du soutien de la publicité gratuite de L'Écho de Paris. D'autres associations seront créées par la suite dont l'association "Mon soldat", fondée par Mme Bérard et soutenue par Alexandre Millerand, ministre de la guerre. 

De conditions sociales très variées : mères de famille, célibataires, ouvrières, bourgeoises... les marraines de guerre entretiennent des relations épistolaires, sources de réconfort moral pour les soldats. Des marraines espéraient trouver un mari et certaines devinrent effectivement les épouses de leur filleul.

Dernière mise à jour le lundi 22 octobre 2018
Crédit photo : Gaspard Maillol (1880-1945) © Roger-Viollet

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.