Réduire et recycler ses déchets

Réduire sa production de déchets

En cinquante ans, la poubelle des ménages a doublé à Paris. L'apparition de nouveaux produits sur le marché et l'évolution de nos habitudes de consommation expliquent ce phénomène. 

Produire sans piller, consommer sans gaspiller, recycler sans détruire sont les grands principes de l'économie circulaire. La prévention et le recyclage des déchets en sont des piliers essentiels. Le tri, c'est bien, la réduction, c'est encore mieux !

Le Programme local de prévention des déchets parisien

Le Programme local de prévention des déchets (PLPD), approuvé au Conseil de Paris de février 2012, a succédé au Plan de prévention voté en décembre 2007. Il a pour ambition de réduire de 7 % le tonnage des déchets ménagers et assimilés hors objets encombrants, entre 2009, année de référence, et 2015. Cela représente une réduction de 31 kg par habitant sur 5 ans.

En 2013, Paris a presque atteint son objectif de réduction de 7 % d'ici 2015 puisque le tonnage de déchets collectés a diminué de 6,2 % entre 2009 et 2013.

- Le premier concerne la sphère "habitat" et consiste à promouvoir la prévention au plus près des Parisiens, sur leur lieu de vie. Une opération 40 immeubles témoins, ou la promotion du compostage en pied d'immeuble en sont des exemples.

- Le deuxième concerne la sphère "publique" et consiste à relayer les messages de prévention via les principaux services publics à vocation éducative (enseignement et santé). Par exemple la sensibilisation aux gestes de prévention des déchets dans les établissements scolaires (de la petite enfance aux étudiants en passant par les enseignants).

- Le troisième concerne la sphère "professionnelle" et consiste à sensibiliser les entreprises, les salariés, les consommateurs et les visiteurs. L'opération entreprises témoins ou la mobilisation des entreprises de la distribution, des commerces et des restaurants autour de la sensibilisation à l’éco-consommation en sont des exemples.

- Le quatrième concerne la collectivité et les services publics éco-exemplaires et se traduit notamment par les actions de réduction du papier.


L'Observatoire de la réduction, du réemploi et du recyclage des déchets

Le PLPD s’appuie sur l’Observatoire de la réduction, du réemploi et du recyclage des déchets, dit O3R, qui a pour vocation d’animer et de mobiliser un réseau d’acteurs de la gestion des déchets (structures de démocratie locale, acteurs économiques, services publics).

L'Observatoire Réduction Réemploi Recyclage, O3R, est un lieu de réflexion, concertation et décision sur tous les aspects de la prévention des déchets (production, distribution, consommation).

L'O3R a été créé en 2010 à l'initiative de François DAGNAUD, alors Adjoint au Maire de Paris, chargé de la propreté et du traitement des déchets, qui souhaitait réunir tous les acteurs de la prévention des déchets dans une même instance.

Missions

- Mettre en cohérence et en visibilité toutes les actions déjà expérimentées sur le territoire parisien en terme de réduction des déchets.

- Conduire une politique globale "3R", fondée à la fois sur la priorité de la réduction des déchets et du réemploi tout en renforçant les efforts pour améliorer le recyclage.

- Faire vivre un réseau d'échanges et de concertation avec l'ensemble des acteurs.

- Compiler les données et les indicateurs de suivi.

Composition

L'O3R est composé de représentants de la Mairie de Paris, des mairies d'arrondissement, de représentants institutionnels et de la société civile.

Il est organisé autour de deux entités composantes :

Le Comité de suivi est une commission consultative, lieu d'échange et de concertation entre la Ville de Paris et l'ensemble des acteurs sur le territoire : institutions (dont l'ADEME, la Région Île-de-France, le SYCTOM -agence métropolitaine des déchets), services publics, entreprises, associations, administration, mairies d'arrondissement, instances de démocratie locale, experts, professionnels des déchets, etc....

Il émet des avis sur le bilan des actions conduites et sur d'éventuelles orientations. Il formule des propositions concernant les actions à réaliser.

Le Comité stratégique est l'instance décisionnelle chargée d'orienter la politique "3R" de la Ville, de la valider et de l'évaluer. 


Quelques gestes simples pour réduire ses déchets à la maison

Trier permet le recyclage de la matière et réduire ses déchets, limiter les nuisances et les coûts de la gestion des déchets. Les deux contribuent également à préserver les ressources naturelles et à limiter l'émission de gaz à effet de serre.

Quelques actions au quotidien permettent de réduire ses déchets et de préserver son environnement :

  • Prendre un panier ou un sac réutilisable pour faire ses courses. Pourquoi utiliser des centaines de sacs plastique par an pour ses courses, alors qu'un cabas fait aussi bien l'affaire ? La durée de vie des sacs jetables est en moyenne de 20 minutes : ils sont très peu réutilisés. Pour en limiter l'emploi, il suffit de les refuser à la caisse lorsque l'on achète 1 ou 2 produits facilement transportables ou de se servir à la place d'un cabas ou de sacs réutilisables.
  • Privilégier les produits à la coupe ou en vrac. Fromages et charcuteries à la coupe, fruits et légumes au détail, légumes secs, céréales, vis et clous en vrac. Il y a de nombreuses manières d'éviter les emballages superflus. En plus de produire moins de déchets, les produits à la coupe ou en vrac sont le plus souvent moins coûteux...
  • Préférer les produits conditionnés en format "familial", choisir des produits avec peu d'emballages ou utiliser des recharges. Il est préférable de choisir les produits grands formats qui ont moins d'emballage. Autre avantage, un produit qui comporte moins d'emballage est souvent plus économique. Utiliser les éco-recharges permet de diminuer la quantité d'emballages de 50 à 70% par rapport aux produits classiques et d'économiser ainsi les matières premières nécessaires à la fabrication des emballages.
  • Éviter les produits jetables tels que lingettes, serviettes en papier ...
  • Utiliser des piles rechargeables ou, mieux des appareils sans piles. Ces dernières permettent de diminuer le rejet de produits polluants, d'éviter de consommer des ressources naturelles rares et de faire des économies. Lorsque c'est possible, il est préférable de brancher ses appareils directement sur le secteur. Déposer les piles usagées et les accumulateurs en panne dans les points de collecte disposés chez les commerçants ou en déchèterie (CVAE) permet de récupérer les métaux lourds qu'ils contiennent.
  • Je fais réparer. Pourquoi se débarrasser d'un bien (appareil, vélo...) en panne, qui ne fonctionne plus quand il n'y a qu'une seule pièce à changer ? Une simple réparation permet souvent de remettre un appareil ménager en état de marche. Cela évite un nouvel achat et permet une économie de matière première.
  • Je limite mes impressions. Est-il absolument nécessaire d'imprimer un document ? Si oui imprimer recto-verso, utiliser le verso comme brouillon, n'imprimer que ce qui est nécessaire et privilégier l'envoi par mail.
  • Je choisis de la vaisselle réutilisable pour les repas en plein air. Les assiettes et couverts à usage unique surchargent inutilement les poubelles. Pourquoi ne pas investir dans de la vaisselle réutilisable à de multiples occasions. C'est pratique, facile d’entretien, très tendance et plus agréable.
  • Au bureau, j'utilise ma tasse. Combien de gobelets sont jetés par jour et remplissent inutilement les poubelles du bureau alors qu’il est si simple d’utiliser un mug pour prendre son café ou son thé ? De plus en se servant d’une tasse, on redécouvre le plaisir de boire dans un contenant isolant qui garde sa boisson chaude plus longtemps.
  • Mettre un "Stop Pub" sur sa boîte aux lettres. Vous ne lisez jamais les prospectus, et si vous choisissiez de ne plus en recevoir ? Mettre un Stop Pub sur sa boîte aux lettres est un geste simple. Il permet non seulement de ne plus recevoir de prospectus indésirables mais également d'économiser le papier. 
Carte postale PLPD Stop Pub

>> Télécharger Stop Pub  

  • Et quand on déménage, que peut-on faire ? Pour répondre à cette question, l’association CARTON PLEIN 75 a réalisé un guide « Déménager autrement à Paris » qui présente une liste non exhaustive d’associations et d’entreprises collectant toutes les affaires dont vous n’avez plus besoin, en état, ou en moins bon état. Le vieux mobilier, la vaisselle, vos vêtements délavés, le mixeur ou la lampe qui traîne dans le grenier : tout a un lieu d’accueil ! 


Focus sur le gaspillage alimentaire

Nous prenons de plus en plus conscience que le gâchis alimentaire est un scandale éthique et social dans un monde où la sécurité alimentaire de tous n’est pas assurée.

Mais comment peut-on au quotidien changer nos habitudes et adopter des pratiques plus responsables pour limiter les dégâts ? Le gaspillage existe à tous les niveaux de la chaîne : production, transformation, distribution et consommation.

gaspillage alimentaire caddie

Savez-vous qu'un tiers des aliments sont produits pour être jetés?

Selon France Nature Environnement, 90 % des consommateurs n’ont aucune idée de la quantité de nourriture qu’ils jettent. Qu’il s’agisse d'un aliment oublié au fond du frigo ou qui a dépassé la date limite de consommation parce que vous avez vu grand et acheté trop, chaque année nous jetons en moyenne 7kg de produits non déballés et non consommés par personne. À cela s'ajoutent les produits déballés non consommés, les restes de repas, les fruits et légumes, les restes de pain, ... En tout c'est 155kg de nourriture gaspillée par an et par personne (selon Global Gachis). Il faut également ajouter 2 292 095 tonnes par an gaspillées par la grande distribution.

La consommation a lieu à la maison certes, mais aussi hors domicile dans les restaurants, dans les restaurants collectifs (entreprises, écoles, milieux hospitaliers…), dans la restauration rapide…

Un impact fort sur l'environnement

Ce gaspillage a des impacts très importants sur l’environnement car il s’accompagne d’un gaspillage de ressources en plus des pollutions éventuelles liées à la production.

Pour sa production, cette nourriture nécessite des terres cultivées inutilement auxquelles il faut ajouter de multiples consommations de carburant, d’engrais et de biocides, sans oublier toute l’énergie nécessaire au transport, à la transformation et à la distribution.

Une fois à la poubelle, cette nourriture jetée revient à la charge de la collectivité.

Que faire au quotidien pour limiter le gaspillage?

Il suffit parfois d'un peu d'organisation au moment des courses ou quand vous préparez vos repas pour limiter considérablement les pertes. Laureline Bourit (France Nature Environnement) nous conseille de ne pas faire les courses le ventre vide (on a envie de tout et on remplit le caddie inutilement), de faire une liste (et de s'y tenir!), de n'acheter que les bonnes quantités (en fonction du nombre de personnes de votre foyer). Elle recommande également de ressortir des recettes de grand mère (pendant la guerre l'économie était de rigueur) et d'apprendre à accommoder les restes

Juste une question de bon sens en somme...

Les cours de cuisine sur les marchés parisiens : une bonne recette !

Les cours de cuisine sur les marchés parisiens ont rencontré un vif succès, la Mairie de Paris et la FFCA proposent de renouveler cette initiative innovante et conviviale tout en continuant à mettre l'accent sur la sensibilisation au gaspillage.

Les cours de cuisine sont assurés gratuitement par des chefs et des enseignants issus le plus souvent des écoles de cuisine des arrondissements concernés. Après avoir choisi les ingrédients sur place vous pourrez participer à concocter de la recette prévue par le chef et la réaliser ensuite chez vous.

Ces cours sont ouverts à tous les amateurs de cuisine sur inscription. Tous les cours se déroulent en matinée et débutent à 10h, sauf sur les marchés Saint-Eustache (1er), Saint-Honoré (1er), Bourse (2e) et Baudoyer (4e), marchés d'après-midi.

Pour participer, il suffit de s'inscrire sur le site de la Fédération Française de Cuisine Amateurs.

antigaspi

Signature du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

La Ville de Paris a signé le 16 juillet 2013 le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire du ministère de l'agriculture qui répond à l'objectif du gouvernement de diminuer par deux le gaspillage alimentaire d'ici 2015. Elle réaffirme ainsi sa volonté de lutter contre le gaspillage alimentaire.

L'occasion pour la Ville de présenter les actions déjà menées pour limiter le gaspillage alimentaire : partenariat avec des associations, des distributeurs (Monoprix), cours de cuisine sur les marchés parisiens avec la Fédération française de cuisine amateur, actions au niveau des cantines scolaires...

Parallèlement au Pacte, le ministère de l'agriculture a lancé en octobre 2012 une campagne virale en ligne sur le gaspillage alimentaire "Manger c'est bien, jeter ça craint !". Des visuels ludiques et décalés rappellent les quantités d'aliments non consommées et parfois encore emballées jetées chaque année. Ils attirent aussi l'attention du consommateur sur le sort réservé à de nombreux fruits et légumes, présentant une irrégularité ou un petit choc, alors qu'ils sont encore bons à manger. Ils disent enfin tout de la différence entre DLC (date limite de consommation) et DLUO (date limite d'utilisation ou de consommation optimale), différence non des moindres qui peut éviter beaucoup de gaspillage !

Quelques gestes simples pour réduire ses déchets au bureau

Le meilleur déchet est encore celui qu’on ne produit pas : au bureau aussi ! L’association Riposte verte, qui œuvre pour une entreprise responsable, met en scène 7 éco-gestes à adopter pour réduire ses déchets au bureau.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les activités de bureau produisent chaque année 2,4 millions de tonnes de déchets. Il existe pourtant des gestes simples, appelés écogestes, pour limiter leur production et bien les éliminer.

Comment réduire sa quantité de déchets au bureau ? Quelques réflexes efficaces !

  • L'utilisation du papier

900 000 tonnes de papiers de bureau sont jetées chaque année et seulement 35 % sont recyclées. En n’imprimant que ce qui est nécessaire, en photocopiant recto-verso ou bien en réutilisant le papier imprimé d’un seul côté pour en faire du brouillon : il est très facile d’augmenter ce chiffre. Disposez-vous d’un sac spécifique pour le tri du papier sur votre lieu de travail ? Ecofolio, l'éco-organisme des papiers a pour mission d'orienter et d'accompagner la collecte et le traitement de ce type de déchet. N'hésitez pas à vous renseigner auprès d'eux pour faire progresser le tri et le recyclage des papiers au sein de vos services.

  • La pause-café responsable

On peut également prendre de bonnes résolutions à la pause-café : il suffit de remplacer son gobelet en plastique par une tasse et de préférer les grands conditionnements aux emballages individuels de sucre et de biscuits. On produit moins de déchets et c’est plus économique !

  • Le réemploi du matériel informatique

Souvent, les ordinateurs obsolètes sont remplacés alors qu’ils fonctionnent encore. Si l’entreprise décide d’en faire don à ses salariés ou à une association, elle fait des heureux et il sera bien temps de recycler les vieux ordinateurs par la suite.

Les cartouches d’impression ne se jettent pas à la poubelle, elles font l’objet d’une collecte spécifique afin d’être recyclées et valorisées. Le fournisseur de cartouches neuves a l’obligation de récupérer les cartouches usagées et doit mettre à disposition des boîtes de de tri adaptées pour les stocker dans les services.

Limiter sa production de déchets au bureau : c’est l’affaire de tous et l’implication de chacun

En France, un salarié du tertiaire produit en moyenne chaque année sur son lieu de travail 120 à 140kg de déchets. S’il est impératif que les entreprises et les collectivités organisent leurs actions de réduction des déchets grâce à des temps de sensibilisation, les changements d’habitude et de comportement de chaque salarié sont indispensables à la réussite d’une telle politique.

Prendre en compte les difficultés et les succès des actions engagées, diffuser les bonnes pratiques à l’initiative de chacun et communiquer sur l’intérêt de réduire ses déchets au bureau sont autant d’éléments qui permettent de maintenir la démarche dans la durée et de mobiliser les salariés.

Composter ses biodéchets

Depuis 2012, les habitants et les établissements publics volontaires peuvent se porter candidats auprès de la Mairie de Paris pour être accompagnés dans leur démarche de compostage ou lombricompostage.

La quantité de biodéchets produite par un foyer, qui pourrait être détournée de la poubelle verte à ordures ménagères, est estimée entre 50 et 70 kg par an. Un immeuble, dans lequel habitent de 20 à 30 foyers, permettrait donc d'obtenir 1 à 2 tonnes de déchets organiques utilisables pour faire du compost.

Carte postale PLPD Compostage biodéchets

La Ville de Paris mène une opération de compostage en pied d'immeuble, lancée en 2010, dans le cadre de son plan de prévention des déchets et du plan régional d'élimination des déchets ménagers. À ce jour, 200 sites se sont portés candidats et aujourd'hui, une centaine, représentant environ 2 000 habitants, compostent déjà.

En 2012, la Ville a donc décidé de compléter le dispositif en proposant le lombricompostage collectif, qui offre la possibilité aux candidats ne disposant pas d'espace vert de participer à l'opération ;

Comment installer un composteur collectif ?

Les copropriétés privées, les immeubles ou ensembles gérés par un bailleur social ou privé, les établissements publics (écoles par exemple) et institutionnels peuvent se porter candidat au compostage collectif.

Les étapes de la candidature

- habiter à Paris

- pour le compostage collectif en bacs : disposer d'un emplacement de quelques mètres carrés (minimum 5 m²) pour installer les composteurs (bacs dans lesquels se fait le compost) un peu à l'écart des ou de l'immeuble(s). Les composteurs doivent également être posés sur la terre, afin que les déchets puissent entrer en contact avec les micro-organismes du sol et les petites bêtes détritivores responsables de leur transformation en compost.

- pour le lombricompostage collectif : la présence d'espace vert n'est pas nécessaire, car la transformation en compost n'est pas due au contact avec le sol, mais à l'action de vers directement déposés dans le lombricomposteur.

- disposer de débouchés suffisants (espace vert, plantes d'appartement...) pour l'utilisation sur place du compost

- être un nombre suffisant de foyers motivés pour participer, une dizaine par site volontaire. Parmi eux, trouver une (ou plusieurs) personne(s) référente(s), bénévole(s) motivée(s) chargée(s) de l'animation et du suivi du compostage ou lombricompostage. Cette / ces personnes bénéficiera (ront) d'une formation de "guide composteur".

- obtenir l'accord du syndic ou du bailleur et de l'assemblée des copropriétaires ou de l'association des locataires, s'il en existe une.

Les candidats s'engagent à ne mettre que des biodéchets (fruits et légumes-abîmés, ou coupés en morceaux, épluchures, sauf les agrumes et leurs épluchures trop acides pour être compostables-, coquilles d'oeufs pilées, filtres avec marc de café, marc ou sachet de thé, de tisane, fleurs, plantes fanées), à l'exclusion de restes de viande, poisson, fromage ou pain qui peuvent attirer les animaux.

- première sélection sur dossier par la Direction de la propreté et de l'eau ;

- diagnostic du site candidat (faisabilité technique, degré d'acceptation par les habitants, nombre suffisant de volontaires, accord de la copropriété ou du bailleur) réalisé sur place par un cabinet spécialisé chargé de l'ensemble du projet. À l'issue de ce diagnostic, seront proposées les solutions possibles pour le site candidat : compostage collectif ou lombricompostage collectif. Seront également arrêtés en concertation le dimensionnement des équipements (les bio seaux, le nombre et le type de bacs de 400 et de 600 litres : bois ou plastique - pour le compostage - plastique uniquement pour le lombricompostage et leur emplacement) ;

- validation par la Mairie des sites retenus.

- Organisation d'une réunion de lancement et d'explication du projet à l'intention des habitants, des volontaires et des représentants (syndic, bailleur, copropriété, association de locataires) de chaque site.

Lors de cette réunion, les foyers volontaires signent une charte d'engagement en échange de leur bio seau. Des outils de communication sont également fournis (guide compostage ou lombricompostage et affiches pour les bacs).

- Une journée formation de "guide composteur" pour la/les personne(s) référente(s)

- Accompagnement (suivi technique du fonctionnement des composteurs et de l'obtention d'un compost de qualité) par un professionnel durant 6 mois en vue d'une pleine autonomie du site.

Les équipements

  • Pour le compostage :

Les composteurs sont des bacs (en bois ou en plastique recyclé) de 600 litres (pour l'apport et la maturation des déchets de cuisine) et de 400 litres (pour les déchets verts secs : feuilles, fleurs, plantes, herbe, branchage, broyat).

Un outil aérateur en acier est fourni pour aérer le compost dans les bacs à chaque apport de matière organique.

Les bio seaux sont des seaux en plastique, d'un volume de 10 litres, utilisés par les foyers volontaires pour le tri de leurs déchest organiques de cuisine et leur transport jusqu'au bac de compostage ou au lombricomposteur.


  • Pour le lombricompostage :

Les composteurs sont des bacs (en polyéthylène recyclé) à roulettes qui permettent de composter en intérieur, 400 litres ou 600 litres, selon les besoins. Ils sont livrés avec de la fibre de coco, un matelas d'humidification, et les vers indispensables au processus (5 kg, soit 10 000 vers pour un bac de 400 litres et 7 kg pour un bac de 600 litres).

Les bio seaux sont des seaux en plastique, d'un volume de 10 litres, utilisés pour le tri de leurs déchets organiques de cuisine et leur transport jusqu'au lombricomposteur.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Foire aux questions

Dimensions d'un composteur de 400 L : 740mm de large, 740 mm de long, 840 mm de haut et 0,55m² d'emprise au sol

Dimensions d'un composteur de 600 L : 800 mm de large, 800 mm de long, 1040 mm de haut et 0,64m² d'emprise au sol

La Mairie met en place à compter de juin 2012 un dispositif de lombricompostage collectif

L'apport de déchets organiques de cuisine dans les parcs et jardins de la Ville n'est pas envisageable pour des questions d'hygiène liées au transport des déchets et de traçabilité des apports.

Le plus souvent oui, mais une simple communication peut suffire.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Vous vous posez d'autres questions ?


Envoyez un courriel à : dpe-compostage@paris.fr


Les alternatives et le compostage de quartier

Le compostage individuel

Si la Mairie ne soutient et ne fournit du matériel que dans le cadre d'expériences collectives, rien ne vous empêche de vouloir vous lancer à titre individuel.

Le lombricompostage (ou vermicompostage) est une autre méthode pour fabriquer du compost chez soi dans sa cave, sa cuisine ou sur son balcon à l'aide d'un lombricomposteur individuel.

Le lombricompostage produit un terreau et un engrais liquide riches en nutriments et oligo-élements, excellent engrais pour le jardin ou les jardinières. Les milliers de vers de fumier décomposent en deux à trois mois seulement les déchets organiques via un système de bacs empilés.

Comme pour le compostage classique, il se fait à base d'épluchures, fleurs fanées, marc de café, sachets de thé ou coquilles d'œufs broyées... À proscrire : viandes, agrumes, ail, échalote (vermifuge).

Mais à l'inverse du compostage traditionnel, le lombricompostage est plus rapide, permet de récupérer un engrais liquide, et nécessite peu d'apport en matière sèche et carbonée.

Pour réaliser le lombricompostage vous avez besoin :

  • d'un appareil : vous pouvez l'acheter ou bien le fabriquer vous-même, mais dans ce cas il faudra aussi vous procurer les vers à part. Des associations et des jardineries proposent ce genre de matériel.
  • d'un guide : le livre Les vers mangent mes déchets de Mary Appelhof est un bon support. Les associations et sociétés intéressées par le sujet proposent également des guides d'utilisation ou des formations.

Le compostage de quartier

Pour que chacun puisse recycler ses déchets alimentaires même s'il n'a pas la place d'implanter un composteur dans son immeuble, Jean-Jacques Fasquel, maître composteur à eu l'idée d'en créer un accessible à tous. Ce projet a été concrétisé et inauguré le samedi 18 octobre 2014 dans les jardins de la Maison des Associations du 12e, située dans l’ancienne Gare de Reuilly, au 181 avenue Daumesnil, Il est porté par l'association Compost A Paris et Compostory en partenariat avec la Mairie du 12e arrondissement, la Mairie de Paris et la Région Île-de-France.

Composteur de quartier Paris 12e

Il permet aux 130 familles qui se sont inscrites de composter leurs déchets organiques dans des composteurs grande capacité. Elles viennent y amener leurs déchets de façon autonome : les brassages, transferts et suivis seront réalisés par Compostory assisté de la Régie de Quartier Fécamp. 

De nouveaux composteurs de quartier verront bientôt le jour dans d'autres arrondissements de la Capitale.

Suivre l'actualité du compostage : le blog

Le blog Compost& vous... à Paris est là pour vous aider si vous souhaitez participer à l'opération de compostage collectif ou si vous vous êtes déjà lancés. On y retrouve des informations techniques régulièrement complétées par des spécialistes du compostage. Ce blog est avant tout un lieu d'échanges privilégié où partager son expérience, ses résultats et ses projets pour dynamiser le compost et le jardin associé !

Blog Compost&vous à Paris

Au lieu de jeter, je donne

Vous faites le grand ménage dans votre garde-robe ? Votre bibliothèque déborde ? Vous avez décidé de changer votre vieux téléviseur ou frigidaire contre un modèle plus récent ? Offrez une deuxième vie solidaire à vos objets ! 

Recycleries, opérateurs de la collecte des textiles ou associations caritatives : il y a forcément une structure près de chez vous pour donner une seconde vie à vos déchets.


Les recycleries à Paris

La recyclerie collecte, réemploie et valorise les déchets, elle met en œuvre une action quotidienne et pérenne de sensibilisation et d'éducation au réemploi. En donnant vos objets avant qu'ils ne deviennent des déchets, ils contribuent à créer des emplois et, une fois remis en état, ils serviront à d'autres personnes !

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Déposer et acheter solidaire à Paris : toutes les cordonnées des recycleries !

  • L'Interloque
    Boutique : 7 et 7ter rue de Tétraigne Paris 18e
    Métro : Jules Joffrin (l.12)
    Tel: 01 46 06 08 86
    Ouverture du lundi au samedi de 10h à 20h

Le dépôt des objets en apport volontaire est exclusivement réservé aux habitants du 18e et se fait du mardi au samedi au : 8, rue de Trétaigne 75018 Paris

Un service de collecte est également proposé aux habitants du 18e arrondissement grâce à une déchèterie mobile, prendre rendez-vous par téléphone.



27 rue du Château d'Eau Paris 10e
Métro : Jacques Bonsergent, République ou Château d'Eau
Tel : 01 42 01 46 83 (la Maison du Canal)
Ouverture du mercredi au vendredi et tous les premiers samedis du mois entre 12h et 18h


Dépôt de livres en bon état à l'exception des dictionnaires, des encyclopédies, des manuels scolaires, des revues & magazines et des guides touristiques de plus de 3 ans.


Vente de livres et ouvrages à petits prix, avec également des ateliers de reliure et d'écriture, cafés lecture etc.


13 rue Léopold Bellan Paris 2e
Métro : Sentier (l.3)
Tel : 01 40 41 07 05
Horaires d’ouverture : du lundi au samedi de 10h à 20h
Dépôt et collecte du mardi au samedi de 10h à 20h


La prise de RDV pour la collecte peut se faire sur place ou par téléphone


125 rue rue du Chemin Vert Paris 11e
Métro : Père Lachaise
Tel : 01 55 28 61 18
Ouverture du mardi au vendredi de 13h à 19h. Le samedi de 11h à 19h.


25/27 rue de la Folie Méricourt Paris 11e
Métro : Saint-Ambroise
Mercredi et jeudi de 14h30 à 19h30. Vendredi et samedi de 11h à 19h30.

Boutique spécialisée dans les vêtements et accessoires femmes et enfants (aucun dépôt sur place)


126 avenue d'Italie Paris 13e
Métro : Tolbiac ou Place d'Italie
Tél: 01 80 06 40 88
Du lundi au samedi : de 11h à 19h


Dépôt de vêtements, chaussures, bijoux, livres, CD, DVD, jeux vidéo, ordinateurs, articles pour la maison, petits meubles et éléctroménager (pas de gros objets).


Collecte de jouets (toute l'année)

rue Prévost-Paradol Paris 14e (rue piétonne – atelier situé en face du 16 bis avenue Marc Sangnier)

Tel : 01 40 52 54 15


Pour donner : du lundi au vendredi entre 9h et 12h30 puis de 13h30 à 16h30


- Boutique au Centre commercial Galerie Gaîté
80 avenue du Maine Paris 14e
Métro ligne 13 : Gaîté
Du mercredi au samedi de 11h à 14h30 et de 15h30 à 19h


Collecte et boutique : meubles, bibelots, électro, informatique, vaisselle, vêtements


20 rue de Reuilly Paris 12e
Métro : Reuilly Diderot ou Faidherbe Chaligny
Tel : 01 53 14 34 18
Ouverture de la boutique : le mercredi de 14h à 18h30 et le samedi de 10h à 18h30
Dépôt des dons : du mardi au vendredi de 10h à 18h30



Pour donner vos objets : 

6 rue Archereau Paris 19e
Métro ligne 7 : Riquet
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Attention : fermeture le mardi entre 12h et 16h

Pour acheter :

40 rue Riquet Paris 19e
Métro ligne 7 : Riquet
le mercredi de 14h30 à 18h30. Le samedi de 10h à 18h.


104, rue d’Aubervilliers // 5, rue Curial 75019 Paris


Métro ligne 7 : Riquet


Horaires : le mercredi de 15h à 18h45, jeudi et vendredi de 15h à 18h15, samedi de 12h à 18h45

Pour organiser la collecte de vos dons à votre domicile, téléphonez à Emmaüs Défi : 08 05 13 03 03 ou écrivez à dons@emmaus-defi.org
N’oubliez pas de préciser dans votre message :

  • Votre nom et votre adresse, ainsi qu’un numéro de téléphone où vous pouvez être contacté du lundi au vendredi entre 10h et 18h.
  • Le descriptif de votre don (type, volume / nombre d’objets).

Boutique : meubles, livres, vêtements, vaisselle, vinyles, bibelots...

70 rue Saint-Blaise Paris 20e
Métro : Porte de Montreuil
Ouverture du mardi au vendredi de 14h à 19h, Samedi et dimanche de 13h à 19h

Point de collecte : meubles, petit électroménager, objets et vêtements
Place de la Porte de Montreuil Paris 20e
Métro : Porte de Montreuil
Ouverture du mardi au vendredi de 14h à 18h30, Samedi, dimanche et lundi de 10h à 19h


Les conteneurs à textiles sur la voie publique

Ne jetez pas vos vêtements, foulards, gants et bonnets, draps et serviettes, nappes et mouchoirs, chaussures de ville et de sport, tongs et sandales..., même usés, ils peuvent servir et être valorisés !

D'ici 2015, la Ville de Paris s'est engagée à réduire de 7 % la production de déchets de ses habitants. Or, parmi ces déchets, environ 32 000 tonnes (16 kilos par habitant) sont des textiles et chaussures usagés qui sont jetés chaque année dans le bac vert.

Trois opérateurs de la collecte des textiles, Le Relais 75, Le Relais Val-de-Seine et Ecotextile, mettent à votre disposition plus de 200 conteneurs sur le territoire parisien.

Les textiles, linges et chaussures déposés sont ensuite triés, et soit revendus pour être réemployés, soit recyclés.

schéma Eco-TLC

>> En savoir plus sur le site d'Eco-TLC

L'objectif, à atteindre entre 2012 et 2015, est de 300 conteneurs implantés sur le domaine public parisien, afin de vous permettre de trouver au plus près de chez vous un endroit pour déposer vos textiles et chaussures usagés.

Où déposer vos vêtements, linge de maison et chaussures usagés ? 

Il suffit simplement de zoomer à l'aide des boutons + et - en bas de la carte pour situer précisément les conteneurs à textiles sur l'espace public parisien.Vous pouvez également cliquer sur l'une des adresses dans la liste de gauche ou l'un des curseurs rouges directement sur la carte, ainsi que sur la mention "Page Google +" pour obtenir le détail de l'emplacement du conteneur à textiles choisi (arrondissement, plan de quartier et station de métro la plus proche). Vous avez également la possibilité de cliquer sur le carré en haut à droite dans le bandeau noir de la carte pour la visualiser en plus grand dans un nouvel onglet.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Ces conteneurs sont équipés d'un système anti-intrusion pour éviter les pillages et s'assurer que vos dons arrivent à la bonne destination. Si vous constatez le pillage ou l'intrusion d’un conteneur, merci de prévenir l’opérateur au numéro suivant : N° AZUR - 0 810 118 835 (prix d'un appel local, coût partagé entre l'appelant et l'appelé).

Le Relais 75, le Relais Val de Seine et Ecotextile se sont engagés à collecter les textiles au moins une fois par semaine et à assurer un entretien régulier des conteneurs (réparation, désaffichage, dégraffitage) et de leurs abords. Ils sont recouverts d'un revêtement anti-graffiti.

Comment déposer vêtements, linge de maison, chaussures et articles de maroquinerie (sacs, ceinture...) ?

  • Pour les protéger, il faut les mettre dans des sacs bien fermés, de 50 litres maximum, pour pouvoir ensuite les introduire dans le conteneur.
  • Il est préférable de séparer le textile (vêtements, linge de maison) des chaussures à attacher par paire et de la maroquinerie.
  • Si le conteneur est plein, ne déposez pas vos sacs par terre. Attendez quelques jours pour faire votre dépôt, les conteneurs sont vidés au minimum une fois par semaine.
  • Sont exclus de cette collecte les articles non textiles, les matelas, sommiers, moquettes, toiles cirées, vêtements de type K-way ou cirés, chutes de textiles de confection, chiffons usagés en provenance des entreprises, vêtements sales ou humides, chaussures complètement hors d'usage ou dépareillées.

Que deviennent les textiles, linges de maison et chaussures usagés que vous déposez ?

Vos dons connaîtront une seconde vie qui dépendra de leur qualité.

Si les textiles et chaussures sont en bon état, ils pourront être revendus à bas prix, permettant ainsi à des personnes dans le besoin d'y accéder.

S'ils sont abîmés, ils peuvent être coupés pour faire des chiffons d'essuyage à usage industriel ou ménager, défibrés, effilochés, broyés ou déchiquetés pour former de nouveaux fils destinés à la filature ou pour le rembourage et l'isolation dans l'automobile ou le bâtiment (laine d'isolation)

Du point de vue environnemental, vos dons vont permettre de réduire le volume de déchets incinérés, d'économiser les matières premières et l'énergie (nécessaires à la transformation des fibres vierges et à la fabrication de fibres artificielles) et d'éviter une part du traitement de ces fibres : lavage, teinture et donc de protéger les fleuves et les rivières des rejets de détergents et colorants.

Les associations caritatives

Les Vestiboutiques de la Croix-Rouge française

Gérées par des bénévoles, elles reprennent vêtements, chaussures, linge de maison, vaisselle, jouets, livres...en bon état pour les proposer à très bas prix aux personnes qui n'ont pas les moyens d'acheter du neuf.

  • VESTIBOUTIQUE 9e

32 rue de Maubeuge, 9eme
Métro: Cadet
Tél : 01 48 78 12 62
Dépôt du mardi au samedi de 14h à 18h

  • VESTIBOUTIQUE 10e

40 rue Albert-Thomas, 10e
Métro : République ou
Jacques-Bonsergent
Tél. 01 42 06 79 05
Lundi au vendredi de 10h30 à 19h et samedi de 10h30 à 13h et de 14h à 19h

  • VESTIBOUTIQUE 12e

103, rue de Charenton
Métro : Gare de Lyon
Mardi au samedi de 10h30 à 18h

  • VESTIBOUTIQUE 18e

15 rue du Baigneur, 18e
Métro: Jules Joffrin
Tél: 01 42 57 62 57
Dépôt de vêtements, linge de maison (pas de meubles et gros objets)
Du lundi au vendredi de 14h à 18h (sauf pendant les vacances scolaires)

Valorisation des déchets ménagers

Le recyclage des déchets issus de la collecte sélective dans les bacs à couvercle blanc et à couvercle jaune

Présentation d'un centre de tri

Implanté au cœur d’une zone d’activité urbaine dense, le centre de tri Paris XV occupe une superficie de 11953 m² et s’élève sur deux niveaux seulement. Il a été construit selon des critères de Haute Qualité Environnementale avec une intégration architecturale et paysagère soignée et des équipements limitant les nuisances pour le personnel et l’environnement. Le site comporte aussi 6 000 mètres carrés d'espaces verts.

Le centre est composé :

  • d'une halle de réception et de tri
  • d'une halle de stockage et de conditionnement
  • de locaux sociaux et d'entretien...

Il est équipé d'une chaîne de tri mécanique complétée par des cabines de tri manuel :

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Chez eux, les Parisiens trient et déposent leurs déchets recyclables (cartons, papiers, plastiques, boîtes en acier et aluminium, briques alimentaires) dans les bacs à couvercle jaune. Les collectes sélectives sont ensuite acheminées dans des centres de tri.

Là, chaînes de tri mécanisées et agents trieurs séparent et conditionnent ces différents matériaux avant leur envoi vers les filières de recyclage. Grâce à la valorisation matière des déchets, le centre de tri contribue ainsi à préserver les ressources naturelles.

Le verre... recyclable à l'infini !

Une fois déposé dans les bacs à couvercle blanc ou dans les colonnes sur l'espace public, le verre est ensuite transporté en centre de traitement où il sera à nouveau trié, parfois par couleur si on veut obtenir des bouteilles transparentes. Le verre brut est ensuite débarrassé de ses impuretés, puis fondu à plus de 1 500 degrés. Devenu calcin, c'est-à-dire débris de verre, on y ajoute du sable, de la soude et de la chaux afin de le re-transformer en bouteilles. Créer du verre "neuf" à partir de verre recyclé consomme beaucoup moins d'énergie : une tonne de verre recyclé permet d'économiser une demie tonne de CO2.


Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les papiers et les cartons

Fabriquer du papier et du carton recyclés à partir de papier et de carton, c'est utiliser 3 fois moins d'eau et 3 fois moins d'énergie. Les papiers et cartons triés dans le bac à couvercle jaune, puis triés dans un centre de tri du Syctom, et sont recyclés en 5 étapes : transformés en pâte à papier puis nettoyés et désencrés ; la pâte propre est étalée pour être séchée et devenir plate comme une feuille, et c'est reparti !

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les emballages en plastique

49 % des bouteilles et flacons en plastique sont aujourd'hui recyclés après avoir été triés dans le bac à couvercle jaune et dans un centre de tri du Syctom. Les emballages en plastique ne sont pas biodégradables. Ils constituent d'importants gisements de matériaux qui sont récupérés et utilisés pour la fabrication de nouveaux produits. Les flacons et bouteilles opaques en PEHD (Polyéthylène Haute Densité) deviendront, après un processus de nettoyage et de broyage, arrosoirs, bacs à fleurs, gaines, tubes, canalisations, sièges auto...

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les emballages en acier et en aluminium

Après avoir été triée dans le bac à couvercle jaune et dans un centre de tri du Syctom, la canette en acier ou en aluminium présente un atout indéniable sur le plan environnemental : elle est recyclable à 100 % mais le métal ne perd pas ses propriétés mécaniques intrinsèques (malléabilité, solidité, barrière...) quelque soit le nombre de cycles de recyclage. Les barquettes et les canettes retrouvent une seconde vie, sous forme de radiateur, de semelle de fer à repasser, de bloc moteur…


Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les déchets spécifiques

Les déchets spécifiques issus de vos produits d’entretien, de bricolage et de jardinage ne vont pas à la poubelle. Mais que deviennent-ils après les avoir apportés en décheteries-CVAE ou aux points de collecte ponctuelle proches de chez vous ?

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter


La valorisation énergétique des déchets du bac vert

Les déchets des bacs à couvercle vert sont acheminés vers une usine d’incinération du Syctom pour être brûlés et valorisés sous forme de chaleur et d’électricité. 

La combustion des déchets produit de la vapeur d’eau. Récupérée, celle-ci permet de chauffer et d’alimenter en eau chaude 320 000 logements parisiens.


Recyclage des objets encombrants

Après leur collecte devant le domicile ou leur dépôt en Centre de valorisation et d'apport des encombrants (CVAE-déchèterie) par les Parisiens, que deviennent vos objets encombrants ?

Les encombrants déposés sur la chaussée, suite à une demande d'enlèvement via le formulaire en ligne, sont collectés par le service local de propreté dans la demi-journée.

Les agents les apportent ensuite sur des sites de regroupement, comme les points Relais ou les CVAE. 

Dans les CVAE, ces encombrants font l'objet d'un premier tri par nature en plusieurs catégories :

  • le mobilier usagé, déchets d'éléments d'ameublement (DEA) ;
  • les réfrigérateurs, ordinateurs, et plus généralement les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) ;
  • la ferraille
  • les gravats

Chaque grande catégorie est ensuite envoyée dans une filière de recyclage et de traitement spécifique.

Les DEA (Déchets d'éléments d'ameublement)

Chaque année, on estime qu’environ 1,7 million de tonnes de produits mobiliers arrivent en fin de vie. Sur ce total, seulement 3 % étaient réemployés et 23 % recyclés en 2011.

Afin de répondre à une consommation plus responsable et à la nécessité d’accroître fortement les moyens de recyclage et de valorisation du mobilier usagé, l’éco-organisme Éco-mobilier a été créé en 2011 par des distributeurs et des fabricants de meubles, puis agréé en 2012 pour une durée de 5 ans par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie pour organiser la filière. Cette filière est financée par l’éco-participation, coût ajouté au prix de vente des éléments d’ameublement (environ 0,52€/kg) qui compense le coût de la collecte et du traitement des déchets.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Depuis octobre 2013, dans le cadre de la convention signée entre le Syctom et Éco-mobilier, des caissons dédiés aux meubles en fin de vie et aux pièces dont ils sont constitués, aussi appelés Déchets d’éléments d’ameublement (DEA), sont installés dans l’ensemble des CVAE parisiens. Ces caissons permettent à Éco-mobilier de collecter les DEA, de les recycler, de favoriser leur réutilisation ou encore leur valorisation énergétique.

Ces nouvelles bennes ont remplacé les caissons bois ou tout-venant. Vous les reconnaîtrez facilement en CVAE.

Dans cette benne dédiée au mobilier, vous pouvez déposer, quels que soient le matériau et les dimensions :

  • armoire, bibliothèque, étagère, buffet, table, plan de travail ;
  • sommier, matelas, lit pliant ;
  • bureau, secrétaire, meuble informatique ;
  • chaise, fauteuil, canapé (fixe et convertible), siège de bureau.

Ces meubles peuvent être démontés ou non, en état d’usage ou en fin de vie.

Les DEA déposés sont ainsi séparés des autres types de déchets pour être collectés par un prestataire d’Éco-mobilier qui les achemine ensuite vers les filières de traitement et de valorisation adaptées aux différents matériaux (bois, panneaux, rembourrés, métalliques, plastique...).

Les DEA sont collectés dans les CVAE, mais ils peuvent également être repris à la livraison ou dans certains magasins par les enseignes volontaires (pour l’instant il n’existe pas d’obligation légale de reprise des meubles usagés dans les réseaux de distribution).

Si le mobilier dont vous souhaitez vous débarrasser est encore en bon état, pensez également au réemploi : don à un proche, à une association caritative ou à une recyclerie.

Les DEEE (Déchets d'équipements électriques et électroniques)

Eco-systèmes et Ecologic sont les deux éco-organismes créés en 2005 et agréés en 2006, avec lesquels la Mairie a un accord pour la collecte des DEEE qu'elle récupère. Ces deux éco-organismes ont pour objet d'organiser en France la collecte et le recyclage des DEEE issus des équipements électriques et électroniques mis sur le marché.

Carte postale PLPD DEEE

Ils prennent en charge, en échange du versement d'une contribution financière (l'éco-participation), l'obligation de leurs adhérents (producteurs, revendeurs sous leur propre marque ou importateurs), d'organiser et de financer l'élimination des DEEE issus de leurs produits mis sur le marché. Cette éco-participation, versée par les adhérents et payée par le consommateur lors de l'achat d'un équipement neuf équivalent, correspond au coût de collecte, de réemploi, de dépollution et de recyclage du produit. En effet, la réglementation donne l'obligation aux vendeurs de les reprendre lors de l'achat d'un appareil neuf, vous pouvez donc les ramener chez les commerçants, qui ont la responsabilité de les envoyer dans les bonnes filières de valorisation.

Les DEEE sont récupérés par :

• les collectivités (CVAE, enlèvement des objets encombrants sur rendez-vous, et à Paris, dans les bacs à couvercle jaune, où les petits DEEE, type grille pain ou sèche-cheveux... peuvent être déposés) ;

• les vendeurs, les distributeurs qui doivent appliquer le principe du "un pour un", c'est-à-dire reprendre un produit usagé pour l'achat d'un produit neuf équivalent ;

• les réseaux solidaires, comme Emmaüs et Envie, partenaires des éco-organismes pour le réemploi. Emmaüs reçoit des équipements électriques et électroniques que les particuliers lui donnent et les distributeurs, eux, donnent au réseau Envie .

Le ramassage des appareils usagés auprès des collectivités, des distributeurs ou d'Emmaüs, la dépollution, le recyclage et la valorisation sont assurés par des prestataires des éco-organismes répartis dans toute la France.

Dans les installations des prestataires de traitement, les DEEE sont triés en sous-catégories : écrans, électroménager, matériel informatique. Puis ces déchets sont demantelés (extraction des composants dangereux, commes les accumulateurs, les tubes cathodiques, les lampes à décharge), les composants dangereux sont dépollués, et les autres composants sont recyclés par matériau (principalement des métaux ferreux ou nobles, du plastique, du verre).

Une administration éco-exemplaire

La Ville de Paris est profondément engagée pour la transition vers une économie vertueuse et créatrice d'emplois. Elle développe et soutient les initiatives d'économie circulaire sur son territoire, tout en transformant son propre fonctionnement pour encourager ses habitants à s'engager en faveur de l'économie circulaire. 

En 2013, toutes les mairies d'arrondissement ont désigné un interlocuteur unique pour la mise en œuvre au quotidien du PLPD

Les services municipaux participent également à cette démarche :

  • Réduction de la consommation de papiers grâce au suivi des usages de ramettes, aux commandes de papiers imprimés, à la politique d'achat de papier éco-conçu et à la dématérialisation des procédures ;
  • Collecte séparée des papiers dans les bâtiments équipés de sacs kraft ou de corbeilles de tri ;
  • Réutilisation des déchets verts d'élagage et des sapins de Noël en broyat, compostage des déchets verts municipaux ;
  • Sensibilisation au gaspillage alimentaire et mise en place de la collecte des biodéchets dans le restaurant administratif de l'Hôtel de Ville ;
  • Création d'une bourse au mobilier de bureau pour le réemploi courant entre les directions ou lors de déménagements ;
  • Diffusion de fiches de bonnes pratiques de réemploi et de recyclage auprès des responsables logistique ;
  • Installation de points de collecte administratifs de piles et de cartouches d'imprimantes en lien avec les éco-organismes ;
  • Mise en place de référents déchets chimiques en directions.


En parallèle à ces actions, des sessions de formation à la prévention des déchets sont dispensées aux personnels et les agents de ménage sont formés au tri. Un quiz pédagogique a également été proposé sur le portail intranet pour permettre aux agents de tester leurs connaissance en matière de prévention des déchets et des journées d'opération "Grand Tri" ont déjà été organisées dans les directions. D'autres projets sont à l'étude afin de poursuivre la sensibilisation 



Dernière mise à jour le mardi 23 juin 2015

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

L’essentiel de Paris

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.
Je m'abonne

Paris j'écoute

9h1510h13
@Maandooouu
Bonjour, j'ai une amie qui a fait tomber son portable dans une bouche d'egout rue Taillandiers. Comment faire? Merci bien.
@Parisjecoute
Bonjour, la permanence des équipes d'égoutiers est joignable 24h/24 et 7j/7 au 01 44 75 22 75.
11h3412h9
@MyriamEbbo
bonjour. A quand le retour des livres en libre-service parc André Citroën ? #foodtruck s'en occupait...
@Parisjecoute
Bonjour, l'opération "Bibliothèque hors les murs" est présente cet été dans 4 autres parcs du 15e.
14h5615h11
@Buba_aos
Le collecte de poubelles ce font quelle heure et quelle jour sur le blvd Ménilmontant
@Parisjecoute
Bonjour, vous pouvez consulter les horaires de collecte des ordures ménagères par arrondissement ici : http://ow.ly/Qpb38
18h2219h10
@BenjaminPhilgo
On parle d'une journée sans voiture le 27/09. Quelles en sont les modalités ?
@Parisjecoute
En attendant davantage de détails sur cette journée, nous pouvons vous dire qu'un parcours @Velib insolite sera organisé. :)

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.