L’assistance aux publics vulnérables

Dans le cadre de sa politique de prévention, la Ville de Paris a mis en place un certain nombre de dispositifs tendant à protéger et à assister certaines catégories les plus fragiles de la population.

L’assistance aux sans-abri

Créée en 2004, l’Unité d’Assistance aux Sans-Abri (UASA) intervient sur l’ensemble du patrimoine municipal (notamment bois de Vincennes et de Boulogne, parcs et jardins) ou dans des lieux où les autres maraudes ne peuvent se déplacer (sites particulièrement sensibles, talus de périphérique, canaux, etc.).

Cette unité municipale unique en France est constituée de 27 inspecteurs de sécurité, de 2 travailleurs sociaux et de 2 interprètes qui maraudent pour maintenir un lien avec les sans-abri (14 000 contacts en 2014), les orienter vers les structures d’accueil et contribuer à les «sortir de la rue» (150 «sorties de la rue» en 2014). 

Dans le cadre du Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, en lien avec "la grande cause parisienne", cette unité joue aussi un rôle fondamental pour la mise à l’abri des familles à la rue, si besoin en effectuant des signalements et en assistant les services sociaux dans l’exécution des mesures de protection de l’enfance prises par la Justice.

Elle intervient également à l'occasion des déclenchements des plans urgence "hivernale" et "canicule".

L’aide aux jeunes en difficulté

Les «Cellules d’échanges d’informations nominatives Mineurs en difficulté»

Créées en 2012, elles réunissent les différents partenaires des conseils de sécurité et de prévention de la délinquance d’arrondissement (Police, Justice, Éducation Nationale, Mairie d’arrondissement, etc.) ainsi qu’un représentant des services sociaux. Il s’agit ici d’identifier le plus en amont possible des mineurs, connus de différents professionnels, qui risquent de basculer sur des trajectoires délinquantes, pour les orienter ensuite vers une prise en charge socio-éducative (travailleurs sociaux, Réussite Éducative, clubs de prévention, correspondants de nuit, Ville Vie Vacances, etc.). Deux nouvelles cellules d’échange préventif d’information concernant les mineurs sous-main de justice et ceux signalés comme étant en voie de radicalisation ont été créées en 2014.

L’Opération « Ville-Vie-Vacances »

La Ville de Paris a renforcé depuis 2002 le programme Ville Vie Vacances, cofinancé avec l’État, qui permet aux jeunes qui ne partent pas en vacances et ne s’inscrivent pas dans les structures ouvertes à tout public de bénéficier d’activités ludiques, culturelles et sportives, avec un contenu éducatif. Cette opération permet chaque année de financer près de 300 projets (dans les 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 15e, 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements) qui touchent plus de 5 000 jeunes.

L’aide aux victimes

Le dispositif parisien de l’aide aux victimes se caractérise par une multitude de partenaires – justice, Ville de Paris, préfecture de police, préfecture de région Ile-de-France, préfecture de Paris, barreau, association d’aide aux victimes, APHP, etc – devant répondre aux besoins de victimes présentant des problématiques différentes : violences intra-familiales, personnes vulnérables, touristes, victimes d’accidents collectifs, victimes d’actes de terrorisme.

Afin de mieux répondre aux besoins des victimes, en coordonnant l’action des différents acteurs concernés, la rédaction d'un schéma départemental parisien de l’aide aux victimes d’infraction pénale a été réalisée.

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder
Dernière mise à jour le vendredi 30 juin 2017
Crédit photo : © Emilie Chaix / Mairie de Paris

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.