Les rues végétales

Une «rue végétale» est une rue où l’herbe pousse sur les trottoirs et en pied des façades, une rue où les habitants peuvent venir jardiner et se rencontrer…

Qu’est-ce qu’une rue végétale?

Dans les rues végétales, la circulation automobile est absente ou apaisée, afin de donner la priorité aux piétons et aux mobilités douces. La Ville peut s'appuyer sur une large gamme d'aménagements et le renforcement de la présence végétale :

  • plantation d’arbres;
  • mise en place de pavés à joints engazonnés («laisser pousser l'herbe entre les pavés»);
  • végétalisation partielle des trottoirs par la création de «stries enherbées» dans l’asphalte;
  • découpe superficielle du trottoir en pied d'immeuble pour créer une bande de terre le long des façades;
  • création de murs végétalisés de plantes grimpantes;
  • mise en place de bacs de plantation en bois.

La rue végétale s’inscrit dans les actions visant à installer la nature au cœur de la ville dense : la végétalisation permet notamment de favoriser le rafraîchissement de la ville, de lutter contre la pollution atmosphérique et de diminuer les rejets d’eaux pluviales en égout grâce à la perméabilité des surfaces.

Jardinière sur un trottoir

Plus de place pour la nature… et pour les habitants!

Dans chaque arrondissement, la rue végétale est imaginée et réalisée en lien étroit avec les habitants : la concertation préalable est indispensable, mais la participation des habitants continue au-delà ! Leur implication tout au long du projet est essentielle: ce seront les riverains qui feront vivre la rue végétale, en lien avec les services de la Ville. Ils sont de véritables acteurs de la transformation de leur rue. Aussi, ils sont invités à:

  • investir les trottoirs avec des pots et des bacs de plantations;
  • prendre en charge l’entretien des plantations;
  • végétaliser leurs façades, leurs balcons;
  • créer de nouveaux rendez-vous conviviaux : repas de quartier, etc.

Dans ces rues d'un nouveau genre, la présence du végétal doit pouvoir inciter à un nouvel usage de l’espace public. La rue végétale est une rue à vivre autant qu’une rue où l’on passe, une rue conviviale et attractive pour les riverains et pour les usagers de l’espace public en général, une rue support de lien social.

Plantation dans des jardinières sur le trottoir par les enfants des écoles avec les jardiniers de la Ville.

Renforcer les continuités écologiques

La rue végétale constitue un corridor pour la nature à Paris. À l’image des alignements d’arbres des rues, de la Petite Ceinture ou encore des berges de la Seine et des canaux, la rue végétale dessine une continuité écologique propice à la biodiversité, où la nature peut circuler dans la ville.

À Paris, cette biodiversité se développe là où les populations végétales et animales peuvent se nourrir et se reproduire. Ces réservoirs de biodiversité sont principalement les parcs et jardins, les cimetières ainsi que le bois de Vincennes et le bois de Boulogne.

Le dynamisme de ces réservoirs repose sur la mobilité et les échanges que les êtres vivants entretiennent dans Paris et à l’échelle de la région. C’est le rôle des continuités terrestres et aquatiques qu’on appelle corridors écologiques et qui forment la trame verte et bleue de Paris.

La végétalisation de l’espace public est plus forte grâce à ces interconnexions. À l’image de nos propres villes connectées par des voies de circulation, ce réseau écologique correspond à une infrastructure verte.

Abeilles butinant dans la rue Léon-Séché (15e).

La rue Gustave-Goublier (10e)

La rue Gustave-Goublier (longue de 69 mètres) est un passage entre deux axes très animés : le boulevard de Strasbourg et la rue du Faubourg-Saint-Martin. Elle a été piétonnisée en 2011 et a fait l’objet, depuis, de nombreuses interventions artistiques ou végétales de la part des riverains, qui ont créé l’Association des riverains de la rue Gustave-Goublier (ARRGG), très mobilisée pour la végétalisation de cet espace.

La rue végétale Gustave-Goublier a été aménagée dans un esprit de « jungle urbaine » : fraîcheur, exubérance et dépaysement sont les mots d’ordre suivis par les paysagistes. 3 palmiers, 4 yuccas, 50 arbustes et 360 plantes vivaces ont été plantés. Deux jardinières en pleine terre ont été créées et une borne fontaine a été installée, pour faciliter le jardinage participatif par les riverains. Un hôtel à insectes a été fabriqué par l’ARRGG. Un marquage au sol guide les promeneurs au fil de la rue.

La rue végétale du Gustave-Goublier sera inaugurée en juin 2018.

La rue de Cîteaux (12e)

Le 12e arrondissement est l’un des deux premiers (avec le 15e) à aménager sa rue végétale. Suite à la concertation menée auprès des riverains et du conseil de quartier, c'est la rue de Cîteaux qui a été choisie, dans sa section comprise entre la rue Crozatier et la rue du Faubourg-Saint-Antoine. Les habitants se sont exprimés lors d'une consultation sur le site de la mairie du 12e. Ils ont choisi entre les deux options proposées celle qui était la plus ambitieuse : créer une rue piétonne.

Le chantier d'aménagement a eu lieu d'octobre à décembre 2015. En détail, que trouve-t-on dans la rue de Cîteaux ?

  • cette section de la rue, ainsi que le passage Driancourt, sont désormais piétons ;
  • des zones en pavés à joints engazonnés et des « stries enherbées » dans l’asphalte sont créées pour favoriser la végétation spontanée ;
  • des bacs de plantation en bois sont disposés tout au long de la rue ;
  • un marquage au sol décore les trottoirs et la chaussée.

Les premiers permis de végétaliser ont été délivrés à des riverains et des commerçants pour entretenir les bacs plantés.

La rue Léon-Séché (15e)

Dans le 15e arrondissement, c'est la rue Léon-Séché qui a été choisie. La rue Léon-Séché mène au square Saint-Lambert : sa végétalisation fait d'elle une chemin naturel vers le square. Les habitants ont été associés au projet d'aménagement, dont le chantier s'est déroulé de novembre à décembre 2015. Quels changements rue Léon-Séché ?

  • la rue devient piétonne ;
  • plusieurs arbres ont été plantés au coin de la rue Lecourbe pour marquer l'entrée de la rue végétale (à l'automne 2016, à l'occasion des travaux de modification du carrefour avec la rue Lecourbe) ;
  • des zones en pavés à joints engazonnés et des « stries enherbées » dans l’asphalte sont créées pour favoriser la végétation spontanée ;
  • des plantations en pleine terre (vivaces, graminées) sont installées au bord des trottoirs et au pied des arbres ;
  • des bacs de plantation en bois sont disposés tout au long de la rue ;
  • un marquage au sol décore les trottoirs.

Les premiers permis de végétaliser ont été délivrés à des riverains et des commerçants pour entretenir les bacs plantés.

La rue du Retrait (20e)

La rue du Retrait est une rue essentiellement résidentielle d'environ 300 mètres, animée en journée par un jardin d’enfants et deux écoles, et en soirée par le théâtre de Ménilmontant. Itinéraire alternatif pour cheminer entre la place Gambetta et le quartier Ménilmontant, en retrait de l’axe de la rue des Pyrénées, la rue du Retrait s’est vite imposée comme un axe piéton à valoriser.

Une dynamique artistique est déjà présente au travers de peintures murales effectuées depuis 2005 sur les façades des immeubles.

La concertation avec les habitants pour le réaménagement de cette rue a été menée en 2016 et 2017 à l’occasion de diverses rencontres sur site et de réunions de travail. 

Les paysagistes ont cherché à retrouver des éléments de l’histoire du quartier (anciennes vignes, mise en valeur des pavés, du caractère villageois) tout en mettant en avant les interventions artistiques réalisées sur les façades.

La rue végétale du Retrait sera inaugurée le samedi 16 juin à 12 heures.

Les détails de l'aménagement:

  • Création de 7 jardinières de pleine-terre de différentes hauteurs, afin de permettre le jardinage pour toutes les générations (40 m² au total) ;
  • Réalisation d’un mur végétalisé planté de vignes
  • Végétalisation du mobilier urbain ;
  • Installation de 14 tonneaux végétalisés aux entrées de la rue ;
  • Graphisme au sol (jeux pour les enfants).

Les futures rues végétales à Paris

Bientôt dans les 8e, 9e, 11et 18e arrondissements

Plusieurs sites ont été identifiés pour accueillir les prochains projets :

  • La rue Corvetto dans le 8e.
  • La rue Pierre-Haret dans le 9e prolonge le square Hector-Berlioz, jusqu'au boulevard de Clichy.
  • dans le 11e : l'avenue de Bouvines, donnant sur la place de la Nation.
  • la rue Navier, longeant le square Jean-Leclaire dans le quartier des Épinettes (17e).
  • dans le 18e, l'aménagement concernera la rue Montcalm.
  • la rue Georges-Thill dans le 19e, qui relie la rue Petit à l'avenue Jean-Jaurès.

Quels aménagements seront mis en œuvre ? La concertation avec les riverains est en cours, en lien avec les mairies d'arrondissement.

Les rues végétales, une histoire à suivre

Pour chaque projet de rue végétale, les habitants seront associés à chacune des étapes :

  • conception et concertation : choix des aménagements végétalisés, positionnement des bacs plantés ;
  • travaux et installations : plantations participatives avec les jardiniers de la Ville ;
  • exploitation : un entretien collectif en lien avec les habitants et les associations (jardins partagés par exemple).

Quels critères pour choisir une rue végétale?

Le concept de rue végétale implique de réunir quelques conditions :

  • une circulation automobile apaisée (une aire piétonne ou une zone de rencontre) et un stationnement maîtrisé (peu ou pas d'emplacements de stationnement automobile) ;
  • une rue offrant un potentiel végétalisable en respectant les contraintes de voie publique (réseaux en sous-sol, accès en surface à préserver pour les pompiers…) ;
  • une rue génératrice de flux piétons (présence d’équipements publics, de quelques commerces…) ;
  • une dynamique locale et un potentiel participatif, car ce sont les riverains qui font vivre la rue ;
  • un maillon de la trame verte et une contribution au rafraîchissement de la ville : la future rue végétale renforcera la trame verte existante.


Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder
Dernière mise à jour le mardi 12 juin 2018
Crédit photo : Jean-Pierre Viguié

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.