Ouvrir la recherche
Reportage

Un entraînement inoubliable pour des collégiennes fans de basket !

Mise à jour le 23/01/2020
Dans le cadre du NBA Paris Game, le gymnase Didot (14e) a accueilli mercredi 23 janvier, des collégiennes pour des entraînements de basket animés par des coachs de la Junior NBA et des champions français tels que Ronny Turiaf et Cathy Melain. Reportage.
Bien au chaud dans les installations du gymnase Didot (14e) près de la porte de Vanves, les heureuses élues du jour - car la session était 100 % filles aujourd'hui - étaient toutes à bien l'heure tout comme le staff de la Junior NBA. Ces derniers, une vingtaine d'adultes au total, provenait des USA mais aussi du Mexique, d'Espagne et du Royaume-Uni pour transmettre l'esprit NBA.
Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris

L'esprit NBA chez les jeunes collègiennes

Venues de 3 collèges parisiens dans le cadre des NBA Games (G. Méliès, G. Budé - 19e- , E. Gallois ( 13e) ou encore Saint-Ouen (93) via l'association Sport dans la ville, près de 80 collégiennes ont eu le privilège de s'entraîner "à l'américaine" avec deux sommités du basket français : Ronny Turiaf (ex-joueur des L.A. Lakers) accompagné de Cathy Melain (plusieurs fois championne d'Europe, devenue coach). Ces derniers épaulant les coach NBA, soit pour de traduction anglais-français, soit pour les détails techniques.

Les valeurs toujours universelles du sport

Cette session avait pour objectif de renforcer l'esprit d'équipe. Alors les coachs multiplient différents exercices sans temps mort avec en permanence des mots et des gestes destinés à provoquer l'engagement de chacune. Les visages des adolescentes sont barrés de sourires et la formule NBA suscite entrain et rires, mais avec sérieux malgré tout. Pour les professeurs d'EPS parisiens venus accompagner leurs élèves, la joie d'être présent se lit aussi sur leurs visages ." On voit les étoiles dans les yeux des gamines, c'est sûr. Ils (la NBA) viennent avec un tel fighting spirit ! Certaines de leurs techniques d'entrainement, on les intègre ensuite au collège. Ça peut paraître étrange mais le "check" à l'américaine (le "High five", "claquer dans la main d'un partenaire" en français), je l'utilise dans l'enceinte du collège maintenant. On peut se croiser 20 fois dans la journée, on se "checkera" à chaque fois, cela ça crée une communauté !" note Baptiste Anelli qui enseigne l'EPS au collège Evariste Galois (13e).
Carla Palomo, coach Junior NBA venue de Barcelone et Junio NBA coach pour lazone Europe et Moyen-Orient
Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Autres variantes de cet état d'esprit : après chaque exercice, joueuses et staff se congratulent, s'applaudissent comme pour se valider l'un l'autre. Le basket d’Île-de-France et français disposent de très nombreux atouts confirmés par les coach NBA présents. Carla Palomo, coach Junior NBA venue de Barcelone confirme : "il y a de très bonnes joueuses ici, déjà très fortes et très grandes en plus". Baptiste Anelli tient d'ailleurs à remarquer " que toutes les récents trophées individuels NBA ont été remportés par des joueurs français, c'est un signe. On est très bons en France dans l'enseignement des enfants, bien plus qu'aux USA. Mais eux, c'est plus tard au niveau universitaire qu'ils rattrapent leur retard et nous dépassent ".

il y a de très bonnes joueuses ici,
déjà très fortes
et très grandes en plus".

Clara Palomo
Coach Junior nba
Des considérations secondaires pour le moment pour les élèves présentes qui veulent avant tout se faire plaisir et éventuellement montrer aux champions présents ce qu'elles sont capables de faire. Qui sait ? L'une d'elles peut devenir une prochaine Tony Parker ?
Mais place à l'entrainement, ni les coachs ni les champions ne souhaitent trop bavarder pour le moment. Ce qui importe, c'est la relation à ses partenaires et la technique. Tout le reste sera abordé durant un temps d'échange à 12h entre les enfants et nos deux champions présents, rejoints ensuite par une petite star de 20 ans Lisa Zimouche, 20 ans, ancienne joueuse du PSG et reine du foot freestyle ! 2 millions d'abonnés la suivent sur les réseaux sociaux, ce qui laisse Rony Turiaf, pantois.
Durant la causerie, le maître-mot de Rony, Lisa et Cathy aux jeunes filles se résumait à toujours croire en ses rêves et de ne pas se laisser décourager par personne et que surtout, grâce au sport, ils mènent tous trois une vie formidable !

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations