Ana Girardot, marraine de Mon Premier Festival

Évènement
Mise à jour le 27/10/2022
Photo
Cet article fait partie de Mon Premier Festival

Ana Girardot, marraine de Mon Premier Festival 2022

Comédienne, réalisatrice et productrice, révélée au grand public en 2010 dans Simon Werner a disparu de Fabrice Gobert, Ana Girardot est heureuse d’être la marraine de la 18e édition de Mon Premier Festival.
Tout autant drôle qu’émouvante ou mystérieuse, elle compte aujourd’hui 22 films et 7 séries à sa filmographie, dans des genres aussi différents que la romance moderne, le policier, le comique, l’espionnage ou le fantastique.
Fille de comédiens, Ana Girardot avait l’habitude d’aller toute petite sur les plateaux de cinéma, lieu où elle se sentait bien : “Il y avait un respect du silence, c’est précieux !” Mais son premier grand souvenir de cinéma, c’est à l’avant-première du Roi lion. “C'est un souvenir incroyable ! J’étais fascinée par ce grand écran noyé, au début du film, dans la beauté d’un immense soleil orange.”
Le cinéma, pendant son enfance, était une sortie rituelle et joyeuse qu’elle partageait avec sa famille. Ana Girardot en a ensuite fait son métier, pour poursuivre, parfois contre l’avis de tous, une quête infinie d’elle-même, un peu comme les héroïnes de la thématique de cette édition. “J’ai le désir de me fondre dans la vie des autres, de me télétransporter dans d’autres univers en me laissant guider par mon désir.”
Elle a tourné dans 13 films avec des enfants.
“C’est délicat de jouer avec eux. Ce sont des êtres magiques et expressifs qu’il ne faut pas brider. Ils sont doués d’une désinhibition incroyable pour laquelle j’ai beaucoup d’empathie.”
La marraine du festival avoue aussi avoir un goût prononcé pour le paranormal, qui lui permet de jouer des personnages qui “expriment des choses profondes à travers l’outil cinématographique”. Dans un esprit festif, Ana Girardot a hâte de partager avec le public du festival son amour du cinéma.

Ses trois films coups de coeur

Image
Image
Image