Ouvrir la recherche
Actualité

Les conseils d'une pédopsychiatre sur le confinement avec des enfants

Mise à jour le 26/03/2020
École à la maison, gestion des écrans et des colères, privation du grand air, cohabitation avec les parents en télétravail… Le Dr Pascaline Guérin, pédopsychiatre à l'hôpital Trousseau AP-HP (12e), nous livre son éclairage afin que cette période de confinement se passe le mieux possible en famille.

Quels sont les effets du confinement ? Que dire aux enfants ?

De cette situation inédite, il y a deux choses à distinguer. Premièrement, la crise sanitaire en elle-même, exceptionnelle, est génératrice d'angoisse autant chez les enfants que chez les adultes. La peur est légitime face à un danger, mais elle se construit également à partir de la représentation que l'on s’en fait. L'adulte doit être un pare-feu et relativiser le danger. C'est la qualité de l'environnement qu'il va créer qui déterminera le niveau de stress de l'enfant.
Deuxièmement, la situation de confinement : elle n'est pas une punition. Au contraire, c'est un moyen d’être utile à soi-même et ceux qu’on aime, à sa famille, ses amis, ses voisins. Nous sommes ainsi collectivement utiles, non seulement en se protégeant nous-mêmes, mais aussi les autres. C'est grâce à ce moyen de protection que nous allons combattre « l'ennemi » invisible: le virus.
Ensuite, si le lien social est physiquement interrompu, il est maintenu psychiquement, d’autant qu’il pourra l’être aussi virtuellement grâce aux technologies modernes de communication. C'est paradoxal : nous allons probablement plus communiquer entre nous que lorsque nous pouvions nous parler de visu. Nous sommes plus disponibles pour le faire, par exemple en prenant le temps de prendre des nouvelles de nos proches, en rendant des services aux plus fragiles (même si nous devons maintenir la distance). Le regain d’empathie aux autres aide à se sentir moins anxieux.

Comment organiser cette période de promiscuité à la maison ?

Il faut clairement expliquer aux enfants qu'il ne s'agit pas de vacances ! Il est indispensable d'établir un planning pour tous les membres de la famille présents au domicile, avec les différentes plages horaires mentionnant les activités de chacun :
- l'école en fonction de l’âge des différents enfants (maternelle, primaire, collège, lycée),
- le télétravail pour les parents qui peuvent le mettre en place,
- les jeux,
- les activités manuelles,
- la sieste,
- les écrans (au plus un temps le matin, un autre l'après-midi),
- les tâches dédiées à l’ensemble de la famille dont la responsabilité peut être confiée aux enfants à tour de rôle selon leurs capacités d’autonomie.
Maintenir une vie rythmée est déterminant pour ne pas se déconnecter de la vie sociale qu’il faudra reprendre ultérieurement.

Plus l'emploi du temps est structuré et encadré, mais concerté avec l’enfant, mieux la promiscuité se passera dans de bonnes conditions.

Dr Pascaline Guérin
PÉDOPSYCHIATRE À L'HÔPITAL TROUSSEAU AP-HP (12E)

Et sur le plan scolaire ?

Les adultes n'ont pas à se substituer à l’enseignant. En revanche, ils sont les garants de l'organisation de la journée de l'enfant. C'est à eux de veiller à ce que les temps de distraction - notamment les leurs - n'empiètent pas sur ceux de l'éducation. Mais on peut aussi apprendre en s’amusant, par exemple en suivant une recette de cuisine. Plus l'emploi du temps est structuré et encadré, mais concerté avec l’enfant, mieux la promiscuité se passera dans de bonnes conditions.
Si l'un des parents, ou les deux, télétravaillent, pourquoi ne pas en profiter pour expliquer en quoi consiste leurs missions ? C'est aussi l'occasion de prendre ce temps de « repos forcé » pour construire des choses ensemble : écrire ou filmer le récit de la journée ou de la semaine à envoyer aux grands-parents, instaurer des temps pour discuter et partager des anecdotes méconnues de l'histoire familiale, feuilleter des vieux albums photos, faire la mise en page de récits de vacances, bricoler, redécorer une chambre, débuter un journal intime, mettre en scène une pièce de théâtre avec les frères et sœurs, etc.

Comment agir en cas de conflit ou de mésentente ?

La cohabitation prolongée peut être l'opportunité de renouer un dialogue, de modifier le regard que l'on pose sur son enfant, de retrouver des mots plus apaisés pour s’adresser à lui. Au lieu de reprocher à un enfant ses mauvais résultats scolaires, plutôt le remercier pour son aide apportée lors de la préparation d’un repas, ou le féliciter pour son « talent » pour la vidéo qu’il a réalisée sur la journée écoulée.
En cas de colère, mieux vaut isoler l'enfant et ne le solliciter à nouveau qu’une fois calmé, tout en essayant de ne pas s‘emporter, ni crier, ni le menacer. Pour les ados, mieux vaut proposer des alternatives et des compromis (notamment pour le temps d'écran) que d'interdire.
Puis, pour évacuer le trop plein d'énergie, pourquoi ne pas prévoir des séances partagées de sport à la maison, de yoga ou de méditation?

Dans ce confinement imposé, le lien interindividuel peut se resserrer au lieu de se distendre.

Dr Pascaline Guérin
pédopsychiatre à l'hôpital Trousseau AP-HP (12e)

Avez-vous des astuces?

Certains moyens, comme le système à points, peuvent aider à gérer le quotidien. Un point vert est attribué dès qu’une exigence (pas plus de trois par jour), mentionnée sur un tableau établi au préalable en concertation avec l’enfant (se laver les dents, mettre la table), a été correctement effectuée sans heurts. Au bout d'un certain nombre de points verts, l'enfant reçoit une récompense convenue lors de l’établissement du système.
Les tâches du quotidien deviennent aussi des occasions de transmettre son savoir-faire. Les repas peuvent donner lieu à l’instauration d’un échange pour dire ce que l'on ressent tour à tour, une sorte de « météo » des émotions, en s'aidant entre autres de smileys colorés matérialisant les quatre émotions de base (joie, tristesse, peur, colère) pour les plus petits. Au total, dans ce confinement imposé, le lien interindividuel peut se resserrer au lieu de se distendre.

Des psychologues de la Ville de Paris à votre écoute

Les conseils en vidéo avec Paris chez vous

Comment parler du coronavirus et du confinement avec ses enfants
Comment calmer les enfants trop agités
Comment occuper ses enfants pendant le confinement ?

Plus d’infos

Depuis de nombreuses semaines, élu·e·s et services municipaux travaillent en étroite collaboration avec les autorités publiques nationales pour prévenir et freiner l’épidémie de coronavirus.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.