Ouvrir la recherche
Le saviez-vous ?

Fashion week : 8 choses à savoir sur la mode à Paris

Mise à jour le 28/09/2020
La Paris Fashion Week se tient du 28 septembre au 6 octobre 2020, dans une édition adaptée à la crise sanitaire. Événement incontournable du secteur, cette semaine particulière invite à se pencher sur Paris et la mode, une histoire à (re)découvrir en 8 points.

1. La première Paris Fashion Week a eu lieu en 1973

Ce qui lui fait maintenant 47 ans ! À cette époque, c’était une représentation groupée de la haute couture, du prêt-à-porter et de la mode masculine. C’est la Fédération de la haute couture et de la mode, structure créée en 1868 sous le nom de Chambre syndicale de la haute couture parisienne, qui l’organise au palais de Versailles. Il s’agissait au départ d'une collecte de fonds pour restaurer le palais. Des créateurs français et américains y présentaient leurs collections dans ce défilé aux allures de duel, alors appelé « la Bataille de Versailles ».
Avant cela, les couturiers avaient pris l’habitude de présenter leurs collections dans des salons privés dès la seconde moitié du XIXe siècle. En 1943, Eleanor Lambert crée la première Fashion Week à New York, la « Press Week ». Puis, en 1951, le créateur Giovanni Battista Giorgini organise dans sa villa un défilé de mode de plusieurs maisons italiennes. Le public est de plus en plus nombreux et les défilés se déroulent à Florence, avant d’être transférées à Milan faute de place, en 1957. En 1961, Londres emboîte le pas avec ses collections avant-gardistes.
Cette année, en raison des restrictions dues à la crise sanitaire, la Paris Fashion Week® sera composée d’événements physiques et digitaux. 84 maisons de couture y présenteront leur collection printemps-été de prêt-à-porter féminin. 19 maisons préparent des défilés physiques avec une jauge limitée, les autres des présentations ou des formats numériques.
Le monde de la mode s’adapte ainsi aux mesures liées à la pandémie. En avril dernier, Londres a proposé une Fashion Week en ligne. Celle de New York en septembre s’est faite sans public, avec une plateforme accessible aux designers pour créer des shows virtuels autour de leurs créations.

2. La Ville de Paris consacre un de ses musées à la mode

Au Palais Galliera, la mode est dans son écrin. Après deux ans de travaux et de réaménagement, le musée de la mode de la Ville de Paris va rouvrir ses portes le 1er octobre. Au menu, le doublement de la surface consacrée aux expositions, soit 670 mètres carrés supplémentaires. Cet agrandissement a été permis par la réhabilitation des caves voûtées de l’édifice, construit au XIXe siècle à la suite d'un don de la duchesse Galliera. Désormais, le musée est en mesure d’exposer sa collection permanente garnie de 200 000 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours.
Le palais vu de l'extérieur.
Le Palais Galliera rouvre ses portes après deux ans de travaux.
Geoffroy Ménabréa
À tout seigneur tout honneur, pour sa réouverture, le Palais Galliera consacre sa première exposition temporaire à l’œuvre de Gabrielle Chanel, sur un parcours de 1500 m2 jalonné de 350 pièces. Une librairie-boutique, un atelier pédagogique et un salon de thé saisonnier en extérieur ont également été construits.
10, avenue Pierre-Ier-de-Serbie (16e). Tél. : 01 56 52 86 00

3. Les marques candidatent pour intégrer la semaine de la mode parisienne

C’est la Fédération de la haute couture et de la mode qui coordonne la Paris Fashion Week ®, ou « PFW® » pour les initiés. Celle-ci se tient pour la mode féminine et masculine et 4 fois par an. Les marques qui souhaitent accéder au calendrier officiel de la PFW® doivent se porter candidates. Un comité spécifique les sélectionne selon le degré de créativité, le potentiel international et le savoir-faire.
Public et photographes se préparent pour le défilé.
Sophie Robichon / Ville de Paris

4. La semaine de la haute couture existe uniquement dans la capitale

À ne pas confondre avec la semaine de la mode parisienne ! La semaine de la haute couture féminine se déroule en janvier et en juillet, uniquement à Paris, car il s’agit d’une spécificité française. Il s'agit par ailleurs d'un événement très fermé : seuls la presse et les clients peuvent y assister. Elle concerne les pièces réalisées exclusivement à la main.

5. Il y a plus d’une centaine de Fashion Week dans le monde

Barcelone, Vienne, Stockholm… Il y a un nombre incalculable de Fashion Week. Nombreux sont les pays qui souhaitent en avoir une ! Alors difficile de s’arrêter sur un chiffre. Cela étant, les plus connues sont Paris, New York, Londres et Milan, surnommées les « Big Four », les quatre capitales de la mode. À Paris, les défilés sont réservés aux professionnels, acheteurs et journalistes. À New York et Londres, le système étant différent, elles peuvent accueillir en temps normal du public. Outre-Atlantique, les marques fonctionnement pour la plupart en « see now buy now », c’est-à-dire que les pièces peuvent être achetées dès la fin du défilé.

6. Paris rend hommage aux grands noms de la mode

Couturière et designer, Sonia Rykiel restera à jamais associé au Saint-Germain-des-Prés des années 1970. Par sa philosophie de la mode et sa liberté de ton, la créatrice a favorisé l’émergence d’une figure de femme libre, élégante et indépendante. Née dans le 14e le 25 mai 1930, elle est décédée le 25 août 2017 à Paris (7e). A l’occasion des 50 ans de la maison Sonia Rykiel, la Ville lui a rendu hommage en attribuant son nom à une partie du terre-plein central du boulevard Raspail, entre les rues du Cherche-Midi et de Rennes, dans le 6e. Celui-ci a été inauguré le 29 septembre 2018 lors du défilé de la Maison.
Azzedine Alaïa, styliste et couturier franco-tunisien, est arrivé à Paris dans les années 1950. Ses robes moulantes étaient particulièrement prisées, notamment dans les années 1980. Naomi Campbell, Grace Jones ou encore Lady Gaga ont été habillées par ses soins. Il est décédé le 18 novembre 2017. À l’occasion de la pose de la plaque portant son nom, un hommage lui a été rendu en 2019.

7. Jusqu’en 2010, la semaine de la mode à Paris se tenait uniquement au Carrousel du Louvre

En 1994, l’événement prend ses quartiers au Carrousel du Louvre, pour simplifier l’organisation de la présentation des collections. Puis, en 2010, ce centre névralgique est mis de côté. Chaque marque désire avoir un cadre, un décor plus adapté à l’ambiance de ses vêtements.
Le Grand Palais, le parvis du Trocadéro et le Champ de Mars font partie des lieux de défilé les plus iconiques des éditions passées. Le choix des lieux dépend avant tout des budgets des maisons et ils restent confidentiels pour des raisons de sécurité. D’ailleurs, il n’y a pas que les défilés durant la Paris Fashion Week : nombreux événements en « off » (vernissage, soirées, showroom) ont alimenté les semaines de la mode parisienne passées.

8. Des grands noms de la mode ont été formés dans une école de la Ville

Bouchra Jarrar, Pierre Hardy, Anne Valérie Hash, Guillaume Henry, Christine Phung… Le point commun de ces stylistes reconnus ? Ils ont été formés à l’école Duperré (3e), une école publique d’enseignement supérieur de la Ville de Paris fondée en 1856. Elle forme aux métiers de la mode, du textile, ainsi qu’aux métiers d’art (tissage, broderie, céramique). Elle place les étudiants au croisement des métiers d’art et du design en mettant les savoir-faire et l’innovation au cœur de la démarche créative. Les étudiants bénéficient aussi de nombreux partenariats avec les entreprises et les institutions.
Il existe aussi des sections mode dans les lycées professionnels parisiens (les lycées Elisa Lemonnier (12e), Turquetil (11e), Octave-Feuillet (16e), Paul-Poiret (11e), Marie Laurencin (10e) et Albert de Mun (7e)).
Une élève confectionne un vêtement sur mannequin.
Une des élèves de l'école Duperré perfectionne sa création.
Sophie Robichon / Ville de Paris
Petit lexique pour ne pas s’y perdre
The Big Four fait référence aux quatre capitales de la mode : New York, Londres, Milan, Paris.
Le Front row désigne le premier rang des défilés. Il est réservé aux invités les plus prestigieux. À l’inverse, les « places en standing » désignent les places debout pour les personnes sans invitation.
Le catwalk ou runway fait référence au podium sur lequel défilent les mannequins.
Le Street style correspond aux tenues les plus originales des amateurs de mode aux abords des défilés, dans la rue.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.