« L’Adidas Arena nous permettra de devenir une place forte du basket français et européen »

Rencontre
Mise à jour le 07/02/2024
 Bandja Sy, joueur du Paris Basketball, et Amara Sy, directeur sportif et ancien joueur du Paris Basketball
À quelques jours de son ouverture, le 11 février, nous avons rencontré à l’Arena Porte de la Chapelle deux figures du Paris Basketball, club résident de la nouvelle salle de 8 000 places : Amara Sy, son directeur sportif et Bandja Sy, joueur de l’équipe pro. Deux frères unis par la passion du basket et nés à Paris.
« C’est un rêve qui se concrétise, on peut même le toucher ! » : assis sur l’un des 8000 sièges de l’Adidas Arena, Amara Sy savoure l’instant. Directeur sportif du Paris Basketball, le club résident de la nouvelle enceinte XXL construite à la porte de la Chapelle (18e), c’est aussi un ancien joueur de la formation parisienne (2019-2022), figure du basket tricolore. « J’ai hâte de voir la salle pleine », sourit Bandja Sy, à ses côtés. Numéro 5 de l’équipe depuis l’été dernier… il est aussi le frère cadet d’Amara ! Car dans la famille Sy, le ballon orange est une vocation : ses deux autres frères Mamoudou et Mamadou évoluent aussi sur les parquets.
Dimanche 11 février, l’Arena ouvre ses portes au grand public. Au programme : des animations et des ateliers ouverts à tous et, en point d’orgue, un match du Paris Basketball face à Saint-Quentin pour le compte de la 23e journée de Betclic Elite, la 1re division du championnat de France de basket.

Le Paris Basketball joue dimanche prochain son premier match à l’Arena. Vos premières impressions ?

Amara Sy : Cette Arena, c’est du jamais vu à Paris ! Disposer d’une salle aussi moderne et aussi grande pour jouer au basketball, c’est une opportunité très rare en Betclic Elite. C’est la plus grande salle jamais construite dans la capitale pour le basketball. Pour sa construction, on a été beaucoup consultés, pour l’adapter au mieux, pour que le public ne soit pas trop éloigné du parquet, et pour que l’expérience du spectateur soit optimale. Elle va permettre d’attirer le grand public, de Paris et de la métropole, et pas seulement ceux qui sont familiers du basket !
Bandja Sy : Avec l’Arena, on change de dimension pour mes coéquipiers et moi. Jouer dans une salle d’une telle capacité, et surtout pouvoir jouer dans Paris, c’est une chance ! C’est un honneur de pouvoir apporter mon expérience à une équipe qui grandit et qui vise l’élite du basket européen. J’ai eu la chance d’évoluer dans plusieurs pays, aux États-Unis, en Espagne, en Serbie, en Grèce… Et de jouer avec des joueurs de très grand talent, comme les frères Mickaël et Florent Piétrus. Je n’ai jamais eu la chance de jouer avec mon frère, mais il a toujours été là pour me conseiller et m’épauler !

Bandja Sy, vous êtes né à Paris, et désormais vous jouez pour le club de la capitale. Un retour aux sources ?

Bandja Sy : C’est un sentiment spécial. Dans mon enfance, j’ai débuté par le football, mais je venais régulièrement voir jouer mes trois frères aînés (tous trois basketteurs professionnels). Ils allaient parfois jouer à la Halle Carpentier dans le 13e et je les accompagnais. Évoluer à Paris, ce n’est que du bonheur ! J’y ai mes amis d’enfance et ma famille, qui ne pouvaient pas toujours me voir quand je jouais dans des clubs à l’étranger.

Dans mon enfance, je venais voir jouer mes frères aînés à la Halle Carpentier. Jouer à Paris, ce n’est que du bonheur !

Bandja Sy
Joueur du Paris basketball

Amara Sy, vous avez grandi dans le 18e jusqu’à l’âge de 10 ans. Que peut apporter l’Arena aux habitants de la porte de la Chapelle ?

Amara Sy : C’est un quartier populaire, qui connaît certaines difficultés. Tous les commerçants et les habitants que je rencontre se réjouissent de l’arrivée de l’Arena : avoir autant d’événements – concerts, spectacles, matchs… – dans un seul lieu, cela va générer du passage. Cela va apporter une nouvelle dynamique à un quartier qui est en pleine évolution.
Aujourd’hui, le club déménage dans le 18e, où j’ai grandi ! C’est un arrondissement que je connais bien. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de recroiser Pascale, ma maîtresse de CP dans l’école de la rue Houdon, qui m’avait beaucoup aidé à cette époque.

L’Arena va-t-elle permettre d’attirer des talents du basket à Paris ?

Amara Sy : Depuis que je suis dans le milieu du basket, on attend un club digne de ce nom capable de représenter la capitale. Il y a eu plusieurs essais qui n’ont pas été concluants. Avoir un tel outil est une chance pour attirer au club des jeunes talents du basket et des joueurs confirmés. Pouvoir évoluer dans de telles conditions, c’est un luxe pour un joueur de haut niveau !
Avec l’Arena, on confirme notre ambition : devenir une place forte du basket français et européen. L’histoire n’en est qu’à ses débuts pour le Paris Basketball !
Recevez toutes les informations, perturbations et opportunités liées aux Jeux grâce à la newsletter Paris Infos Jeux 2024.