Ouvrir la recherche
Actualité

Coronavirus : des agents de la Ville se portent volontaires

Mise à jour le 31/03/2020
1600 agents de la Ville se sont portés volontaires pour renforcer les services. Ils soutiendront les missions essentielles, notamment l’accompagnement des personnes fragiles et isolées.
Les services de la Ville de Paris se mobilisent fortement dans le contexte actuel de pandémie de Covid-19. Pour renforcer ceux qui manquent de personnel, la collectivité a fait appel à des agents volontaires. Et les candidatures affluent après un appel à la mobilisation lancé par le Secrétariat général de la Ville.

Combien d'agents ont répondu à l'appel ?

Au lundi 30 mars, près de 1600 agents se sont portés volontaires. La Direction des ressources humaines a démarré un travail pour faire correspondre les profils avec les demandes de renfort. Les directions de la Ville ont établi, selon leurs besoins, des fiches missions détaillées avec des profils recherchés, la localisation des missions, etc.

Pourquoi faire appel à des agents volontaires ?

Il s'agit de missions essentielles qui ne pourraient pas être assurées avec les seuls effectifs actuellement disponibles des directions concernées de la Ville.

Quelles missions vont bénéficier du renfort de ces volontaires ?

La Ville a surtout reçu des demandes de personnels soignants, notamment au Centre d'action sociale de la Ville de Paris (CASVP) avec un besoin de renfort en infirmiers·ères, en médecins, en aides-soignant·e·s… Il y a aussi des besoins en animation et accueil (gymnases de mise à l’abri, centres d’hébergement, espaces solidarité insertion, foyers de l’aide sociale à l’enfance), pour préparer les repas et faire de la surveillance, pour des fonctions administratives (accueil, ressources humaines) ou de l’accompagnement éducatif et social dans les foyers de l’aide sociale à l’enfance. Il s'agit également de renforcer les équipes des téléconseillers du 3975.

Comment est assurée la sécurité des agents volontaires ?

La première vigilance est de respecter scrupuleusement les mesures barrières. Les personnels soignants auprès de personnes vulnérables, âgées et/ou malades sont protégés avec un équipement de protection individuel réglementaire.
Parmi ces renforts volontaires, Cathia Christophe. Auxiliaire de puériculture dans une crèche du 17e arrondissement, qui a dû fermer ses portes, elle n'a pas hésité à répondre à l'appel lancé par la Ville. "Je voulais être utile, explique-t-elle. J'ai été affectée à l'EHPAD Furtado Heine le 22 mars dernier dans le 14e arrondissement, à 15 minutes en bus de chez moi".

On est très bien protégés, avec une blouse, une sur-blouse, une charlotte, des gants, un masque et des lunettes de protection, en cas de Covid-19 déclaré.

Cathia Christophe
volontaire à l'EPHAD Furtado Heine (14e)
Sa mission : préparer les plateaux repas des patients de l'établissement et leur amener dans leur chambre où ils sont désormais confinés, ou encore nettoyer les poignées de portes et les rampes avec un produit désinfectant. "Cela permet aux aides-soignants de faire les soins plus tranquillement, explique-t-elle, en consacrant plus de temps à chaque pensionnaire de l'Ehpad".
Un renfort très utile pour les équipes de la structure : dans les premiers jours du confinement, les aides-soignants devaient assurer à la fois les soins et la préparation des plateaux. Côté équipements, "on est très bien protégés, avec une blouse, une sur-blouse, une charlotte, des gants, un masque et des lunettes de protection en cas de Covid-19 déclaré." Le travail est "parfois dur, mais passionnant". Et, sur place, "on a besoin de nous", conclut-elle.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.