Ouvrir la recherche
Le saviez-vous ?

Intégration des quartiers précaires de Phnom Penh (2019-2021)

Mise à jour le 30/11/2020
Paris et Phnom Penh, capitale cambodgienne, sont liées par des accords de coopération depuis 25 ans. Aujourd'hui, la métropole de Phnom Penh croît rapidement mais fait face à un défi : l'augmentation des quartiers précaires. Les deux villes travaillent ensemble pour trouver des solutions en accord avec les populations.
Paris et Phnom Penh entretiennent des relations de coopération depuis plus de 25 ans. Paris a accompagné la capitale cambodgienne de sa reconstruction à la gestion d’une métropole aujourd’hui en pleine expansion, avec l’accélération du développement économique.
Phnom Penh doit désormais se doter des équipements et services indispensables au fonctionnement d’un immense territoire urbanisé où le nombre de quartiers précaires est croissant.

Des habitats dignes pour tous

Depuis 2019, les deux capitales mènent une coopération structurante pour initier une politique publique forte en faveur de ces quartiers en diffusant une approche in situ et intégrée, en phase avec les besoins et les attentes des populations.
Grâce à un financement de l’Union Européenne, une opération pilote est lancée sur le site de Stung Mean Chey, qui regroupe 570 familles installées « illégalement » en bordure d’un canal de drainage, sans accès aux infrastructures de base.
Les travaux de consolidation du canal et d’aménagement d’une route d’accès sont financés directement par la municipalité de Phnom Penh. Les bords du canal ont été découpés en parcelles, connectées au réseau d’eau et d’électricité. Chaque famille se voit attribuer un titre de propriété et est relogée gratuitement dans des abris temporaires, le temps des travaux.
Le projet combine intervention sur les infrastructures et accompagnement social, en partenariat avec des ONG locales :
  • Organisation du dialogue avec les communautés et planification communautaire du quartier ;
  • Actions de sensibilisation et de formation à l’hygiène, la gestion des déchets et la gestion financière d’un ménage et modules de formation professionnelle (cuisinier, garagiste, chauffeur, couture) ;
  • Soutien à l’habitat et aux infrastructures : création d’une banque de matériaux pour les familles les plus vulnérables, proposition d’un modèle d’habitat abordable et durable, construction d’un équipement communautaire ;
  • Accompagnement pour faciliter l’accès aux prêts pour la construction des habitations.
Le projet comporte également un autre volet, piloté par l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), pour renforcer les associations d’autorités locales cambodgiennes, dans un contexte où la décentralisation, initiée en 2005, reste embryonnaire.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.