Ouvrir la recherche
Actualité

Caserne des Minimes, des logements sociaux au cœur du Marais

Mise à jour le 08/09/2020
70 logements sociaux ont pris place dans une ancienne caserne de gendarmerie, à 100 mètres de la place des Vosges. L'espace, fermé jusque là, s'ouvre à présent aux habitants du quartier du Marais, en proposant un jardin public et 12 locaux d'activité.
Ici résonnèrent les cloches d’un couvent puis les sifflets d’une gendarmerie. Aujourd’hui, les cris des enfants égayent ce nouvel ensemble immobilier du cœur de Paris.
Situé à deux pas de la place des Vosges (3e), ce bâtiment historique fut le Couvent des Minimes de 1605 à 1790. L’église du couvent est vendue pendant la Révolution et démolie en 1798. Le lieu fut tansformé en caserne de gendarmerie, de la Révolution jusqu’à nos jours.
La Caserne des Minimes est à présent un ensemble immobilier de 7 550 m2 en plein cœur du Marais, porté par Élogie-Siemp, 3e bailleur social de la Ville de Paris qui gère un patrimoine de plus de 29 000 logements à Paris et en banlieue.
Intérieur d'un logement social.
Intérieur d'un appartement de la Caserne des Minimes (3e)
Christophe Jacquet / Ville de Paris
L’ensemble compte 70 logements sociaux du T1 au T5 à destination de la classe moyenne. l'un d'eux est consacré à une colocation étudiante et trois sont entièrement adaptés aux personnes âgées.
Les premiers locataires ont intégré les lieux en août 2020.

Un lieu de vie pour les habitants du quartier

Une crèche de 90 berceaux gérée par l’association Crescendo (Groupe SOS) occupe le bâtiment de la rue des Tournelles, avec un accès indépendant et un espace extérieur dédié.
Vue d'ensemble
Crèche intégrée à la Caserne des Minimes (3e)
Christophe Jacquet / Ville de Paris
Par ailleurs, huit ateliers d’artisanat, deux commerces, un café associatif et un cabinet pour un professionnel de la santé viendront compléter l’ensemble et former un véritable lieu de vie pour les habitants.
L’ouverture sur le quartier n’a pas été oubliée. Plusieurs entrées permettent l’accès à cet îlot qui était jusque-là, clos. Les murs d’enceinte, rue des Minimes ont été remplacés par une grille et un porche a été créé au rez-de-chaussée du bâtiment donnant rue Saint-Gilles. Les grilles pleines sur la rue de Béarn et rue des Tournelles ont été supprimées.
Vue d'ensemble
Vue sur le jardin depuis la Casserne des Minimes (3e)
Christophe Jacquet / Ville de Paris
En son centre, l’ancienne place d’armes, d’une surface d’environ 2000 m², assez caractéristique de la dimension des squares parisiens, a été aménagée en jardin public. Il porte le nom du colonel Arnaud Beltrame, en hommage à ce gendarme qui, au péril de sa vie, se substitua à un otage lors de l’attentat terroriste de Trèbes, en 2018.
Caserne des Minimes 12 rue Béarn Paris 3e
Cet ensemble rappelle le réaménagement similaire de la caserne de Reuilly (12e) achevé en fin d'année 2019.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.