Ouvrir la recherche
Équipement

Square de la place Dauphine

Mise à jour le 17/10/2019

Horaires

 

samedi 19/10 00:00 à 23:59
dimanche 20/10 00:00 à 23:59
lundi 21/10 00:00 à 23:59
mardi 22/10 00:00 à 23:59
mercredi 23/10 00:00 à 23:59
jeudi 24/10 00:00 à 23:59
vendredi 25/10 00:00 à 23:59
samedi 26/10 00:00 à 23:59
dimanche 27/10 00:00 à 22:59

Accès

Square de la place Dauphine
6, rue de Harlay
75001 PARIS
Métro
Pont Neuf, ligne 7
Velib
Station 1001, 41 quai de l'horloge
Station 6014, 7 rue du pont de lodi
Station 1010, 10 rue boucher

Labels et signalétiques

Accessibilité

  • Accessible aux personnes déficientes visuelles
  • Accessible aux personnes déficientes auditives
  • Accessible aux personnes à mobilité réduite
Accessibilité d'usage pour les personnes à mobilité réduite et en situation de handicap sensoriel.

Contact

Nom : Square de la place Dauphine

Photos

Présentation

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Un peu d’histoire
La place Dauphine est née tardivement de la fusion de plusieurs petits îlots qui se partageaient le paysage jusqu’à la fin du 16ème siècle. Les îles alluvionnaires de la Justice, de Galilée, aux Juifs, aux Treilles et aux Bureaulx faisaient écho à l’île aux Vaches et à l’îlot de la Gourdaine, qui abritaient un petit moulin sur pilotis. Les vergers du roi, comme autant de jardins aux récoltes généreuses, offraient ici au regard des passants des tonnelles recouvertes de vigne grimpante et une « cour de la Pointe » offrait, elle, un décor plus désolé, une grève en friche, à l’emplacement de l’actuel n°26 de la Place Dauphine. C’est là que le commandeur des Templiers, Jacques de Molay et ses compagnons d’infortune finirent leurs jours, brûlés vifs, le 11 mars 1314.
La construction du Pont Neuf (1578-1607) décida du rapprochement de ces îlots à l’île de la Cité, les vergers et la cour cédant face au projet d’Henri IV d’édifier une place. Il confia ces terres au président du Parlement Achille de Harley, avec l’obligation de construire des maisons en pierre et en brique de même symétrie, avec un rez-de-chaussée à arcades pleines, deux lucarnes à fronton curviligne et un toit d’ardoise ! Des contraintes qui perdirent tout leur sens dès le XVIIIe siècle, lorsque les bâtiments Est disparurent pour percer une arcade qui laissait voir le Palais de Justice ! Des monuments et des personnalités diverses et variées s’y succédèrent.
En 1660, un obélisque et un arc de Triomphe imposèrent leur superbe aux Parisiens, à l’occasion de l’entrée solennelle de Louis XIV et de Marie-Thérèse dans la capitale. Boucher et Chardon y exposèrent leurs œuvres picturales au cours de l’Exposition de la Jeunesse en 1777, et une fontaine triomphale déversa ses flots à la mémoire du général d’Empire Desaix (1768-1800) pour le plus grand étonnement des badauds qui voyaient ainsi pour la première fois un monument en hommage à un autre homme qu’un monarque !Le préfet de la Seine Haussmann prévoyait de la détruire pour y aménager un square entouré de bâtiments de style néo-grec, mais le temps eut raison de son projet, car le préfet atteint l’âge de la retraite.
Elle porte le nom du Dauphin, futur Louis XIII, mais pendant un temps, de 1792 à 1814, elle fut débaptisée en place de Thionville.
Se promener
S’ouvrant d’un côté sur le Palais de Justice (flanqué de trois escaliers, de statues allégoriques et de lions mélancoliques), et de l’autre sur la statue équestre de Henri IV, la place Dauphine est ombragée par un mail de marronniers d’Inde à fleurs blanches (Aesculus hippocastanum). C’est au 17ème siècle que cet arbre originaire des montagnes des Balkans conquit les allées des parcs européens. Il est le premier de nos arbres à se couvrir de feuilles au printemps.
Réhabilité durant l'hiver 2009/2010, le mail a été en grande partie replanté avec des Marronniers à fleurs rouges (Aesculus x carnea), moins sensible aux attaques du ravageur, La Mineuse du marronnier, entraînant la chute prématurée des feuilles et l'affaiblissement des arbres.
Vous pourrez vous asseoir quelques instants sur un de ses bancs sur lequel Simone Signoret et Yves Montand s’arrêtèrent peut être un jour, avant de regagner leur domicile, dans une des maisons bourgeoises de la place. Vous pourrez en profiter pour aller découvrir les animaleries du quai de la Mégisserie tout proche, qui ravira les enfants et les amoureux des poissons rouges, perroquets et autres caniches.