Paris mobilisé pour une ville sans sida

À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, une unité mobile de dépistage du VIH et de l'hépatite C a été inaugurée dans le 18e arrondissement.  C'est l'un des volets de la mobilisation accrue contre le virus.

«Moi, j'ai levé le doute !» : face à la station de métro Marcadet-Poissonniers ( 18e) un slogan apposé sur un camping-car attire l'attention des passants. Cette «unité mobile de dépistage du VIH/sida et hépatites» est une initiative de l'association Afrique Avenir, avec le soutien, notamment, de la mairie de Paris, qui a financé l'achat du véhicule. Un emplacement stratégique, dans un quartier très fréquenté par des personnes d'origine africaine, en majorité des régions subsahariennes. «C'est le second groupe (Ndlr : après les hommes ayant des rapports entre hommes) le plus touché par l'épidémie, explique Romain Mbirindi Rudebeka, directeur d'Afrique Avenir. Le dépistage est un élément clé pour éviter de nouvelles contaminations.» Les cas non diagnostiqués de VIH (estimés à environ 25.000 personnes en France) restent encore trop nombreux dans la communauté africaine.

Paris mobilisé pour une ville sans sida

À bord du véhicule, tout débute par un court entretien. «La démarche est gratuite et anonyme, mais on essaie d'abord de bien comprendre la situation de la personne», précise Charles, membre d'Afrique Avenir. Grâce à un test rapide d’orientation diagnostique (TROD) le dépistage est effectué en moins de 15 minutes, pour le VIH et l'hépatite C. Et en cas de résultat positif, l'association accompagne directement la personne vers une structure spécialisée. 

Romain Mbirindi Rudebeka, directeur de l'association Afrique avenir (au centre)

Lever les tabous

Mais le sujet reste sensible : «Malgré les avancées thérapeutiques, il y a encore beaucoup de tabous chez les personnes d'origine africaine. À nous de vulgariser les messages !» détaille  Romain Mbirindi Rudebeka.

C'est l'esprit du partenariat monté avec Africa no1. La radio s’est engagée aux côtés de la Ville pour faire de Paris la ville de l’amour sans sida. Des artistes tels qu'Angélique Kidjo, Youssou N’Dour, Manu Dibango, Passi, Lilian Thuram ou encore Fabrice Eboué ont ainsi prêté leur voix à la campagne « Sur le sida, il y a du nouveau ! », diffusée sur les ondes d’Africa no1 jusqu’au 12 décembre.

Paris mobilisé pour une ville sans sida

Fight AIDS Paris Week aux Blancs-Manteaux

Act Up-Paris, les associations parisiennes, en partenariat avec Vers Paris sans sida et la mairie du 4e arrondissement organisent pendant deux jours la Fight AIDS Paris Week les 1er et 2 décembre. Accès libre.

Des avancées importantes en 2017

À la suite de la campagne de communication « Faisons de Paris la ville de l’amour », lancée en juillet 2016 par la Ville de Paris et l’association Vers Paris sans sida, l’Exécutif municipal poursuit son action dans la lutte contre le sida.

Mi-novembre, le Conseil de Paris a ainsi renouvelé ses subventions aux associations de lutte comme Aides, Le 190, le Kiosque infos sida et toxicomanie ou encore Act-Up Paris, pour un montant de 396.000€. Ce soutien de la collectivité est indispensable pour renforcer les actions de dépistage et de sensibilisation auprès des personnes les plus exposées.

Début décembre 2017 l’association Vers Paris sans sida, présidée par France Lert, présentera son premier rapport d’activité. Avec un budget final de 800.000 € pour 2017, dont 100.000 € abondés par la Ville de Paris, cette association a déjà permis des avancées considérables :

- Elle a doublé la capacité de dépistage des associations intervenant auprès des migrants et des populations afro-caribéennes dans les quartiers prioritaires, avec le financement forfaitaire de 5.000 dépistages par TROD en complément des dotations de l’Assurance maladie.

- Elle a renforcé l’offre de consultations pour la prophylaxie pré-exposition ou PrEP, par le financement de 11 vacations hebdomadaires dédiées à la PrEP dans les centres de dépistage parisiens (CeGIDD), hospitaliers et non hospitaliers, soit une capacité de 1.000 patients supplémentaires sous PrEP à Paris.

- Elle a déployé des autotests comme solution complémentaire favorisant le dépistage fréquent pour les personnes les plus exposées. En négociant un tarif unique pour l’ensemble des associations et CeGIDD habilités à délivrer gratuitement des autotests, l’association Vers Paris sans sida leur a permis d’accroître de 50% leur volume de commandes en 2017.

- Elle s’apprête à financer des consultations avancées à horaires aménagés dans les centres médicaux associatifs communautaires dédiés à la santé sexuelle gay.

- La Ville de Paris finance également des projets concrets comme celui de la Maison Chemin-Vert (11e). Cette maison psychosociale de santé constitue un espace unique innovant ouvert au cœur de la ville. Elle permet une prise en charge médico-sociale globale de personnes en situation de précarité et atteintes de maladies infectieuses chroniques (VIH et hépatites), tout en offrant du soin de premier recours aux habitants du quartier.

Vers Paris sans sida: un plan global d'actions 

Zéro nouvelle contamination par le VIH à partir de 2030, c’est l’objectif que s’est fixé Paris. L'action de la Ville s'appuie notamment sur l'association Vers Paris sans sida, présidée par l'épidémiologiste France Lert, créée il y a un an. Elle a déjà permis des avancées importantes : doublement de la capacité de dépistage des associations intervenant auprès des migrants et des populations afro-caribéennes dans les quartiers prioritaires, renforcement de l’offre de consultations pour la prophylaxie pré-exposition (PrEP), déploiement des autotests comme solution complémentaire de dépistage fréquent pour les personnes les plus exposées...

Paris mobilisé à l'international

Paris a engagé depuis 2001 plus de 27 millions d’euros dans la lutte contre le VIH/sida.

C'est l'une des priorités de sa politique de solidarité internationale. Chaque année, la Ville accorde des subventions dont l’enveloppe globale s’élève à 1,8 million d'euros. La stratégie est de privilégier les femmes et les enfants ainsi que les populations les plus exposées. Ce sont, en moyenne, 500.000 personnes qui sont concernées par des actions de prévention et de dépistage et plus de 50.000 personnes vivant avec le VIH qui bénéficient d’une prise en charge de qualité. En 2017, 29 projets dans 22 pays (principalement en Afrique) ont été déposés, portés par 17 associations.

Dernière mise à jour le vendredi 1er décembre 2017
Crédit photo : © François Grunberg / Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.