Hubert Faure, 103 ans, l’un des quatre derniers survivants du commando Kieffer, reçoit la médaille de Vermeil de la Ville

Hubert Faure, 103 ans, est l’un des quatre derniers survivants des 177 hommes du commando Kieffer, les seuls Français à avoir participé au « D-Day » en débarquant sur les plages normandes, le 6 juin 1944. La Ville de Paris lui a remis la médaille de Vermeil.

Le commandant Hubert Faure a 103 ans. Il est né avec la première guerre en 1914 à Neuvic-en-Dordogne et est devenu un héros en 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale, en participant au débarquement allié. Catherine Vieu-Charier, adjointe à la Mairie de Paris, chargée de la Mémoire, du Monde combattant et Correspondant Défense lui a remis la médaille de Vermeil de la Ville de Paris, dans son appartement parisien, en présence de son épouse. Un moment émouvant pour ce vétéran du "jour le plus long" qui libéra la France.

Quand son histoire rencontre la grande Histoire

Il sert dans un régiment de chars de combat lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939. Il est alors engagé avec son unité en réserve, derrière la ligne Maginot, avant de participer à la bataille de Montcornet (Aisne) le 17 mai 1940, qui voit l’engagement de la 4e division cuirassée commandée par le colonel de Gaulle.

Fait prisonnier en juin 1940, il s'échappe et rejoint les Forces françaises lorsque l’Armistice est signée. Lorsque les Alliés déclenchent l’opération Torch en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, Hubert Faure décide de rejoindre les Forces françaises libres en Angleterre : c’est le début d’un long périple qui le mène vers l’Espagne pour y être fait prisonnier. Malgré tout, il s’échappe à nouveau et rallie le Portugal d’où il parvient à s’envoler vers l’Angleterre.

Hubert-Faure surviavnt commando Kieffer

C’est en octobre 1943 en Angleterre qu’Hubert Faure rejoint le commando du commandant Philippe Kieffer, créé au printemps 1942 par la « France libre ». Ils étaient intégrés à la Special Service Brigade britannique au sein du commando interalliés numéro 10. Détachés au sein du commando britannique numéro 4 avant le D-Day, 177 d'entre eux se sont illustrés en participant au débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, seuls représentants de la France à débarquer sur les plages, puis dans les combats qui ont suivi en Normandie. Lui et ses « camarades » débarquèrent sur la plage «Sword», à Colleville-Montgomery, à côté de Ouistreham (Calvados), voir photo.

Débarquement des commandos français de Kieffer

Moins de deux heures après le début de l’assaut, il devient le seul cadre de la Troop 1 encore valide, les autres ayant été blessés au feu : à compter de 8h15, la Troop 1 se dirige vers le complexe défensif du Casino, un redoutable ensemble de bunkers et de positions d’artillerie que les Français doivent prendre d’assaut. Mais Faure et ses hommes sont compartimentés dans leur progression par les obstacles installés par les Allemands. Malgré les quatre tirs de PIAT, la défense allemande tient bon. Pendant que Kieffer part dérouter un blindé britannique pour appuyer les commandos français, c’est Hubert Faure qui commande les forces en présence et dirige les tirs de destruction. Une fois le Casino neutralisé, il se dirige successivement vers Bénouville, le pont Pegasus et enfin Amfreville, où les commandos tiennent bon face à des multiples incursions allemandes pendant de longues semaines. Touché par un éclat d’obus, sa blessure s’infecte et il est rapatrié vers l’Angleterre le 7 juillet 1944, comme bon nombre de ses frères d’armes. Hubert Faure est toutefois réengagé à compter du 15 août en Normandie.

Hubert Faure raconte son débarquement (source elysees.fr)

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter


Dernière mise à jour le lundi 6 novembre 2017
Crédit photo : Guillaume Bontemps

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.