Dans les coulisses du nouveau musée de la Libération de Paris 

Premières images du nouveau musée de la Libération de Paris. Avant la fin du chantier prévu en mai prochain, le lieu se dévoile peu à peu. 

Le nouveau musée de la Libération de Paris – musée du Général Leclerc – musée Jean Moulin sera inauguré le 25 août prochain place Denfert-Rochereau (14e), à l’occasion des 75 ans de la libération de Paris. C’est sur cette place que la 2e division blindée du général Leclerc arrivait depuis la porte d’Orléans, en direction de son poste de commandement, gare Montparnasse. 

Restauration de deux pavillons Ledoux

Anciennement situé sur une dalle au-dessus de la gare Montparnasse (15e ), le musée souffrait d’un manque de visibilité et d’accessibilité. En 2015, la Ville de Paris décide de le déplacer place Denfert-Rochereau. 

L’opération consiste à restaurer deux pavillons patrimoniaux conçus en 1787 par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux et à réhabiliter le bâtiment adjacent du XIXe siècle. Lancés en mai 2017, les travaux doivent se terminer en mai prochain. Le site de Montparnasse a été fermé en juillet 2018 pour mener le chantier des collections. Coût total : 20 millions d’euros, dont 13 financés par la Ville. 

Le musée va gagner en surface : il comptera 2 500 m2, dont 660 m2 destinés aux collections permanentes, 140 m2 aux expositions temporaires et 160 m2 au centre de documentation. Le déménagement des collections et l’installation des œuvres auront lieu en juin et juillet prochains.

Le PC du colonel Rol-Tanguy ouvert pour la première fois au public

Né de la donation de deux fonds, un legs d’Antoinette Sasse, amie de Jean Moulin et un autre de la Fondation du Maréchal Leclerc de Hautecloque, le musée rassemble des milliers d’objets militaires, uniformes, journaux et affiches ainsi que des témoignages audiovisuels inédits. 

La future visite plonge le visiteur dans les situations auxquelles sont confrontées les deux hommes durant la Seconde Guerre mondiale. Les différentes salles évoquent la défaite de 1940, l’Occupation, la résistance intérieure puis les dunes de Libye, où la 2e division blindée du général Leclerc a combattu.

Un lieu chargé d’histoire puisqu’il abrite également en son sous-sol le PC du colonel Rol-Tanguy, chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI). À vingt mètres sous terre, cet « abri de défense passive » sera ouvert pour la première fois au public. Les chemins de câbles, les groupes électrogènes, la porte blindée et étanche pour protéger des gaz toxiques, le cyclogénérateur, pour filtrer l’air en cas de bombardement… tout est d’époque.

« Le colonel Rol-Tanguy, à la tête des Forces françaises de l’intérieur (FFI), rassemble tout son état-major dans cet abri, indique Sylvie Zaidman, directrice du musée. Sa femme, Cécile Rol-Tanguy, assure le secrétariat à côté du bureau du colonel. Les opératrices passaient des appels d’un endroit à l’autre avec le standard téléphonique. Les informations arrivaient ici, repartaient d’ici.» 

Ce sous-sol de 800 m2 ajoute ainsi un témoignage inédit des journées cruciales qui ont précédé la libération de Paris. 

Dernière mise à jour le mardi 19 février 2019
Crédit photo : Ch. Batard / Agence Artene

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.