Au Père Lachaise, le Monument aux Parisiens morts pendant la Première Guerre

Ce 11 novembre 2018, à l’occasion des commémorations du centenaire de l’Armistice, la Ville de Paris inaugure son Monument aux 94 415 morts  et 8 000 disparus parisiens, de la Grande Guerre de 1914-1918. Il est installé à l'horizontale sur le mur d'enceinte du cimetière du Père Lachaise, le long du boulevard de Ménilmontant. 

Entre 1918 et 1925, près de 30 000 monuments aux morts de la Grande Guerre ont été édifiés en France. Si Paris compte de très nombreux lieux de souvenir, aucun d’eux ne rassemblait l’intégralité des noms des 94 415 Parisiens morts au combat et des 8 000 disparus. Cent ans après, Paris inaugure son Monument aux morts.

Pour aller plus loin

Le promeneur ne peut qu'être impressionné par cette installation horizontale de 280 mètres de long pour 1,30 mètre de haut qui rompt avec la forme monolithique habituellement utilisée pour les monuments aux morts. Tel un long plan séquence vécu par le marcheur le long du Père Lachaise, la minute de silence peut se transformer en cinq minutes de marche pour accompagner ces noms de Parisiens, morts au combat.

Un projet de la Mairie de Paris pour Paris

Il aura fallu deux mois pour installer ce monument à la fois inédit dans l’histoire de Paris et inédit aussi par sa forme. Lors de son installation, nous avons rencontré Julien Zanassi (2e en partant de la droite sur la photo) de l'atelier d'architectes Phileas qui a été choisi pour imaginer ce monument. Il nous précise d’emblée: «C’est un projet porté par la Ville pour la ville je ne suis pas architecte ici, je suis assistant à maîtrise d'ouvrage. J’ai imaginé le monument mais il est fait par les services de la Ville, pour Paris et je leur rends hommage pour le travail accompli.»

La symbolique du passage 

Pourquoi sur le mur du cimetière du Père Lachaise? Julien Zanassi explique: «Il y a une intention extrêmement symbolique d’installer ce monument entre le monde des vivants et le monde des morts. Nous sommes dans la notion de passage, d’honorer la mémoire. Et s’implanter le long de ce mur immense c’est aussi tout à fait à l’échelle de tous les noms qu'il y avait à inscrire. Nous avons choisi le métal pour les plaques car il fallait de la légèreté, comme on s’accroche sur le mur et que nous avons aussi voulu qu’elles soient décalées par rapport au mur pour éviter l’effet d’aplat et rendre le monument plus "aérien".» 

Diaporama du chantier du Momument

La dimension de la Tour Montparnasse, à l'horizontale

Un bras légèrement articulé permet de «corriger» les déformations du mur. «Vous imaginez bien que sur 280 mètres de long on a une importante déformation. Pour se rendre compte, si on redresse cette installation c’est plus haut que la Tour Montparnasse, donc on imagine le report de charge.» D’un point de vue technique il a fallu jouer avec la pente naturelle du boulevard afin de donner une lecture du monument qui ne soit pas biaise mais reste horizontale. 

Un trait dans l'horizon

«On entre ainsi dans la symbolique du trait dans l’horizon et ce trait on l’a voulu connoté par rapport à la France, à l’uniforme, aux armes aussi, bleu sombre, bleu canon de fusil. C’est un trait bleu dans l’horizon qui honore la mémoire de toutes ces personnes qui sont mortes pour défendre quand même un mode de vie que l’on a aujourd’hui. Il était vraiment essentiel que l’on ait ce monument et j’espère que cela va fédérer un maximum de personnes sur ce concept: c’est quoi d’être Parisien aujourd’hui?» 

Albert, Eugène, Alphonse... 

Ce monument favorise, par le parcours, un hommage à nos morts accessible à tous, tout en inscrivant leur mémoire dans le quotidien de la ville afin que personne n’oublie jamais l’horreur de cette guerre. Les noms sont gravés sur les plaques qui se succèdent par années, de façon chronologique et par ordre alphabétique avec les noms et les prénoms. «C’est d’ailleurs d’une grande poésie tous ces prénoms anciens: Albert, Eugène, Alphonse et parfois on a même les surnoms. Par ailleurs, tout le long du parcours il y a une lecture identique de tous les noms, car ils ne sont pas à six mètres de haut comme dans certains monuments."

«Aux morts de la Grande Guerre de 14-18, Paris à ses enfants»

Depuis la place Métivier, une première épitaphe ouvre le parcours avec une chronologie croissante de 1914 à 1921, pour que les noms des soldats blessés et morts de leurs blessures après la guerre, apparaissent sur le monument. A l’autre bout, depuis l’entrée du Père Lachaise, une épitaphe ouvre sur les noms des 8 000 disparus dont les corps n’ont jamais été retrouvés. «C’est un cheminement qui a un certain poids, on ne peut pas y rester indifférent. On y lit l’importance du nombre de morts en fonction de l’avancée de la guerre. Quand on connaît bien l’histoire de cette guerre et sa chronologie, on voit vraiment les combats de 14-15 quand les Allemands sont à 50 kilomètres de Paris et aussi quand ils y reviennent en 18.»

Un monument déjà récompensé
Chaque année, le «Geste d’Or», association indépendante présentant partout en France des métiers du bâtiment, organise un concours récompensant architectes, aménageurs, bâtisseurs, créateurs. Cette année, c’est le Monument aux Morts parisiens de la Grande Guerre qui remporte le grand prix mémoire du «Geste d’Or».

Le «Geste d’Or» récompense le «bon geste» et la démarche durable et écologique des projets. Le concours a également pour objectif de mettre en valeur la dimension unique du patrimoine bâti, de l’aménagement urbain et paysager. 

Un trait d'union bleu

Un parcours végétal a aussi été imaginé tout le long du pied du mur. Un pavement spécial et aussi un habillage végétal créent une promenade où l'on peut s’approcher du monument, le toucher même, mais dans une configuration propice au recueillement et au souvenir. Et Julien Zanassi de conclure: «Je ne suis personne mais si je peux participer à ce genre de prise de conscience sans rien imposer non plus mais en créant du lien, je suis pour. Donc voilà, c’est pour cela ce grand trait bleu, ce grand trait d’union bleu.»

Ont travaillé pour le Monument : le cabinet de l'adjointe à la Maire, Catherine Vieu-Charier, la Direction des Affaires culturelles, Sous-Direction du Patrimoine et de l’Histoire, la Direction des Espaces verts et de l’Environnement / CE Ingénierie / Atelier 59 / Siméon Côte, chargé de projet, de l'atelier Philéas / RISK CONTROL / Citynox.

A l'origine: le monument virtuel aux Parisiens morts

Sous la direction de Jean-Louis Robert, professeur émérite à l’université Paris 1, six années de recherches historiques ont été nécessaires pour rassembler les noms, vérifier les identités, supprimer les doublons. À partir de ces recherches, Paris dispose depuis 2016 d’un monument aux morts virtuel, où la mention des Parisiens morts pour la France est enrichie d’actes de décès, de pièces et d’informations historiques. 

Lire l'interview de Jean Louis Robert réalisée pour paris.fr

Dernière mise à jour le lundi 12 novembre 2018
Crédit photo : atelier d'architectes Phileas

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.