Ville de Paris

Le saviez-vous ?

A Paris, la gestion municipale de l'eau est source d'économies

Mise à jour le 08/03/2019
La semaine mondiale de l'eau se tient du 23 au 27 août 2021. Comment le réseau est-il géré à Paris, où s'alimente-t-on, quel est son coût, son goût, son prix et sa qualité ? Les réponses aux questions que vous vous posez.
Tout savoir sur la semaine mondiale de l'eau
Organisée chaque année depuis 1991 par le Stockholm International Water Institute (SIWI), la semaine mondiale de l'eau se tient cette année du 23 au 27 août. Elle est le point focal annuel des discussions et échanges sur les problèmes mondiaux concernant le monde de l’eau.
Plus d'infos

Eau de Paris rassemble plus de 60 métiers

En 2010, Eau de Paris a réuni l’ensemble des métiers de l’eau en une seule entité, des sources au robinet (la production, le transport, la distribution de l’eau et la maîtrise de la qualité.) C'est plus de 60 métiers qui lui permettent d’exercer pleinement sa compétence.
L’entreprise publique dispose en effet du premier laboratoire public de recherche sur l’eau potable en France, installé à Ivry-sur-Seine depuis 2010. Son programme de recherche s’articule autour de trois priorités : la performance analytique, l'évaluation de la sécurité sanitaire des eaux, l'optimisation des filières de traitement. Eau de Paris consacre chaque année plus d’un million d’euros à la recherche.
Sur les 160 000 hectares de surfaces agricoles comprises dans les aires d’alimentation de ses captages, Eau de Paris accompagne une centaine d’agriculteurs vers des pratiques plus durables pour l’exploitation, adaptées aux territoires et favorables à la préservation de la ressource en eau.
Eau de Paris mène aussi, chaque année, d’importants chantiers, en s’appuyant sur son ingénierie interne : construction de l’usine de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) et de l’unité de traitement du Loing (porte d’Arcueil), rénovation des réservoirs, réhabilitation des arcades de l’aqueduc de la Vanne, remplacement de la conduite Bonaparte qui enjambe la Seine entre Saint-Cloud et Boulogne, etc.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

La gestion municipale permet d'importantes économies

Le choix du retour à une régie pour gérer l'eau de la capitale est à la fois une décision politique et une décision de bonne gestion. Ce choix permet aujourd’hui de réaliser d’importantes économies tout en maintenant une efficacité de service, un niveau d’investissement et une exigence forte en matière de qualité sanitaire.
La réforme du service public de l’eau à Paris, mise en place en janvier 2010, peut être réversible si le Conseil de Paris en décide. Le ou la maire d’une collectivité peut toujours choisir soit de déléguer son service ou de l’assurer en gestion directe.
La régie municipale Eau de Paris, créée le 1er janvier 2010, gère elle-même l’ensemble du service depuis cette date, de la production à la facturation en passant par la distribution. Eau de Paris a bien repris en propre l’ensemble des activités (et effectifs associés) de trois entités qui lui préexistaient.
Comme toute entreprise publique ou privée, ou comme toute collectivité, Eau de Paris sous-traite certaines missions, notamment en matière de travaux ou de services spécifiques.

483 000 m3 d'eau potable et 3 millions d'usagers

Eau de Paris :
  • prélève, transporte, traite et distribue en moyenne 483 000 m³ d’eau potable chaque jour à 3 millions d’usagers ;
  • gère la relation client et sensibilise le grand public aux questions liées à l’eau ;
  • veille à entretenir son patrimoine et à se maintenir à la pointe de la recherche ;
  • propose aux entreprises et aux collectivités des alternatives à l'eau potable via des offres d'eau non potable.
Les missions d'Eau de Paris permettent :
  • la protection à long terme des ressources en eau souterraine et de rivière disponibles, leur préservation et leur restauration ;
  • la production de l’eau potable : prélèvement dans les ressources superficielles ou souterraines, traitement adapté aux objectifs de qualité à atteindre ;
  • le transport de l’eau potable jusqu’aux réservoirs de stockage par un réseau d’aqueducs et de conduites ;
  • la distribution de l’eau potable aux abonnés et usagers et l’exploitation du réseau de distribution et de ses équipements annexes ;
  • la surveillance de la qualité de l’eau depuis le point de captage jusqu’au robinet du consommateur et les traitements complémentaires nécessaires au maintien de la qualité, ce qui fait de l'eau l'aliment le plus contrôlé de toute notre alimentation ;
  • la gestion des abonnés et l’information des usagers du service de l’eau ;
  • l’expertise et la recherche en matière d’eau ;
  • la sécurité de l’approvisionnement en eau et le maintien de la satisfaction des besoins prioritaires ;
  • la production, le transport et la distribution de l’eau non potable et, notamment, en liaison avec les services et usagers concernés, le soutien au contrôle et à la réutilisation des eaux pluviales ;
  • la valorisation de l’eau du robinet ;
  • l’accès social à l’eau.

Eaux souterraines ou de rivières, toujours potables

Selon les quartiers, les Parisiens bénéficient d’un mélange d’eaux souterraines et d’eaux de rivières "potabilisées". Quelle que soit sa provenance, l’eau en sortie de robinet est d’excellente qualité, partout dans Paris. L’eau distribuée fait l’objet d’un suivi rigoureux et permanent ; sa traçabilité est totale.

Il existe quatre unités de distribution d'eau

  • L'unité de distribution sud-ouest : eau des sources de la Vanne traitée à L'Haÿ-les-Roses et eau de la Seine traitée à Orly ;
  • L'unité de distribution nord-ouest : eau des sources de l'Avre traitée à Saint-Cloud ;
  • L'unité de distribution est : eau de la Seine traitée à Orly et eau de la Marne traitée à Joinville
  • L'unité de distribution centre : eau des sources du Loing traitée à Sorques et eau de la Voulzie traitée à Longueville.
Cette diversité d’alimentation est précieuse : grâce à une large capacité de production, elle garantit un approvisionnement continu de la capitale. Elle permet également de faire face plus efficacement à tout incident en mobilisant alternativement d’autres ressources.

La source d'eau la plus éloignée se trouve à 156 km de Paris

Dans le cycle de l’eau, les nappes phréatiques sont alimentées par les eaux de pluie ou de surface qui s’infiltrent dans le sol. L’eau de Paris est filtrée naturellement par les différentes couches géologiques du bassin parisien. Les eaux souterraines sont captées dans les sources de la région de Sens, Provins, et Fontainebleau au sud de Paris, et de Verneuil-sur-Avre et de Dreux à l’ouest de Paris.

Au total, 180 000 hectares, constituant les bassins d’alimentation de captage, contribuent à nourrir en eau de pluie ces nombreuses sources. Ces eaux prélevées sont ensuite acheminées jusqu’à Paris par des aqueducs. La source la plus éloignée se situe à 156 kilomètres dans la région de Sens.

Les eaux de la Seine et de la Marne complètent l'approvisionnement

Paris est alimentée en eau par la Seine et la Marne, à partir de deux pompages situés au sud-est de la capitale. Ces eaux sont captées et transformées en eau potable pour compléter l’approvisionnement. Le débit de ces deux rivières est soutenu en été par des réservoirs situés très loin de Paris, permettant de garantir une alimentation en eau de rivières en toute saison.

Un million de mesures de qualité de l'eau sont réalisées chaque année

L’eau de Paris respecte les 56 paramètres de potabilité définis par le Code de la santé publique dans le cadre des normes européennes qui forment le standard de qualité sanitaire le plus élevé au monde. Elle ne présente aucun risque pour la santé d’une personne qui en consommerait toute sa vie.
Chaque année, plus d’un million de mesures de qualité sont réalisées pour assurer la surveillance sanitaire et garantir une qualité irréprochable de l’eau fournie au robinet. L’eau de Paris est soumise à plusieurs types de contrôles :
  • le contrôle sanitaire effectué par un laboratoire indépendant pour le compte de l’État ;
  • la surveillance sanitaire effectuée par Eau de Paris. Le laboratoire d’Eau de Paris entreprend des analyses plusieurs fois par jour (voire par heure) tout au long du circuit.

Une eau rendue potable en trois étapes

Le principe de base pour rendre potable l’eau des rivières consiste d’abord à clarifier l’eau par trois étapes, selon un procédé qui reproduit la filtration naturelle par le sol. Les phénomènes sont accélérés pour garantir les quantités nécessaires aux besoins des consommateurs. Vient ensuite un traitement de pointe aux ultraviolets qui permet d’éliminer complètement les dernières traces de virus et de bactéries. Pour les eaux souterraines, les usines d’Eau de Paris traitent notamment les pesticides, les bactéries, les parasites et la turbidité de l’eau grâce à un processus de décantation, d’ultrafiltration et de désinfection.

Calcium, magnésium, sodium, etc. ce que contient l'eau de Paris

  • du calcium : l’eau de Paris, qui affiche un taux de calcaire de 20 à 30 °f (degré français), est moyennement dure.
  • du magnésium : le magnésium est indispensable à l’équilibre nerveux et musculaire. L’organisme ne stocke pas de magnésium. Il lui en faut donc un apport quotidien et régulier. L’eau de Paris y contribue.
  • du fluor : avec un taux très faible de fluor, l’eau de Paris peut être bue sans danger par tous et particulièrement par les enfants ayant besoin d’un supplément en fluor.
  • du sodium : l’eau de Paris contient en moyenne 10 mg/l de sodium. Elle est donc adaptée aux personnes suivant un régime hyposodé dont le taux de sodium doit être inférieur à 20 mg/l.
  • des nitrates : largement en dessous de la norme, l’eau de Paris, avec une teneur variant de 20 à 38 mg/l durant l’année, ne présente aucun risque en termes de nitrates. Elle peut être bue sans aucun risque pour la santé toute l’année.
L’eau du robinet peut être consommée en toute confiance
L’eau du robinet peut être consommée en toute confiance
Eau de Paris

Une eau au goût différent selon les variations de température

Selon les quartiers, le Parisien ou la Parisienne peut percevoir des différences de goût dues à l'origine de l'eau mais surtout à sa température. L’eau souterraine a en effet une température constante autour de 12 °C alors que celle de l’eau de rivière varie entre 4 et 25 °C selon les changements saisonniers. En se réchauffant un peu, certaines saveurs, que vous ne ressentez pas quand l’eau est fraîche, apparaissent.

Non, il n'y a pas de plomb dans l'eau acheminée par le réseau public… mais…

L'eau distribuée à Paris ne contient pas de plomb dans le réseau public. Elle peut en revanche se charger de ce métal lorsque les canalisations intérieures des immeubles qui l’acheminent au robinet des Parisiens sont en plomb. L’ensemble des branchements en plomb du réseau public ont été remplacés.
Si Eau de Paris assume la responsabilité de la qualité de l’eau dans la partie publique du réseau, il appartient aux propriétaires de s’assurer que l’eau qui passe par les canalisations privées respecte la concentration maximale admissible de 10 microgrammes par litre. Pour cela, il leur est recommandé de remplacer toutes les canalisations en plomb à l’intérieur des immeubles.

L'eau représente 1 % des dépenses moyennes d'un ménage

Au 1er Janvier 2021, le prix de l'eau est fixé à 3,45 euros/m3 TTC hors abonnement, contre 3,42 € TTC en 2020.
En comparaison avec d’autres biens de consommation courante, le prix de l’eau n’est pas élevé. L’eau ne représente en effet que 1 % des dépenses moyennes des ménages, avec des écarts importants en fonction des revenus.
En comparaison, le budget électricité est nettement supérieur (3,8 %). La facture d’eau s’élève en moyenne à Paris à 300 euros par foyer et par an.
À combien revient le prix de l'eau par jour ?

Il est estimé qu’à Paris, la consommation journalière est de l’ordre de 120 litres d’eau par personne dans une famille de 3-4 personnes pour un usage normal. Le prix journalier pour une famille de 4 personnes est donc d’environ 1 euro. Pour connaître votre consommation d’eau, contactez votre bailleur ou le syndic de votre copropriété.

L'eau non potable est elle aussi surveillée et analysée

L’eau non potable est distribuée par un réseau spécifique d’une longueur équivalente à celle du réseau d’eau potable (1 700 km) sur l’ensemble de la capitale.
L’eau non potable provient de la Seine ou du Canal de l’Ourcq, deux sources très différentes qui peuvent parfois être mélangées. Du fait des variations climatiques, la qualité de l’eau non potable est variable. Au niveau des stations de pompage, l’eau est tamisée puis dégrillée (passage par des filtres avec une maille de 3 mm).
Eau de Paris réalise des prélèvements et analyses mensuels sur une vingtaine de points du réseau d’eau non potable. Comme pour l’eau potable, les fuites et les casses sont réparées dans un délai de 8 jours lorsqu’elles perturbent la continuité de service et dans la mesure du possible.
Pour tous problèmes relatifs à l’eau non potable à Paris, vous pouvez contacter Eau de Paris au 09 74 506 507 (prix d’un appel local) ou sur le site Eau de Paris, pour tout problème lié à la distribution.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations