Ouvrir la recherche
Actualité

Quand les enfants embellissent la rue

Mise à jour le 31/01/2020
Des « chapotelets » à usage de pot de fleurs et à usage de cendrier, ont été installés jeudi 30 janvier rue La Vieuville, près de la place des Abbesses (18e). Ce dispositif d'embellissement, « l’enfant pense sa rue », a été conçu par l'artiste Stéphane Cachelin.
Cette première expérimentation de chapotelets, décorés par les enfants du quartier rue La Vieuville, près de la place des Abbesses (18e), permet de présenter de multiples variétés de fleurs ou de plantes à proximité directe des habitant·e·s.

Un chapotelet, c'est quoi ?

Le chapotelet est un dispositif d’embellissement des différents potelets de la voirie. Imaginé par Stéphane Cachelin, inventeur médaillé d’or du concours Lépine et lauréat du label d’excellence Janus du Design Civique de l’Institut Français du Design, le chapotelet permet de valoriser la nature et la propreté en ville en accueillant tantôt un pot de fleurs, tantôt un cendrier, sur les potelets existants.

Comment ça fonctionne ?

Grâce à un ingénieux système de fixation, le chapotelet maintient une plateforme ou une vasque sur laquelle est déposé un réceptacle et tous compléments adaptables. Cette invention donne aux différents potelets de la voirie une utilité esthétique. Dans le cadre d’un projet de végétalisation urbaine, il permet de présenter de multiples variétés de fleurs ou de plantes à proximité directe des habitant·e·s. Le design est adaptable sur chaque potelet.
Le chapotelet repose sur un principe communautaire qui demande à la Ville et à ses habitant·e·s de s’unir pour faire vivre un projet qui profite à tous·te·s !
Image d'un chapotelet fleuri
chapotelet rue La Vieuville (18e)
Henri Garat/Ville de Paris/ DICOM

Commerçants, écoliers et habitants acteurs de l'expérimentation

En collaboration avec l'entreprise JCDecaux, 80 chapotelets de rue ont été installés jeudi 30 janvier 2020 rue La Vieuville (18e), en présence des enfants de l'école Houdon, pour une expérimentation comprenant 20 unités à usage de cendrier et 60 unités à usage de pot de fleurs.
Deux totems d’information ont été mis en place à chaque extrémité de la rue La Vieuville, côté place des Abbesses d’une part, et côté rue des Trois-Frères d’autre part, afin d’expliquer le dispositif et solliciter l’avis des passant·e·s.
Sur toute la durée de cette expérimentation, JCDecaux assurera l’entretien et la maintenance de ces aménagements, mais également la collecte des mégots de cigarettes. Les commerçants de la rue ont également reçu un arrosoir qui leur permet de s’impliquer dans l’entretien régulier des plantes. Quant aux classes des écoles du quartier, elles peuvent parrainer certains chapotelets par l’apposition d’étiquettes aux prénoms d’élèves. Ainsi, l'enfant pense sa ville !

Fleurir sa rue procure de la fierté et du bien-être

Ces potelets donnent à Montmartre de nouvelles couleurs. Pour les Parisien·ne·s, comme pour les visiteur·euse·s de passage, ils contribuent à une ville plus propre, plus végétale et plus gaie. Les bienfaits du chapotelet sont nombreux :
  • il améliore l'image d'une ville ou d'un quartier
  • il apporte de l'unité et de la cohésion sociale
  • il rend possible la végétalisation en des lieux improbables
  • il permet de s'inscrire dans une démarche écologique
Et pour les habitant·e·s, le chapotelet a pour mérite d'apporter du bien-être, de procurer un sentiment d'appartenance mais aussi de renforcer le rôle d'éco- citoyen·ne de chacun·ne.

Comment est née l'idée du chapotelet ?

"Appuyé au bord de la fenêtre de son appartement situé dans une impasse de la butte Montmartre, Stéphane Cachelin rêve…Et dire qu’au temps des rois on y chassait le sanglier bleu à travers de grandes forêts ! Ah cette belle butte ! Pour approvisionner Lutèce en vins et en fruits on y planta des vignes… des vergers. Le maquis et les jardins ouvriers laissèrent leur place aux immeubles haussmanniens. Les vendeuses de violettes et les vendeurs de 4 saisons s’enfermèrent dans des boutiques. Ah urbanisation quand tu nous tiens ! Où est passé le temps des cerises et le merle moqueur ? Un chat noir passe sur le rebord de la fenêtre. Le bar d’en face installe sa terrasse. Les écoliers jouent du xylophone avec leur règles sur les potelets. Et à Montmartre, sur la butte, le Chapotelet est né."
C'est ainsi que Stéphane Cachelin, inventeur du chapelet, raconte son « conte de fées » et son ingénieuse idée qui repose sur le souhait de favoriser la nature et la propreté en ville en attribuant un nouveau rôle aux potelets qui jalonnent nos rues.
Le chapotelet, présent au concours Lépine International 2016, a recueilli les félicitations du jury en obtenant la médaille d’or dans la catégorie « Nature et Art de Vivre » ainsi que la médaille d’argent du Concours Lépine Européen 2016 ! Son originalité, sa fonction et son utilité lui ont également permis de recevoir la Médaille de la Ville de Paris : « Sceau des Nautes d'argent ».
Pour plus d'infos

Le Chapotelet Services
7 impasse Marie Blanche
75018 Paris
Courriel : [stephane.cachelin puis gmail.com après le signe @]fgrcunar.pnpuryva@tznvy.pbz[stephane.cachelin puis gmail.com après le signe @]

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.