Ville de Paris

Actualité

Un prix soutient l'engagement pour les droits des personnes LGBTQI+

Mise à jour le 16/05/2022
Créé en 2018, le Prix international de Paris pour les droits des personnes LGBTQI+ dans le monde est une distinction honorifique, accompagnée d’une dotation, accordée aux personnalités et associations engagées pour une cause que Paris est fièr.e de défendre.
Réalisé en collaboration avec l’Association internationale des maires francophones (AIMF), ce prix rassemble un jury spécialisé de haut niveau et témoigne de l'engagement de Paris en faveur de l'égalité des droits.
Car de nombreuses personnes restent discriminées dans le monde et voient leurs droits violés en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. L’homosexualité reste un crime dans 70 pays du monde et tous les jours des militants LGBTQI+ risquent leur vie.
La cérémonie de remise de prix se tiendra, comme chaque année, le 17 mai à l’occasion de la Journée mondiale contre l´homophobie et la transphobie, à 'Hôtel de Ville en présence de la Maire de Paris.
Ce prix récompense depuis 5 ans un.e militant.e et/ou une association qui se bat en faveur des droits des personnes LGBTQI+. Délivré par un jury constitué d’un.e président.e et de personnalités françaises et étrangères reconnues pour leur engagement en faveur des communautés LGBTQI+, il est composé de 3 catégories :
  • Prix national
  • Prix francophone
  • Prix international
Chacun de ces prix s’accompagne d’une dotation de 5000€.
Le Prix international de la Ville de Paris pour les droits des personnes LGBTQI+ est une incarnation de l'ambition internationale de Paris de défendre les droits humains pour toutes et tous. Il permet de soutenir des personnes ou des associations qui mettent en œuvre dans des contextes nationaux souvent très difficiles des actions courageuses ou inspirantes pour l’égalité des droits.
Il met en lumière des campagnes de sensibilisation sur les discriminations homophobes, des dispositifs d’accueil et d’accompagnement sanitaire et psychosocial, la lutte contre la "pathologisation" des personnes intersexes, la promotion des droits et accompagnement des femmes transgenres vulnérables et/ou en situation de prostitution dans les quartiers sensibles, etc.
La Ville de Paris a souhaité associer à cette initiative l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) et ainsi porter un éclairage particulier sur les combats menés par les associations LGBTQI+ dans l’espace francophone. La dotation attribuée au lauréat du prix francophone est ainsi financée par l’AIMF.
Les trois lauréat.e.s seront désigné.e.s par un jury international composé pour cette 5e édition de :
  • Alice NKOM, présidente du jury (avocate ; présidente de l’Association de défense des droits des homosexuels au Cameroun)
  • Pierre BAILLET (Secrétaire permanent de l’Association Internationale des Maires Francophones)
  • Ouissem BELGACEM (entrepreneur, ancien footballeur professionnel)
  • Soufiane HENNANI (militant pour les droits LGBTQI, fondateur de la plateforme digitale Machi Rojola ; Maroc)
  • Math LECOMTE (membre du Collectif Intersexe Activiste)
  • Leila LOHMAN (Co-directrice de la Conférence lesbienne européenne ; Suisse)
  • LOUÏZ (artiste, Miss Trans France 2021)
  • Christophe MARTET (journaliste, rédacteur en chef du média Komitid)
  • Anaïs PERRIN-PREVELLE (co-présidente de l’association Outrans)
  • Jean-Luc ROMERO-MICHEL (Adjoint à la Maire de Paris chargé des droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, Secrétaire général du Prix)
  • Natalia SOLOVIOVA (Présidente du conseil d’administration du Russian LGBT Network ; Russie)

Les finalistes 2022

Prix Français

Suzette Robichon
Très investie dans de nombreux collectifs, associations, et projets, Suzanne Robichon, dite Suzette, œuvre pour la visibilité et pour la mémoire des lesbiennes du monde entier. À la fois éditrice, essayiste, militante et féministe, elle mène son action notamment lors de conférences qu’elle co-anime, à travers Vlasta, sa revue de fictions et utopies amazoniennes fondée en 1983 ou encore l’exposition « Cycle Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie » en collaboration avec l’équipe du Mémorial de la Shoah.
Ses actions visent à soutenir les lesbiennes à la fois d’un point de vue historique (par exemple par la dénomination d’espaces publics à leur nom) et planétaire (entre autres par le Fonds de dotation Lesbiennes d’Intérêt Général dont elle est co-fondatrice).
Tahnee
Artiste multi-facette, Tahnee milite en faveur des droits des personnes LGBTQI+ et pour libérer l’expression liée à l’orientation sexuelle et l’identité de genre, notamment par le biais de l’humour. Que ce soit sur scène, sur le papier ou sous le feu des projecteurs, elle diffuse un message pour la liberté d’exister et la dignité des communautés, dont elle fait elle-même partie.
Le buzz de son clip « Je n’suis plus hétéro » sur les réseaux sociaux a permis une explosion de sa notoriété et de son action pour une prise de conscience globale. Elle a notamment œuvré auprès des agents de la Ville de Paris lors d’un spectacle-débat pour la journée internationale de la visibilité lesbienne du 26 avril 2022.

Prix francophone

Free Senegal
Le collectif, créé en 2020, est un soutien matériel et juridique aux Sénégalais de la communauté LGBT+, via un refuge qui accueille et prend en charge les personnes, ainsi que par un accompagnement juridique lors d’arrestations. Un plan d’action global a été lancé à leur initiative en 2020 avec l’aide de 15 associations LGBT+ sur leur plateforme Génération 2021 pour appeler à la mobilisation et à l’élaboration de stratégies de lutte.
Concrètement, le collectif intervient dans l’intérêt des personnes LGBT+ lors d’arrestations et exactions qui sont fréquentes dans le pays et dans la région, où il est devenu un acteur majeur très rapidement après sa création.
Abdellah Taïa
L’écrivain marocain a été un des premiers du monde arabe à affirmer publiquement son homosexualité dans les médias comme dans ses livres. Le risque qu’il a pris d’affirmer son orientation sexuelle dans un pays où l’homosexualité est encore ségréguée lui a valu une grande reconnaissance, notamment par le Prix de Flore en 2010 pour son livre Le Jour du roi. Ses écrits mettent en lumière la superposition de son pays natal avec une ouverture d’esprit occidentale sur des sujets parfois tabous.

Prix international

Kyiv Pride
L’ONG est à l’origine de la marche pour l’égalité et de la Pride, appelée KyivPride-week. Malgré les pressions et les actions de déstabilisation, ils continuent à rassembler de plus en plus de personnes LGBT+ ukrainiennes lors de l’événement qui est devenu un moment symbolique pour la communauté. En plus de ces menaces déjà existantes, l’invasion russe a mis en pause les célébrations de l’année et leur attribuer ce prix encouragerait l’espoir et le combat pour les années à venir.
Insight Ukraine
Créée en 2008, l’organisation non-gouvernementale œuvre pour la défense des droits LGBT+ en Ukraine, où ils sont encore difficilement acceptés. Leur action est très complète et s’opère dans plusieurs domaines (par exemple, ils offrent un support psychologique, juridique auprès des personnes de la communauté ainsi qu’une sensibilisation du grand public) au niveau d’une dizaine de ville ukrainiennes.
Récemment touchée par l’invasion du pays par la Russie, ce prix permettrait d’honorer l’organisation et son combat légitime exercé dans des conditions difficiles, en plus du rejet de la communauté LGBT+ dans le pays.
Anciens lauréats
2018 :
- Prix national : Handi Queer
- Prix internationaux : Ameen Rhayem et la Commission nationale des Droits humains des Gay et Lesbiennes du Kenya

2019 :
- Prix national : OriZon + Mention spéciale : Collectif intersexes et Allié•e•s (CIA)
- Prix francophone : Transgenre Burkina+ Mention spéciale : MSM Madagascar
- Prix international : Red Comunitaria Trans Bogota + Mention spéciale: European Lesbian Conference

2021 :
- Prix national : Les Dégommeuses – Cécile Chatrain
- Prix francophone : Lesbian Life Association Côte d’Ivoire (LLCAI)
- Prix international : Atlas Nienawisci – Atlas de la Haine. - Jakub Gawron, Paulina Pajak, Paweł Preneta et Kamil Maczuga

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations