Ouvrir la recherche
Actualité

Des mesures pour augmenter le pouvoir d'achat des locataires sociaux

Mise à jour le 09/02/2021
Au cours des mois à venir, les habitants des logements sociaux de la Ville de Paris vont bénéficier de dispositifs leur permettant de libérer des économies dans quatre domaines : logement, alimentation, énergie et accès à internet. De nouvelles mesures permettant de mieux faire face à la crise actuelle.
A Paris, un habitant sur cinq vit dans le parc social. S'appuyer sur la force de ce nombre, c'est permettre de réaliser des économies d’échelles et de les redistribuer en pouvoir d’achat à ceux qui vivent dans ce parc social et sont aujourd'hui durement touchés par la crise. Ces nouveaux dispositifs vont ainsi constituer pour les bénéficiaires un véritable "pack pouvoir d'achat".

Alléger le budget alimentation

Dès 2018, la Ville de Paris et le bailleur social Paris Habitat créaient VRAC Paris. Cette association Vers un Réseau d’Achat en Commun a pour objectif de rendre accessible au plus grand nombre des produits de qualité (denrées alimentaires, produits d’hygiène, produits d’entretien), prioritairement locaux, issus de l’agriculture paysanne, biologique, équitable. Ils sont vendus à prix bas, grâce à la réduction des coûts intermédiaires (circuits courts) et superflus (produits en vrac, réduction des emballages).
Six sites existent aujourd'hui. D’ici la fin de l’année, 4 nouveaux sites seront ouverts, qui permettront à plus de 3 000 locataires supplémentaires d’accéder à VRAC. Il s’agit des locataires de la porte de Vanves dans le 14e, de la porte d’Aubervilliers et du boulevard Mac Donald dans le 19e, de la porte de Bagnolet, du boulevard Davout, de la rue Louis-Lumière, de Python-Duvernois et des Amandiers dans le 20e.

Maintenir les familles modestes et les jeunes dans leur logement

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) de Paris est un ensemble de dispositifs d’aides à destination des personnes et familles ayant des difficultés liées à l’occupation d’un logement (impossibilité de faire face aux dépenses relatives à l’installation, dettes de loyers, de charges, d’énergie, besoin d’accompagnement social, etc).
Des logements pour les étudiants
Des logements pour les étudiants
Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
La contribution de la Ville au FSL est augmentée. Elle passe de 11 millions en 2019 à 16 millions en 2021 pour un budget total de 30 millions d’euros. Et il est étendu aux résidents des logements temporaires (les foyers de jeunes travailleurs (FJT) et les résidences sociales) qui représentent 16 377 logements à Paris.
Si vous êtes un jeune en FJT ou en résidence sociale et souhaitez demander une aide, il est conseillé de vous adresser à un travailleur social de la Ville de Paris des Centres d’action sociale (CAVSP) des arrondissements ou de la structure qui vous loge pour élaborer un dossier de demande.

Faire gagner 120 euros par an et par foyer sur la facture d’énergie

L’énergie est le premier poste parmi les charges des locataires : elle représente en moyenne 35 % des charges, le chauffage pesant le plus lourd dans les factures. Le confinement et le télétravail ont augmenté ces dépenses pour les familles.
La volonté est de réduire la facture d’énergie des familles du parc social de 15 % par an sur le prix de l’énergie. L'objectif est de libérer 120 euros par an et par foyer pour le pouvoir d’achat des locataires.
Comment ? En jouant sur les volumes d’achat. Dans les deux prochaines années, les trois bailleurs de la Ville vont unir leurs forces et passer un achat groupé d’énergie pour réduire les prix, grâce au volume. Cela va concerner tous les locataires en chauffage collectif (électricité et gaz).
A l’heure actuelle, les bailleurs ont contractualisé avec différents opérateurs. Ces contrats arrivent tous à terme d’ici 2022. Tous les contrats d’énergie pour la consommation en collectif seront remplacés par un achat groupé inter-bailleurs qui permettra de faire baisser les charges locatives mensuelles directement sur la quittance de loyer.

Offrir un accès internet à 2 euros

Des locataires du parc social ne disposent pas d’un accès à haut débit, ni de lignes téléphoniques fixe du fait des tarifs des abonnements. D'autres locataires ont un abonnement auprès d’un opérateur, mais le coût est un effort sur le budget mensuel du foyer avec la crise sociale.
L'école à la maison sur une tablette
Sophie Robichon / Ville de Paris
Une offre triple-play (Internet, TV, téléphonie fixe) pour moins de 2 euros par mois sera proposée aux locataires du parc social qui le souhaitent.
Cette offre est déjà testée auprès de 20 000 abonnés, locataires de Paris Habitat. Pour les locataires de la RIVP et d'Elogie Siemp, les bailleurs lanceront les appels d’offres dès cet été.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations