Ouvrir la recherche
Actualité

Cultiver, verdir et jardiner en bas de chez soi, c’est Faure’midable !

Mise à jour le 18/09/2019
Au pied d’un immeuble de la porte de Vincennes (12e), la nature a repris quelque peu ses aises. Réalisation du Budget Participatif 2015, ce jardin partagé permet à ses adhérents de cultiver leurs propres parcelles ou de bénéficier des cultures communes et d’ateliers.
Avant, c’était un terre-plein de gravier de 470m2, entourant un immeuble de la porte de Vincennes (12e), à proximité du périphérique. Aujourd’hui, ce n’est ni plus ni moins qu'un jardin Faure’midable, de son nom de baptême choisi par les porteurs du projet. Sous réserve d’une adhésion à l’association gérante, les habitants peuvent soit bénéficier d'une parcelle, soit jardiner sur l'espace commun et profiter de la récolte. Des ateliers de bricolage, de création d’épouvantails ou encore d’impression sur tissus de feuille sont également proposés.
Ce jardin partagé est né du projet « Cultiver en ville » du budget participatif 2015. A l’origine, des propositions de 32 Parisiens et de collectifs pour créer des nouveaux lieux d’agriculture urbaine et des jardins partagés. En 2017, l’association Ville en Herbes est alors missionnée par la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) pour « mobiliser et accompagner les habitants de la résidence Elie-Faure » afin de créer un jardin partagé autonome. Ville en Herbes et ses bénévoles travaillent alors à « rendre les friches en bas des immeubles qui ne servaient à personne », indique Joanna Lantz, bénévole.

Une soixantaine d'adhérents

C’est chose faite en 2018. Après des travaux de terrassement pour fabriquer des allées, ceux pour construire le cabanon et ceux encore pour délimiter les 52 parcelles et l'espace commun, le lieu est accessible en mai de la même année. Le jardin rassemble une soixantaine d’adhérents. « Ce sont des jeunes, des couples avec enfants, des dames plus âgées, note la bénévole de 32 ans. Près de 15 à 20% d’entre eux sont des habitants de l’immeuble, les autres viennent des alentours, du 12e, du 20e ou de Saint-Mandé. » Ils sont aujourd’hui rassemblés dans une nouvelle association autonome, celle du jardin Faure’midable ; Ville en Herbes les a aidés à prendre leur envol.
Moyennant une cotisation annuelle de 25 à 30€, les habitants cultivent leurs propres parcelles à l’aide du matériel de jardinage stocké dans le cabanon. Autrement, les adhérents jardinent sur les espaces collectifs des poireaux, tomates, choux, artichauts et autres aromates. « Chacun des jardiniers s’engage à assurer une permanence pour la gestion des parties communes. Il s’agit notamment de s’occuper de la pépinière, d’assurer l’entretien et de gérer le compost », ajoute Joanna. Le tout sans produit chimique, ni pesticide et en ayant la main légère sur l’eau. Parce que sinon, c’est moins écolo, donc moins formidable.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.