Ouvrir la recherche
Actualité

Amira Al-Sharif, nouvelle résidente ICORN à Paris

Mise à jour le 29/10/2019
La Ville de Paris accueille depuis septembre 2019 la photojournaliste yéménite Amira Al-Sharif, en résidence à la Cité Internationale des Arts, au titre de l’engagement de la Ville au sein du réseau des villes refuges pour les artistes et les écrivains persécutés ICORN (International Cities of refuge network).
Amira Al-Sharif est la cinquième résidente ICORN à Paris, et la première venant du Yémen, pays plongé dans une grave crise humanitaire et qui a fait l’objet de trois aides d’urgences de la Ville de Paris en 2018.
Photojournaliste indépendante, Amira Al-Sharif est publiée dans de nombreux journaux et magazines anglais et arabes au Yémen et à l'étranger. Elle est lauréate de nombreux prix comme celui de la Magnum Fondation ou du programme Safirlab, nominée comme finaliste pour le prix Free Press Awards 2019 et collabore avec des ONG et institutions internationales (UNICEF, UNHCR, Oxfam).
Enseignante en photographie auprès de centaines de jeunes au Yémen, elle a également mené un grand projet documentaire, Yemeni Women with Fighting Spirits, qui porte sur la résilience des femmes yéménites. Dans un pays en guerre, et où la majorité des photographes sont des hommes, Amira Al-Sharif repousse les frontières culturelles et sociales en allant à la rencontre de la vie quotidienne de ces femmes, jusqu’à mettre sa propre vie en danger. En 2018, après diverses arrestations dans l’exercice de ses fonctions de photojournaliste, elle décide de fuir le Yémen pour la Tanzanie.
Aujourd’hui, dans le cadre du réseau des villes refuges ICORN, elle est accueillie pour une résidence d’un an reconductible une fois à la Cité Internationale des Arts à Paris. Elle pourra y faire connaître son travail et développer de nouveaux projets photographiques internationaux.
La Ville de Paris a rejoint en 2011 l’ICORN (International Cities of Refuge Network), réseau international de plus de 70 villes-refuges pour écrivains et artistes en exil.

Les résidents ICORN à Paris depuis 2011 sont :
- L’illustrateur iranien Mana Neyestani (2011-2013),
- L’auteur syrien Najati Tayara (2013-2015),
- Le dramaturge afghan Abdul Hakim Hashemi Hamidi (2015-2017),
- La journaliste bahreïnie Nazeeha Saeed (2017-2019).

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.