Ville de Paris

Attention, cet article n'a pas été mis à jour depuis le 16/03/2022, il est possible que son contenu soit obsolète.
Actualité

Jannatun Nayeem Prity, nouvelle résidente ICORN à Paris

Mise à jour le 16/03/2022
Jannatun Nayeem Prity, une écrivaine, artiste et activiste bangladaise, a pris ses quartiers à la Cité internationale des arts depuis décembre 2021. Persécutée pour son engagement politique et militant dans son pays natal, elle a trouvé refuge à Paris où elle pourra faire connaitre son travail et développer de nouveaux projets.
Artiste accomplie, de nombreuse fois primée, elle a publié neuf œuvres littéraires (romans, recueils de nouvelles, livres pour enfants et une autobiographie) et a reçu de nombreux prix pour sa peinture. Elle s'est plus récemment engagée dans la sculpture et le stylisme. Journaliste pour la presse écrite et en ligne, ses chroniques traitent souvent de questions sociales au Bangladesh, en mettant l'accent sur les droits des femmes et les inégalités entre les sexes.
Militante depuis ses 17 ans, Jannatun Prity a souvent fait campagne contre la corruption du gouvernement et son incapacité à s'attaquer aux problèmes sociaux endémiques du pays. En juin 2020, elle a fait l'objet d'une campagne de harcèlement ciblée su facebook de la part de membres de la Chhatra League, un parti pro-gouvernemental.
Son statut de femme écrivain et militante dont le travail se concentre sur des sujets politiquement et socialement controversés dans la société bangladaise l'a exposé à un risque sérieux de harcèlement et de violence potentielle, y compris de viol. Elle risquait jusqu'à cinq ans d'emprisonnement si elle est reconnue coupable.
Elle souhaite continuer ses études et l'obtention de son diplôme reste sa priorité. Une fois ses études terminées, elle souhaite poursuivre une carrière d'écrivain professionnel et envisage de lancer sa propre marque de mode. Elle a également fait part de son désir de retourner au Bangladesh dès que les conditions se seront améliorées.
Accueillir les artistes engagés
La Ville de Paris a rejoint en 2011 l’ICORN (International Cities of Refuge Network), réseau international de plus de 70 villes-refuges pour écrivains et artistes en exil. Grâce à ce réseau, des artistes de toute nationalité sont accueillis à la Cité internationale des arts lors de résidence d'une année, reconductible une fois.

Les résidents ICORN à Paris depuis 2011 sont :
- L’illustrateur iranien Mana Neyestani (2011-2013),
- L’auteur syrien Najati Tayara (2013-2015),
- Le dramaturge afghan Abdul Hakim Hashemi Hamidi (2015-2017),
- La journaliste bahreïnie Nazeeha Saeed (2017-2019).
- La photojournaliste yéménite Amira Al-Sharif (2019-2021)

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations