Une fresque monumentale sur l'Institut des cultures d'islam

L'artiste calligraphe Tarek Benaoum a peint une fresque spectaculaire sur un mur jouxtant l'Institut des cultures d'islam, au cœur du quartier de la Goutte d'Or (18e).

« Avant de débuter la fresque, je ne pensais pas que c'était si haut ! » : Tarek Benaoum descend de son échafaudage, à près de 20 mètres de hauteur. L'artiste calligraphe, que Paris.fr avait rencontré en octobre dernier, a réalisé une immense fresque de 350 m2 sur le mur d'un immeuble, en face de l'Institut des cultures d'islam (ICI). Impossible de la manquer rue Léon (18e) ! Sur un fond bleu, des arabesques couleurs or, argent et cuivre apparaissent. «Chacun peut y lire quelque chose, mais on ne peut pas le lire», s'amuse Tarek Benaoum. Ses tracés n'ont pas de signification précise : «Le but est d'abord que les gens qui voient la fresque se posent la question: «Qu'est-ce-que cela dit?»

En images : le montage de l’œuvre

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Diaporama de la fresque en cours de réalisation

Je mêle la culture arabe aux cultures berbères, africaines ou encore amérindiennes

Tarek Benaoum,
artiste calligraphe

Pour cette œuvre d'art urbain, il s'est inspiré d'un livre de l'auteure française Hélène Cixous, Limonade, tout était si infini, «un bouquin que j'ai trouvé chez moi», raconte Tarek Benaoum. 

Tarek Benaoum

«Je ne sais ni lire ni écrire l'arabe, témoigne l'artiste, né au Maroc, arrivé dans le 20e arrondissement dès l'âge de cinq ans. J'arabise les lettres, et je mêle la culture arabe aux cultures berbères, africaines ou encore amérindiennes.» Lui s'est nourri d'abord de calligraphie gothique, grâce à une formation au Scriptorium de Toulouse (une école aujourd'hui disparue). «Je faisais du graffiti en amateur depuis l'âge de treize ans. Un jour, ma mère m'a conseillé de prendre des cours : ça a été une révélation!»

Initié au tracé à la plume métallique, il prolonge désormais ce geste sur des murs... avec des pinceaux. Rue Léon, il a fallu s'adapter aux contraintes de l'échafaudage pour tracer d'immenses lettres de deux mètres de haut !

Diaporama de la fresque réalisée

Où voir la fresque?

L'œuvre s'intitule « La dernière phrase, hommage à Hélène Cixous ».

Institut des cultures d'islam, 19, rue Léon (18e). Métro : Château-Rouge

La fresque a été financée par le Budget participatif de Paris (édition 2014), dans le cadre du projet «Les œuvres d'art investissent la rue».

L'ICI propose actuellement une programmation dédiée à la calligraphie, avec de nombreuses œuvres à découvrir sur ses deux sites. Gratuit.  Jusqu'au 21 janvier 2018.

Ce reportage est le premier épisode de notre série «Du côté de la Goutte d'Or».

Dernière mise à jour le lundi 27 août 2018
Crédit photo : © François Grunberg / Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.