Rives de Seine: la Ville fait appel de la décision du tribunal administratif

Le tribunal administratif de Paris a annoncé le 21 février sa décision d’annuler la fermeture à la circulation des voies sur berge rive droite. La Ville a décidé de faire appel de ce jugement.

Anne Hidalgo a annoncé lors d'un point presse que la Ville faisait appel de la décision du tribunal administratif d'annuler la fermeture des voies sur berge à la circulation. Cet appel sera assorti d’un sursis à exécution afin de ne pas rouvrir le lieu aux voitures jusqu'à la décision.

Le tribunal motive cette décision par le fait que l’étude d’impact à l’origine de cette mesure aurait été insuffisante, alors même que les faits démontrent depuis un an et demi la véracité de cette étude d’impact. 

Les résultats sont là, tant en matière de baisse de la pollution que de baisse du trafic automobile. En effet, la pollution sur la rive droite de Seine (quais hauts et bas) a diminué de 25% selon Airparif. La circulation automobile en centre-ville a elle diminuée de 28,8% selon la Préfecture de Police et la Ville de Paris.

Cette décision est intolérable. Elle revient à prioriser la circulation automobile sur la santé publique

Anne Hidalgo,
Maire de Paris

La Maire et l'exécutif municipal ont décidé de prendre sans attendre un nouvel arrêté de piétonnisation.

L’ouverture des rives de Seine aux piétons et aux cyclistes a été décidée démocratiquement par les élus parisiens en septembre 2016, avec le soutien de l’État à l’issue d’un an et demi de concertation.

Elle était au cœur de l’élection municipale de 2014 lors de laquelle les Parisiens ont fait le choix d’élire des représentants qui auraient le courage de faire reculer la pollution.

Elle a été saluée par les Parisiens et par des centaines de milliers de visiteurs venus du monde entier. Elle fait depuis un an et demi la fierté de notre ville.

Rouvrir les rives aux voitures c'est préférer une autoroute urbaine à un parc en cœur de ville

Anne Hidalgo,
Maire de Paris

Réaction d'Anne Hidalgo en vidéo

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Un espace de qualité de vie et de promenades...

  • Des centaines de milliers de Parisiens, de touristes, de Français et de Franciliens se sont réappropriés un espace de promenade et de qualité de vie.
  • Une diminution de 28,8% du trafic automobile dans le centre de Paris et une amélioration de 25% de la qualité de l’air sur les quais de la rive droite (quais hauts et bas).
  • Une mesure de santé publique, prise au nom de l’intérêt général, et soutenue par les Parisiens.
Rives de Seine

Pollution de l'air: 2500 décès chaque année à Paris

En France, la pollution de l’air extérieur entraîne environ 48 000 décès prématurés chaque année.

À Paris, elle entraîne environ 2500 décès chaque année et retire plus de 2 ans d’espérance de vie à 30 ans.

À l’échelle de la Métropole, ce sont 6600 décès qui seraient évitables chaque année.

Dernière mise à jour le jeudi 22 février 2018
Crédit photo : Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.