Hommage musical à Charles Aznavour sur le parvis de l'Hôtel de Ville

  • Mis à jour le 22 mai 2019
  • Loisirs

Charles Aznavour, légende de la chanson française s'est éteint le lundi 1er octobre 2018 à l'âge de 94 ans. Anne Hidalgo, maire de Paris, a souhaité que la Ville s’associe à l’hommage international organisé par la Fondation Aznavour en offrant aux Parisiens et aux Parisiennes un spectacle musical sur le parvis de l'Hôtel de Ville, mardi 21 mai de 17h à 21h.

Pour célébrer le 95e anniversaire de la naissance de cet auteur, les artistes Erik Berchot, Joana Mendil, André Manoukian et Essaï Altounian interpréteront tour à tour des titres emblématiques de Charles Aznavour. La Chorale des agents de la Ville ont interprété les titres "Emmenez-moi" et "La Bohème".

Le spectacle en images

Une plaque en l'honneur de Charles Aznavour

Artiste et philanthrope, Charles Aznavour est à l’origine de la Fondation Charles Aznavour dédiée aux victimes du tremblement de terre qui a frappé l’Arménie le 7 décembre 1988. Son fils, Nicolas Aznavour, poursuivra au sein de cette Fondation, l’oeuvre initiée par son père pour le développement et l’implantation de programmes éducatifs, culturels et sociaux.

Mardi 21 mai à 11h15,, Anne Hidalgo, Maire de Paris, Christophe Girard, adjoint à la Maire pour la Culture, et Patrick Klugman, adjoint à la Maire chargé des Relations Internationales et de la Francophonie, ont dévoilé une plaque commémorative en l’honneur de l’artiste, 36, rue Monsieur le Prince, dans le 6e arrondissement, où il a grandi.

Cette inauguration marque le lancement d'une longue campagne dédiée à la préservation de l'héritage culturel et humanitaire dans le monde entier.

Un géant de la chanson française

Avec plus de 100 millions de disques vendus, Charles Aznavour auteur, compositeur, interprète de chansons comme "Hier encore", "Je n'ai rien oublié", "La Bohème", "Comme ils disent"..., naît à Paris le 22 mai 1924. Il est issu d'une famille d'artistes d'origine arménienne, son père, Mischa Aznavourian, baryton, et sa mère, Knar Baghdassarian, comédienne, Le couple ouvre un petit restaurant rue Monsieur-le-Prince à Paris, c'est là que le petit Charles côtoie des chanteurs, des poètes, et des comédiens. C'est alors que naît sa vocation précoce pour le spectacle, la musique et la chanson. C'est à l'âge de neuf ans qu'il entre au Théâtre du Petit Monde où il tient de petits rôles.

"J'aime Paris au mois de mai"

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Sa rencontre avec Pierre Roche, auteur-compositeur, va l'orienter vers une nouvelle carrière. En 1946, Edith Piaf remarque la personnalité et le talent de ces deux artistes et les entraîne avec elle pour une tournée en France et aux Etats-Unis. Mais c'est lors d'un concert donné à Casablanca en 1956 que la consécration arrive. En 1957, Charles Aznavour donne son premier concert à l'Olympia, et c'est avec le titre  "Je m'voyais déjà!", qu'Yves Montand avait refusé, qu'il connaît son premier triomphe. C'est alors qu'il aura son statut de star qui ne sera jamais remis en cause.

Auteur de  plus de 1 000 chansons, cet artiste international a vendu plus de 100 millions de disques à travers le monde. Parolier prolifique, cet immense interprète auteur de nombreux de tubes a notamment écrit pour Johnny Hallyday, avec le titre "Retiens la nuit", Sylvie Vartan "La plus belle pour aller danser", "Mé qué mé qué" (1972) pour Gilbert Bécaud, "Mourir d'aimer", extraite du film d'André Cayatte...

En 2010, il se voit remettre une Victoire d'honneur aux Victoires de la Musique. Souvent en tournées, c'est à l'âge de  90 ans, qu'il se retrouve sur la scène de l'opéra d'Arménie à Erevan en mai 2014.

Charles Aznavour et le 7e Art

Avec plus de quatre-vingt films et téléfilms, Charles Aznavour mène une belle carrière dans le cinéma: "Un taxi pour Tobrouk" (1960), "Paris au mois d'août" (1695), "Le tambour" (1979), "Viva la vie" (1983), "Emmenez-moi" (2005)… Sa carrière cinématographique l'a amené à rencontrer de nombreux grands réalisateurs, comme Pierre Granier-Deferre, Claude Chabrol ou encore Claude Lelouch.


Dernière mise à jour le mercredi 22 mai 2019
Crédit photo : © Claude Poirier / Roger-Viollet

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.