Des centres de loisirs à parité

Les centres de loisirs à parité (CLAP) accueillent en nombre égal des enfants porteurs de handicap et des enfants sans handicap. Interview de la responsable du CLAP du 9e arrondissement.

Permettre l'accueil de tous les enfants, qu'ils soient en situation de handicap ou non : tel est l'un des principaux objectifs des centres de loisirs à parité (CLAP). Il en existe dix à Paris, dont deux gérés par les associations Loisirs Pluriel. Sur les huit CLAP gérés directement par la Ville, plus de 200 enfants en situation de handicap y étaient inscrits (chiffres pour l'année scolaire 2016/2017). Dernière structure ouverte : le CLAP du 15e arrondissement (35 rue Emile Zola).

Odile Ciurletti est la directrice du centre de loisirs à parité du 9e arrondissement. Témoignage.

Comment fonctionne concrètement un centre de loisirs à parité ?

C'est un centre de loisirs semblable aux autres centres de loisirs de la Ville, avec une différence importante : nous accueillons chaque mercredi 15 enfants valides et 15 enfants en situation de handicap, de 6 à 13 ans, ainsi que pendant les vacances scolaires.

Comment vous adaptez-vous aux différents types de handicap ?

Nous avons une équipe de huit animateurs, ce qui permet de suivre au mieux les enfants. Ils nécessitent souvent plus de vigilance, plus d'attention... Cela demande aussi un travail d'équipe très important pour s'adapter aux demandes et aux besoins personnalisés de chacun. S'occuper d'un enfant en situation de handicap prend souvent plus de temps et d'attention que de s'occuper d'un enfant valide, et beaucoup de bienveillance.

La Ville travaille beaucoup à une meilleure "inclusion" pour les personnes handicapées : dans votre quotidien, comment cela se traduit-il ?

Selon moi, l'inclusion passe d'abord par les enfants eux-mêmes. Les parents sont tous volontaires pour que les enfants soient inscrits dans un CLAP. Qu'un enfant soit valide ou en situation de handicap, c'est un apport mutuel. Pour les enfants valides, cela les ouvre à la différence. Pour ceux qui ont un handicap, nous faisons le maximum pour répondre aux besoins de chacun d'entre eux. 


Quelles activités sont organisées ?

Les activités sont adaptées à chaque niveau de motricité, à chaque spécificité de handicap. On fait, par exemple, des activités de cuisine des parcours de motricité, des sorties au Jardin d'acclimatation, au théâtre, au Louvre... Nous trouvons toujours une solution pour chaque enfant !


Infos pratiques

CLAP municipaux

  • Clichy (10 rue de Clichy, 9e
  • Gerty (5 rue Gerty Archimède, 12e)
  • Ocagne (7 avenue Maurice d’Ocagne, 14e)
  • Zola (35 rue Emile Zola, 15e)
  • Pajol (37 rue Pajol, 18e)
  • Buffet (14 rue Bernard Buffet, 17e)
  • Champagne (17 cité Champagne, 20e)
  • Métra (32 rue Olivier Métra, 20e)


CLAP associatifs (Loisirs pluriel)

  • Loisirs Pluriel (rue du Docteur Landouzy, 13e)
  • Loisirs Pluriel (118 bd Macdonald, 18e)

Des activités périscolaires adaptées

De façon complémentaire, la Ville de Paris développe une politique d'accueil et d'intégration « ordinaire » d'enfants en situation de handicap au sein des services périscolaires (interclasses, études surveillées, goûters récréatifs) ainsi que dans les centres de loisirs ordinaires. En 2017, en moyenne 337 enfants en situation de handicap étaient accueillis chaque jour dans un centre de loisir ordinaire (ils étaient 135 en 2015 et 433 en 2016).

Mieux former pour un meilleur accueil des enfants handicapés

Dans le cadre de la politique d’accueil et d’intégration des enfants handicapés dans les services périscolaires, la Direction des affaires scolaires de la Ville de Paris a créé en 2004 un Centre de ressources sur l’enfance handicapée (CREH). Objectif: accroître et améliorer l’accueil de ces enfants dans les centres de loisirs. Ses missions :

- recenser et analyser les pratiques existantes lors de l’accueil d’enfants en situation de handicap en centres de loisirs sans hébergement (CLSH);

- apporter une aide pédagogique aux équipes d’animation;

- participer à des actions de formation;

- assurer le lien et le relais vis-à-vis des partenaires (institutionnels ou privés);

- créer un centre de documentation pédagogique;

- piloter la mise en place des centres de loisirs à parité pour enfants handicapés et valides (conseils techniques et suivi pédagogique).

Avec l’aménagement des rythmes éducatifs, les enfants en situation de handicap ont vu leur temps d’accueil augmenter et un renforcement du réseau handicap a été mis en place.

Dernière mise à jour le mercredi 29 mai 2019
Crédit photo : Laurent Bourgogne / Ville de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.