Ouvrir la recherche
Actualité

Une promenade en hommage à Gisèle Halimi

Mise à jour le 01/09/2021
Une partie des rives de Seine, située entre le pont des Invalides et le pont de l’Alma (7e arrondissement), honore la mémoire de l’avocate, militante féministe et anticoloniale.
Une promenade pour un hommage : la Maire de Paris a inauguré, le 31 août, la promenade Gisèle-Halimi, en mémoire de l’avocate féministe disparue en 2020. Celle-ci est située, rive gauche, entre le pont des Invalides et le pont de l’Alma, dans le 7e arrondissement, son dernier lieu de résidence, conformément à la délibération adoptée par le Conseil de Paris en avril 2021.
Avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne : les combats et engagements de Gisèle Halimi, née Zeïza Gisèle Élise Taïeb le 27 juillet 1927 à La Goulette, en Tunisie, furent nombreux.

Droits des femmes et anti-colonialisme

Gisèle Halimi (1927-2020), avocate, femme politique, féministe et Angela Davis (née en 1949), militante américaine des Droits de l'homme à l'UNESCO, lors du colloque international "Féminismes et socialismes"organisé par "Choisir" en octobre
Gisèle Halimi, avocate, femme politique, féministe et Angela Davis, militante américaine des Droits de l'homme à l'UNESCO, lors du colloque international "Féminismes et socialismes"organisé par "Choisir" en octobre 1983.
© Bibliothèque Marguerite Durand / Catherine Deudon / Roger-Viollet
Gisèle Halimi est d’abord une grande personnalité de l’anti-colonialisme. Dès les années 1950, elle milite pour l'indépendance de la Tunisie, mais aussi pour celle de l'Algérie. Elle n'a cessé de dénoncer les tortures perpétrées pendant la guerre d’Algérie.
Dès 1960, elle s’engage pour défendre Djamila Boupacha, militante du FLN accusée d’avoir posé une bombe, arrêtée, torturée et violée par des soldats.
La lutte pour les droits des femmes est l’autre grand combat de Gisèle Halimi. En 1971, elle signe le manifeste des 343 déclarant « avoir avorté, donc avoir violé la loi ». En 1972, elle défend Marie-Claire, jeune fille de 16 ans ayant avorté, et sa mère qui l’y avait aidée, lors du procès dit « de Bobigny ». Gisèle Halimi y plaide pour la légalisation de l’avortement, ouvrant la voie à la loi Veil en 1975.
1972 : Gisèle Halimi défend l'avortement

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

« Choisir la cause des femmes » avec Simone de Beauvoir

En 1978, sa plaidoirie lors du procès au tribunal d’Aix-en-Provence contribue à faire évoluer la loi : un changement législatif qui, en 1980, fera reconnaitre le viol comme un crime.
Gisèle Halimi participe à l’évolution de la loi, mais aussi à celles des mentalités, à la fois en tant qu’avocate et fondatrice avec Simone de Beauvoir du mouvement « Choisir la cause des femmes », mais également comme co-fondatrice de "l'association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne" (ATTAC) en 1998.
Elue députée de l’Isère en 1981, elle poursuit son combat à l’Assemblée : elle s'engage notamment pour le remboursement de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), finalement voté en 1982.
En 1985, elle est nommée ambassadrice de la France auprès de l'Unesco : une fonction occupée d'avril 1985 à septembre 1986. Puis elle devient présidente du Comité des conventions et des recommandations de l'Unesco jusqu'en 1987. En 1989, elle est conseillère spéciale de la délégation française à l'Assemblée générale des Nations unies, avant d'être rapporteuse pour la parité entre hommes et femmes dans la vie politique.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations