Ville de Paris

Actualité

Nage, course, vélo… Cap sur 2024 pour le para-triathlète Thibaut Rigaudeau !

Mise à jour le 28/03/2022
Le champion de para-triathlon, malvoyant, vise la médaille d’or aux Jeux paralympiques de Paris 2024. Nous l’avons rencontré en pleine préparation.
Dans son petit appartement, Thibaut Rigaudeau a accroché un drapeau aux couleurs du Japon au-dessus de son tapis roulant de course : un souvenir de sa première aventure paralympique aux Jeux de Tokyo en 2021. « Tous les athlètes de l’équipe de France l’ont signé », sourit le champion de para-triathlon, champion de France en 2020 et vice-champion d’Europe en 2021.
À Tokyo, il a frôlé la médaille de quelques secondes, et décroché une 4e place dans la catégorie des déficients visuels : « Participer aux Jeux, c’est un premier rêve qui s’est réalisé, c’est la consécration du travail accompli. La seconde consécration aurait été une médaille… ».
Thibaut Rigaudeau, paratriathlète. Préparation Paris 2024
Thibaut a installé un tapis roulant de course dans son appartement.
Clement Dorval / Ville de Paris
Pas le temps de souffler, en route pour les prochains Jeux paralympiques ! À 31 ans, Thibaut ne pense plus qu’à une échéance : les Jeux de Paris 2024. « J’ai hâte de connaître le parcours de l’épreuve dans Paris, on sait seulement que le départ sera donné depuis le pont Alexandre III ». Depuis ses débuts en para-triathlon en 2018, Paris 2024 est même devenu son principal objectif : « Dès que j’ai démarré le triathlon, j’ai eu l’intention de participer aux Jeux de 2024. Je regardais les temps des meilleurs mondiaux, en me disant que je pourrais atteindre le niveau des 8 meilleurs en 6 ans ».

Monter sur les podiums avant Paris 2024

Thibaut Rigaudeau, paratriathlète. Préparation Paris 2024
Pour s'entraîner à fond, Thibaut a mis entre parenthèses son métier de kiné.
Clement Dorval / Ville de Paris
D’ici les Jeux, il espère « monter sur tous les podiums », puis « décrocher une médaille d’or en 2024 ». Licencié au RMA Paris Triathlon, il est l’un des 54 athlètes soutenus par la Ville de Paris dans leur préparation pour les Jeux de 2024.
Fin 2021, il remportait une étape de la coupe du monde au Portugal. Championnats d’Europe en mai prochain en Pologne, championnats du monde à Abou Dabi à la fin de l’année… les compétitions internationales vont s’enchaîner en 2022.
750 mètres de natation, 20 km à vélo et 5 km de course à pied : le para-triathlon est un sport hyper exigeant. « La pratique du triathlon est très chronophage, je m’entraîne 7 jours sur 7, et caler des entraînements dans les trois disciplines toute la semaine est parfois assez complexe », confie le champion qui nage à la piscine Keller (15e), court sur la piste d’athlétisme de l’hippodrome de Longchamp et pédale au quotidien sur son « home-trainer », un vélo connecté installé dans son salon. Pour se donner toutes les chances de réussir, Thibaut a même mis entre parenthèses son métier de kinésithérapeute et se consacre à 100% à son sport.

Du cécifoot au para-triathlon

Thibaut Rigaudeau, paratriathlète. Préparation Paris 2024
Thibaut a installé un vélo connecté chez lui pour s'entraîner toute l'année dans des conditions optimales.
Clement Dorval / Ville de Paris
Adolescent, il se rêvait footballeur. Il grandit en Vendée, où il débute le football, puis le cécifoot à l’âge de 19 ans. Thibaut joue même en équipe de France de cécifoot de 2011 à 2014, avant qu’une vilaine blessure ne l’éloigne définitivement des terrains. Puis, il cherche un nouveau sport, plus adapté à ses articulations, tente l’athlétisme, et découvre enfin le para-triathlon par hasard « en regardant un reportage sur la chaine l’Equipe ». Sa progression est fulgurante : dès 2019, un an après ses débuts en para-triathlon, il décroche sa première sélection en équipe de France pour les championnats d’Europe à Valence.
Une vie rythmée par les entraînements et les compétitions, un peu monotone. Les petits plaisirs culinaires sont souvent proscrits, même s'il s'accorde (rarement) quelques écarts, en dévorant un burger ou une boite de cookies au chocolat…

Thibaut et son guide, un tandem au service de la performance

Les triathlètes Cyril Viennot et Thomas Rigaudeau
Les triathlètes Cyril Viennot et Thibaut Rigaudeau sont reliés par une cordelette lors des épreuves de course et de nage.
@CPSF
Pour les compétitions, il peut compter sur un poids lourd de la discipline : Cyril Viennot, son guide, ancien champion du monde de triathlon longue distance. Pour la natation et la course, les deux athlètes sont reliés par une cordelette, et les épreuves de vélo se jouent en tandem. Le rôle du guide est essentiel, surtout pour la course à vélo : « Plus le guide est fort, plus l’handi-athlète va aller vite sur le tandem ».
Le guide est aussi primordial pour indiquer les obstacles à Thibaut, qui est atteint d’une rétinite pigmentaire (une dégénérescence de la rétine), diagnostiquée à l’âge de 8 ans. « Au-delà de 3 à 5 mètres je vois flou. Quand la situation est statique, je peux me débrouiller, mais en mode dynamique c’est beaucoup plus compliqué ».
Au fil des années, l’acuité visuelle du jeune homme diminue, l’obligeant « à s’adapter et à se réadapter en permanence » dans sa vie quotidienne. « J’ai une loupe électronique pour lire mon courrier et j’utilise la lecture vocale pour mon ordinateur et mon téléphone ».
Au quotidien, il peut compter sur le soutien de sa compagne, Eloïse Courvoisier, elle-même malvoyante…et triathlète ! La jeune femme vient d’intégrer le groupe de la relève de l’équipe de France de para-triathlon et espère également être en piste pour les Jeux de Paris. Un couple qualifié pour les Jeux ? Thibaut sourit : « Cela serait une belle histoire, non ? ».

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations