Ville de Paris

Actualité

Louis Bailleul ou le hockey en héritage

Mise à jour le 11/04/2022
L’athlète de 20 ans garde un mince espoir d’être appelé en équipe de France de hockey sur gazon pour les Jeux de Paris 2024. Licencié au Paris Jean-Bouin (16e), Louis Bailleul entretient sa passion pour ce sport peu connu depuis sa plus tendre enfance.
S’il vient à peine de souffler ses vingt bougies, il en compte presque déjà dix-sept de hockey sur gazon. Louis Bailleul n’avait que trois ans lorsqu'il a eu sa première licence en club. Une précocité qui s'explique par un héritage familial bien prononcé dans la discipline.
« Mon père a été sélectionné en équipe de France quelque temps. Tous mes cousins en font, mon frère aussi, ma sœur a essayé. C’était la suite logique. Plus jeune, j’ai quand même essayé d’autres sports comme le tennis et un peu le golf. J'ai vite arrêté quand c’est devenu sérieux avec le hockey, au collège. »

Étudiant en ostéopathie le jour, sportif le soir

En septembre dernier, Louis Bailleul a rejoint le club Paris Jean-Bouin (16e) et sa section de hockey fondée en 1903. Il a quitté Rouen, son club et sa famille. Depuis, tout s’enchaîne à grande vitesse. Le jour, il étudie en première année dans une école d’ostéopathie, à Cachan (94). Le soir, place à l’entraînement à l’hippodrome d’Auteuil. Entre tout ça, il y a, dans le désordre, des contrôles continus, des matchs en équipe de France U19, des stages de préparation…
Un « planning serré », concède-t-il, avec Paris 2024 en ligne de mire. « Tout reste encore possible » quant à une sélection en équipe nationale senior. Si la composition de l’équipe se construit sur plusieurs années, « il y a encore des occasions de se faire remarquer par les entraîneurs », veut croire Louis.
« Je ne veux pas me donner d’objectifs, pour ne pas être déçu. Mais c’est sûr que depuis que je suis petit, c’est mon rêve… entre guillemets, disons. Je me donne à fond à l’entraînement, mais je veux aussi me donner du temps pour réussir mes études. »
Louis Bailleul Hockey sur gazon athlètes en jeux 2
Louis Bailleul partage son temps entre le hockey sur gazon et ses études d'ostéopathie.
Clement Dorval / Ville de Paris

Le cousin du hockey sur glace… en moins connu

Les Jeux, « c’est le plus grand événement pour un joueur de hockey ». L’occasion aussi de mettre en lumière un sport peu connu, dont les règles intriguent. « C’est vrai, tout le monde est très curieux. On me demande souvent si on joue au hockey avec une balle ou un palet, quel est le matériel nécessaire, comment se jouent les matchs… »
Alors, oui, le hockey se joue avec une crosse et un palet. Moins violent dans les contacts que son cousin le hockey sur glace, il se joue à onze sur le terrain, avec des tactiques semblables au football.
Les débuts du hockey, en tant que sport, remontent au début du XIXe siècle, en Angleterre. L’Inde, l’Australie, l'Argentine, la Nouvelle-Zélande et le Pakistan comptent parmi les nations leaders. Il a figuré pour la première fois au programme olympique en 1908 pour les hommes, et en 1980 pour les femmes.
Soutenu par la Ville comme 53 autres athlètes, le jeune homme bénéficie d’une aide pour représenter et faire connaître sa discipline qui compte près de 8000 licenciés. Au club, il s’accorde un peu de temps pour entraîner les plus petits. Parce qu’il a sans doute un héritage et une passion à transmettre.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations