Ouvrir la recherche
Reportage

La vigne parisienne partage ses récoltes

Mise à jour le 03/10/2019
Au parc de Belleville (20e), une quinzaine de volontaires a récolté les grappes de raisin fin septembre, comme dans les quatre autres vignobles de la Ville. Dimanche 7 octobre, lors de la fête de la vigne et du raisin, ce sera l’occasion de goûter le vin réalisé à partir des vendanges de l’an passé.
Nadine rêvait de faire des vendanges. « Mais peut-être pas huit heures par jour pendant dix jours… », concède la retraitée de 59 ans. C’est sans mal de dos, courbatures ou lombalgies des vendangeurs saisonniers qu’elle a pu réaliser son rêve à deux pas de chez elle, au parc de Belleville (20e). Pas de quoi s’épuiser à la tâche : avec 200 m2, il n’a fallu qu’une demi-heure pour Nadine, Elise, Guillemette, Anne et la douzaine d’autres volontaires accompagnés par les agents municipaux pour récolter les raisins mûrs.
Les vignes du parc de Belleville
Le parc de Belleville accueille 170 pieds de pinot Meunier et Chardonnay.
Emilie Chaix / Ville de Paris
Avec celles du parc de Bercy (12e), Georges-Brassens (15e), Montmartre (18e) et de la butte Bergeyre (19e), Belleville est l’un des cinq vignobles entretenus par la Ville. Avec 170 pieds exposés plein sud sur une carrière de gypse blanc, le raisin pousse sur ces sols caillouteux depuis vingt-cinq ans. Un peu plus en réalité. Dès l’époque carolingienne, des vignes recouvraient le plateau. Au XIIIe siècle s’y tenait non loin la ferme de Savies avec ses 15 hectares de cépages. Créé en 1988, l’espace vert a repris la tradition en plantant ses premières vignes l’année suivante pour des premières vendanges en 1994. Sur les hauteurs de Belleville, les cépages pinot Meunier et Chardonnay produisent depuis chaque année près de 250 kilos de raisins.
Pendant les vendanges
Les volontaires coupent les raisins des vignes.
Emilie Chaix / Ville de Paris
Les sécateurs en main, les volontaires, deux par rangée, remplissent les bacs des fruits, en montant et descendant le vignoble pentu. Guillemette, retraitée, renoue avec le souvenir des vendanges de ses 18 ans sur les coteaux de Beaune. Elle prend plaisir à récolter « ces belles grappes au raisin bien sucré ». Pour ce faire, Hubert Jossinet, chef de l’atelier Belleville-Ménilmontant-Père Lachaise et Saphia Hadet, jardinière au parc de Belleville, veillent au grain toute l’année, avec les conseils d'un œnologue. « Nous procédons à la taille en février-mars, indique Hubert Jossinet. Nous sélectionnons les sarments, les tiges qui pousseront bien à la verticale. Puis, à la mi-mars, au moment de la floraison nous surveillons les feuilles afin de soigner celles qui sont malades. En juillet, nous enlevons quelques feuilles pour que les raisins prennent bien le soleil. Et l’été, nous les protégeons avec un filet des insectes et de la grêle. »
Le camion rempli de caisses de raisins
Plus de 250 kilos ont été récoltés lors de ces vendanges du 26 septembre 2019.
Emilie Chaix / Ville de Paris
Les bacs de raisins noirs et verts s’empilent dans le camion. « On en a 255 kilos, c’est énorme, se réjouit Hubert Jossinet. Cela représente 110 litres, soit 200 bouteilles ! » Le travail des bénévoles s’arrêtent ici pour aujourd’hui. Ils laissent filer la camionnette vers les caves de Bercy pour les étapes suivantes de la vinification jusqu’à la mise en bouteille. Dimanche 6 octobre, les vendangeurs d'une matinée se retrouveront au parc pour déguster le vin millésimé 2018, réalisé à partir des récoltes de l’année précédente, lors de la fête de la vigne et des vendanges.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.