Ouvrir la recherche
Actualité

Kiraz, le père des Parisiennes est décédé

Mise à jour le 12/08/2020
Le dessinateur des Parisiennes, Kiraz, est décédé le 11 août au matin à Paris. Hommage à celui qui dévoila avec humour et délicatesse le charme de ces femmes élégantes et élancées.
Âgé de 96 ans, le dessinateur Kiraz est décédé ce 11 août 2020 dans son appartement du 6e arrondissement. Originaire d'Égypte, cet autodidacte s'est surtout fait connaître pour ses illustrations des Parisiennes, qu'il surnommait avec affection les « libellules ».
Né au Caire le 25 août 1923 et baptisé Edmond Kirazian (en hommage à Edmond Rostand), Kiraz grandit dans une famille francophile d'origine arménienne. L'artiste n'est encore qu'un adolescent lorsqu'il se fait connaître du journal Parade (revue des troupes britanniques) ou encore du quotidien La Réforme d’Alexandrie pour lesquels il devient dessinateur politique.

Un Égyptien à Paris

À la fin de la guerre, en 1946, il débarque à Paris pour la première fois, empruntant la récente liaison maritime entre l'Égypte et la France. Dès 1948, Paris compte un habitant de plus : Kiraz, qui fait ses débuts dans la presse française en tant que caricaturiste.
En 1959, le dessinateur s'est spécialisé dans la représentation des Parisiennes telles qu'il les imagine : grandes, fines, séduisantes, un brin frivoles et portées sur la mode. Une image certes clichée mais légère et amusante des passantes qu'il croise dans les rues de la capitale.
Affiche de Paris Plages 2013
Affiche de Paris Plages 2013
Kiraz

Du dessin politique à la mode

Marcel Dassault décide alors de lui confier une double-page de son hebdomadaire Jours de France. Pendant près de 28 ans, Kiraz dessinera pour le journal politique qui se transforma au fil des numéros en magazine féminin. Sous ses doigts, les Parisiennes partent en vacances, font les magasins ou se marient.
Peu à peu, Kiraz intègre le milieu de la mode. Il dessine des vêtements pour femme, publie dans Playboy, Glamour, Gala et expose dans les Galeries Lafayette à Paris et à Berlin.
En 2008, le musée Carnavalet, musée de l'Histoire de Paris, lui consacre une rétrospective. L'occasion pour l'heureux papa de faire connaître ses Parisiennes au plus grand nombre.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations