Ouvrir la recherche
Entretien

Imany : « L’endométriose est une injustice faite aux femmes »

Mise à jour le 04/11/2020
La chanteuse est l’ambassadrice de l’ENDOrun, une course organisée du 7 au 22 novembre dans toute la France pour soutenir la recherche sur une maladie qui touche plusieurs millions de femmes en France. Interview d'une artiste engagée.
L’endométriose sort de l’ombre. Cette maladie, qui touche 1 à 2 femmes sur 10 en âge de procréer, soit 2 à 4 millions de femmes en France, a longtemps été méconnue. La chanteuse Imany s’implique depuis plusieurs années aux côtés de l’association ENDOmind, pour améliorer la prise en charge des malades et encourager la recherche. Elle participe dans ce contexte à l'ENDOrun organisée cette année du samedi 7 novembre, et jusqu’au dimanche 22 novembre dans toute la France.
endométriose
Imany (au centre) à l'ENDOmarch, organisée en 2018 à Paris.
Helder Vinagre
Pourquoi avez-vous accepté d’être l’ambassadrice de cette course ?

L’endométriose est une maladie que je connais bien. J’avais 23 ans quand j’ai appris que j’étais atteinte, lors d’un voyage à Tahiti. Cela aurait été lâche pour moi de ne pas m’engager pour cette cause, car l’endométriose est une véritable injustice faite aux femmes. C’est une maladie, qui peut vous empêcher d’aller au travail, d’aller faire du sport, d’avoir des rapports sexuels avec votre conjoint… Bref, d’avoir une vie normale.

Où en est la recherche sur le sujet ?

C’est une maladie complexe, dont on traite les symptômes mais pas les causes : sont-elles génétiques, environnementales ? La recherche avance, mais à « pas de bébé ». On en est au stade de l’étude épidémiologique, avec le projet ComPaRe mené par l’AP-HP.

La maladie reste-t-elle tabou ?

Longtemps, les femmes elles-mêmes n’en parlaient pas, ou on ne les croyait pas lorsqu’elles évoquaient leurs douleurs au moment des règles. Certaines ont même été considérées comme des mythomanes lorsqu’elles abordaient le sujet.
course endorun
La course ENDOrun est organisée cette année dans toute la France.
Patrick Stalon Shyaka
Pourquoi venir courir ?

D’abord, pour financer la recherche. Venir courir représente aussi une action importante en montrant aux personnes atteintes qu’on est à leurs côtés. En courant, on peut faire quelque chose de positif de cette maladie ! Et c’est ouvert à tout le monde : le combat des femmes est aussi le combat des hommes.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Imany en 5 dates
1979 : Naissance à Martigues (Bouches-du-Rhône).
1998 : Elle part pour New York, y travaille comme mannequin, écrit ses premiers textes et chansons.
2011 : Premier album, « The Shape of a Broken Heart », disque de platine, avec le single, « You will never know ». Dans le monde, l’album dépasse les 500 000 exemplaires vendus.
2016 : Deuxième album « The Wrong Kind of War »
25 octobre 2019 : « Imany Live at the Casino de Paris»
Toute son actualité sur http://imanymusic.com/fr/home/

Quels sont les symptômes de l'endométriose?

Les symptômes de cette maladie complexe sont très variés : règles douloureuses (dysménorrhée), douleurs pelviennes (pour 80% des femmes atteintes), règles hémorragiques, douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), infertilité (pour 30 à 40 % des femmes atteintes)….

Comment participer à l’ENDOrun 2020 ?

Cette édition est adaptée au contexte de reconfinement. Dès le samedi 7 novembre, et jusqu’au dimanche 22 novembre, l’ENDOrun sera dans toute la France : chacun pourra décider du lieu et de l’heure de son départ, de courir seul ou accompagné, de former des petits groupes, de mobiliser son entreprise et participer aux challenges proposés par Imany et l’association ENDOmind. Un seul mot d’ordre : se connecter, choisir sa distance et s’inscrire, pour aider la recherche pour l’endométriose.
L'endométriose en chiffres
- Entre 2 et 4 millions de femmes sont concernées en France. Elles sont 180 millions touchées par la maladie dans le monde.
- Le délai de diagnostic moyen est de 7 ans en France.
- Les femmes atteintes ont une qualité de vie inférieure de 20 % par rapport à une personne avec le meilleur état de santé possible.
- En France, l’endométriose coûterait 9,5 milliards d’euros/an (coûts directs médicaux et coûts indirects de perte de productivité).
- L’endométriose représente environ 21000 hospitalisations par an en France.
Sources : base de données INSEE 2013 /données issues de l’étude ENDOCOST de 2009 sur 10 pays conduite par la fondation mondiale de recherche sur l’endométriose.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations