Ouvrir la recherche
Service

Embellir Paris, quand les artistes colorent la ville

Mise à jour le 21/06/2021
Découvrez 18 œuvres installées sur l'espace public, nées de l'appel à projet « Embellir Paris ».
Embellir Paris est un appel à projets artistiques pour 20 sites délaissés ou peu centraux. Il est ouvert aux artistes, collectifs, étudiants des écoles d'art, association, designers et architectes… Les lauréats réalisent leur œuvre avec une participation de la Ville de Paris à hauteur de 50 000 euros maximum par site.
En mars 2019, 50 000 Parisiennes et Parisiens se sont prononcés en faveur de leurs œuvres favorites. 20 lauréats ont été choisis et 18 œuvres ont déjà été installées dans Paris pour une durée de un à cinq ans.

Les œuvres disséminées dans Paris

Ce contenu est hébergé par maphub.net
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Le bassin, Tristan Baraduc

Espace public rue Coquillière (1er)
Embellir Paris : Le bassin Tristan Baraduc
Embellir Paris : Le bassin Tristan Baraduc
(c) Ville de Paris Coline Coisne
Projet lauréat : Le bassin
Artiste : Tristan Baraduc
Porteur : 13B Conception
Durée : 2019-2021 (2 ans)

Cette oeuvre met en interaction l’architecture, la végétation existante, les riverains et le regard des promeneurs. Il joue sur le thème de l’eau : à la source de toute forme de vie, l’eau d’où qu’elle jaillisse concentre l’activité humaine. Elle est un point de rassemblement, d’échanges, de ressourcement et de contemplation. Peintes sur le sol, de larges bandes de couleur convergent vers un bassin en trompe-l'œil avant de s’y déverser et de disparaître dans les profondeurs de l’eau, fruit de l’illusion.
La dynamique des lignes de couleur apporte l’énergie et le mouvement et joue sur la perception de la profondeur et de la texture de l’eau. La surface du bassin est magnifiée par les jeux de la lumière qui perce au travers des feuillages des arbres surplombant

Parisien, autodidacte, Tristan Baraduc possède un savoir-faire d’artisan menuisier. Il réalise des projets de design, d’architecture d’intérieur et d’urbanisme qui sont souvent le jeu de perspectives, d’angles et de couleurs.

Les 3 nuages, Gilles Brusset

Place d'Alexandrie (2e)
Embellir Paris : Les 3 nuages de Gilles Brusset
Embellir Paris : Les 3 nuages de Gilles Brusset
© Joséphine Brueder Ville de Paris
Projet lauréat : Les 3 nuages
Artiste : Gilles Brusset
Durée : 2019-2024 (5 ans)

En trois points de la place, Gilles Brusset remplace les joints existants entre les dalles de granit par des joints en inox poli miroir. Comme une ondée miroitante, trois nuages de lumière traversent la place d’Alexandrie. Le sol opaque semble mouvant, les dalles de granit deviennent flottantes comme des pas japonais posés sur l’eau, le piéton lève les yeux au ciel, contrechamps implicite de l’oeuvre. Les dalles de granit existantes retrouvent une monumentalité par le découpage net de leurs bords. Les échantillons de ciels se disséminent sur l’étendue de la place d’Alexandrie comme une pluie de lumière.
L’oeuvre s’immisce comme un sertissage dans le sol existant, souligne le rythme des dalles et compose une vaste marelle dont les couleurs et lumières sont toujours changeantes.

Gilles Brusset est diplômé des écoles d’architecture de Paris Belleville et du paysage de Versailles. Il réalise des projets artistiques sous son nom et conduit des maîtrises d’oeuvre de jardins et d’espaces publics avec son agence Paysarchitectures. Artiste, il réalise des « sculptures-paysages », des oeuvres contextuelles qui peuvent inclure des étendues de sol vivant et végétaux.

Up/Side/Down/Town, Daniel van der Noon

Préau du 95 rue du Temple (3e)
Embellir Paris : Up Side Down Town de Daniel van der Noon
Embellir Paris : Up Side Down Town de Daniel van der Noon
© Guillaume Bontemps Ville de Paris
Projet lauréat : Up/Side/Down/Town
Artiste : Daniel van der Noon
Porteur : The Street Society
Durée : 2019-2022 (3 ans)

Réalisée par l’artiste Daniel Van Der Noon et l’agence The Street Society, la fresque UP/SIDE/DOWN/TOWN représente plus de 50 lieux qui ont participé à la construction des mémoires urbaines LGBTQ+, aussi bien personnelles que collectives. Ces lieux, plateformes d’expériences festives, inclusives, bienveillantes ou militantes, existent encore aujourd’hui ou ont disparu. La sélection de ces espaces urbains s’est effectuée à l’issue d’une série d’entretiens avec une centaine de membres des communautés LGBTQ+ à travers le monde, dont des artistes et militants.
L’œuvre est interactive à travers le compte instagram @upsidedowntownparis. Le préau du 95 rue du Temple est situé aux portes du Marais, quartier gay historique de Paris. Transformé par l’œuvre, il représente aujourd’hui un espace de visibilisation et de transmission des mémoires urbaines LGBTQ+.

The Street Society est une agence collaborative d’innovation dans les secteurs de l’immobilier et de la transformation urbaine. Daniel van der Noon est un artiste d’origine anglaise basé à Copenhague qui travaille sur les paysages urbains, toujours à la recherche de lignes qui racontent l’histoire des villes.

Le socle, Collectif 6m3

Angle Saint-Martin / Cloître Saint-Merri (4e)
Embellir Paris : Le socle du Collectif 6m3
Embellir Paris : Le socle du Collectif 6m3
© Michel Micheau
Projet lauréat : Le socle
Porteur : Collectif 6m3
Durée : 2019-2022 (3 ans)

6M3 a installé pour trois ans un socle de 6m3 accueillant des oeuvres d’artistes contemporains et des évènements au rythme de trois par an. Parmi les premiers artistes à avoir exposé : RERO et Stéphane Parain, Laurent Perbos, Morag Myerscough. Les deux prochains artistes exposés seront Khaled Dawwa en juin et Victorine Müller en septembre. L’objet est conçu pour donner une grande visibilité aux oeuvres installées, ainsi proches des passants et à hauteur de leurs regards.
Les mises en scène artistique trimestrielles sont séparées par un interstice d’un mois. Durant ce laps de temps, le socle nu et son environnement accueillent la programmation d’autres évènements (performance, danse, concert,…).
6M3 est un collectif de passeurs de l’art contemporain, expérimentés et impliqués dans la vie du quartier Beaubourg.

Drone mobile, Paul Loubet et atelier 7 octobre architectes

Angle Pierre Nicole / Fustel de Coulanges (5e)
Embellir Paris : Drone mobile Paul Loubet et atelier 7 octobre architectes
Embellir Paris : Drone mobile Paul Loubet et atelier 7 octobre architectes
(c) Atelier 7 octobre et Paul Loubet
Projet lauréat : Drone mobile
Artiste : Paul Loubet et atelier 7 octobre architectes
Durée : 2020-2025 (5 ans)

Dans ce projet, les trois sculptures s’apparentent à des mobiles géants à la croisée des oeuvres de Calder et des mobiles d’éveil pour enfants. Les formes de cette installation sont des drones stylisés, issus d’un travail de mise en volume de l’oeuvre picturale de Paul Loubet. Ces drones sont mis en mouvement par la force du vent créant une oeuvre cinétique en perpétuel changement. Grâce au jeu de transparence obtenu avec les tôles perforées, le bâtiment apparaitra tantôt visible, tantôt masqué, selon le mouvement des sculptures au gré du vent. Reprenant les codes des tombeaux ancestraux, l’installation s’envisage comme un mausolée futuriste en l’honneur du Drone, dont les omniprésentes représentations jonchent les murs, à l’image des chambres funéraires mises au jour au sein des pyramides.

Prix révélation art urbain, ADAGP et Palais de Tokyo, Paul Loubet est artiste, sculpteur et peintre. À la croisée entre abstrait et art naïf, son travail implique un double niveau de lecture, l’un relevant de compositions géométriques définissant des espaces et l’autre plus figuratif exprimé dans les espaces ainsi définis. Pour ce projet, il est entouré de l’Atelier 7 Octobre société d’architecture et du bureau d’études Socna.

Tangram sur Raspail, Aldric Beckmann

Mur boulevard Raspail (6e)
Embellir Paris : Tangram sur Raspail Aldric Beckmann
Embellir Paris : Tangram sur Raspail Aldric Beckmann
© Manuel Panaget
Projet lauréat : Tangram sur Raspail
Artiste : Aldric Beckmann
Durée : 2020-2025 (5 ans)

Le projet est une fresque paysagère en panneaux de verre émaillés composée selon une gamme colorée inspirée des différents éléments paysagers présents autour de ce site. Un motif coloré abstrait va s’associer à la surface plane du mur, via une trame géométrique définie, donnant à voir depuis le boulevard Raspail, une réinterprétation paysagère de l’environnement.

Aldric Beckmann est architecte DPLG diplômé de l’École d’Architecture Paris la Seine en 1995. Il crée en 2001 l’agence d’Architecture Beckmann N’Thépé et associés avec Françoise N’Thépée qui devient l’agence Aldric Beckmann Architectes en 2018. Nommé au Prix de l’Équerre d’Argent en 2012, il a notamment réalisé un groupe de logements collectifs dans le quartier Massena à Paris, la bibliothèque centrale de l’Université de Marne-la-Vallée ou encore la nouvelle gare RER d’Aulnay dans le cadre du chantier du Grand Paris Express (livraison 2024). Fruit d’un processus de réflexion cultivée, chaque construction est pensée selon le territoire au
sein duquel elle prendra racine et projetée avec un caractère et des traits qui en feront toute sa personnalité au fil du temps.

Précieuse brillance, Nathalie Junod Ponsard

Place de l'Europe-Simone Veil (8e)
Embellir Paris : Précieuse brillance Nathalie Junod Ponsard
Embellir Paris : Précieuse brillance Nathalie Junod Ponsard
© Guillaume Thomas
Projet: Précieuse brillance
Artiste : Nathalie Junod Ponsard
Durée : 2019-2024 (5 ans)

En hommage à Simone Veil, le projet est une oeuvre lumineuse (sans consommation énergétique) issue d’une réflexion à la fois historique et poétique en lien avec la place de l’Europe-Simone Veil et son environnement, la gare Saint-Lazare.
À la manière des peintres impressionnistes et leur touches de couleurs, il s’agit de peindre avec des billes de verre et de la lumière pour composer un collier de 31,40 mètres de circonférence (évocation du nombre Pi : 3,14) constitué de disques incrustés de perles de verre lumineuses rétro-réfléchissants. Alignés sur une ligne horizontale, leur intensité augmente et diminue par vagues tout autour du rond-point comme des «zéniths » qui apparaissent et disparaissent selon un mouvement ondulatoire lié aux déplacements des passants ou des conducteurs. 80 770 billes de verre viennent ainsi constituer l’oeuvre.

Née en 1961, Nathalie Junod Ponsard est diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle a déjà réalisé plusieurs oeuvres d’art dans l’espace public, la plupart du temps avec une dimension lumineuse notamment la fontaine de la place Colette (1er arrondissement) réalisée à l’occasion du cinquantenaire du Ministère de la culture.

Scratching the surface, VHILS

Angle Ambroise Paré / Guy Patin (10e)
Embellir Paris  : Scratching the surface VHILS
Embellir Paris : Scratching the surface VHILS
Jean baptiste Gurliat / Ville de Paris
Projet lauréat : Scratching the surface
Artiste : VHILS
Porteur : VHILS Studio
Durée : 2019-2024 (5 ans)

Cette œuvre s’inscrit dans une série de peintures murales à grande échelle Scratching the surface principalement basées sur des portraits humains, gravées dans la surface des murs, les couches exposées fournissant le contraste et la profondeur nécessaires pour donner vie aux visages. La méthode employée consiste à projeter une image sur un mur, à la tracer à la peinture et à tailler certaines de ses couches superficielles avec des perceuses à percussion, des marteaux et des burins pour faire apparaitre en relief les visages.
Artiste portugais né en 1987, Vhils a construit un langage unique dans le monde de l’art urbain. Il utilise en particulier la surface des murs qu’il traite, en la grattant, la remodelant produisant ainsi une oeuvre en relief totalement intégrée dans son environnement. Il a fait l’objet de très nombreuses expositions et ses oeuvres sont présentes dans le monde entier : Centre Pompidou, Barbican Center, San Diego Museum of Contemporary Art, 30 Under 30’s Success list (2015), solo show au Centquatre (2018), fondation Carmignac, Nuit Blanche 2014 avec une oeuvre à l’hôpital Necker dans le 15ème arrondissement.

La ligne blanche, Escif et Brillo_y_Sabor studio

Mur de l'école Keller (11e)
Embellir Paris : La ligne blanche Escif et Brillo y Sabor studio
Embellir Paris : La ligne blanche Escif et Brillo y Sabor studio
© Guillaume Bontemps / Ville de Paris
Projet lauréat : La ligne blanche
Artiste : Escif
Porteur : Escif et Brillo_y_Sabor studio
Durée : 2019-2024 (5 ans)

L’oeuvre représente une séquence linéaire fragmentée comme une école est toujours une séquence d’expériences et d’apprentissages dans laquelle les enfants découvrent le lieu qu’ils veulent occuper par rapport à l’autre, par rapport au monde, par rapport à eux-mêmes.
Ici l’oeuvre est un combat, une danse, un dialogue. Le canon de la beauté classique représenté par des sculptures gréco-romaines, interrompu par la confrontation de deux corps en mouvement. L’exploration de soi-même à partir de l’exploration de l’autre. L’interaction de nos corps avec les autres nous porte vers une idée poétique de la beauté. Embellir la ville de Paris se présente alors comme une idée de respect, admiration et générosité vers les autres.
Né en 1980, Escif est un artiste espagnol qui vit et travaille à Valence (Espagne). Il est issu de la pratique du graffiti mêlée à une formation en école d’art. Les murs peints par Escif questionnent les luttes actuelles, les mouvements de résistance, les méfaits du capitalisme, les problématiques environnementales. Travaillant dans l’espace public depuis près de 20 ans, il a réalisé des murs dans le monde entier.

Active Bercy, Basco Vazko - Otra Ciudad - 1week 1project - Sophie Picoty

Espace public rue Henri Desgrange (12e)
Embellir Paris : Active Bercy Basco Vazko   Otra Ciudad   1week 1project   Sophie Picoty
Embellir Paris : Active Bercy Basco Vazko Otra Ciudad 1week 1project Sophie Picoty
© Jean Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Projet lauréat : Active Bercy
Artistes : Basco Vazko, Otra Ciudad, 1week 1project, Sophie Picoty
Durée : 2019-2024 (5 ans)

Le projet Active Bercy propose un terrain d’expériences, rassembleur et ludique, accessible par tous pour favoriser le lien social grâce à une installation artistique graphique au sol, proposant des activités diverses. Elle organise l’espace urbain selon différentes activités; il s’agit d’un parcours libre, un terrain de jeu à la fois sportif, sociétal, urbain et culturel qui fait naître un lieu de partage pour tous : famille, jeune ou âgé, français ou étranger, sportif ou non, habitant, passant ou travailleur dans le quartier etc.
L’installation, réalisée en collaboration avec les habitants et commerces de proximité, hiérarchise les flux piétons, dégage des terrasses et aménage les accès aux immeubles. Le projet vit de jour comme de nuit et devient l’élément clé de Paris Bercy. Des animations sont programmées, assurant le rayonnement du lieu.
Le projet est porté par Sophie Picoty, directrice artistique.1 Week 1 Project est une agence d’architecture, basée entre Paris et Santiago du Chili, qui articule lien social et innovation.L’artiste autodidacte Basco Vazko vit et travaille à Santiago du Chili.Otra Ciudad est une plateforme de travail, dirigée par l’architecte Sebastián Cuevas Vergara. Ensemble ils ont réalisé l'oeuvre 'Active Bercy'.

Génie du lieu, Nacarat Color Design

Porche sur la rue Bernard de Ventadour (14e)
Embellir Paris : Génie du lieu Nacarat Color Design
Embellir Paris : Génie du lieu Nacarat Color Design
Joséphine Brueder / Ville de Paris
Projet lauréat : Génie du lieu : ode à l'amour et à la création
Artistes : Nacarat Color Design
Durée : 2020-2025 (5 ans)

Le projet propose un mural polychrome en mosaïque de verre composé de 9 motifs géométriques polychromes de dimensions variées rendant hommage à deux grands artistes de périodes et de pensées différentes : une ode à la création de Mendini et à l’amour de Ventadour. Chaque motif est représenté par une harmonie colorée issue d’une palette de 27 mosaïques de verre coloré de la marque Ezarri, proposant des finitions mates, brillantes, texturées.

Créée en 2005, Nacarat Color Design est composée de six coloristes: Vanessa Lehner, Hélène Landrin, Xavière Ollier, Lina Perdomo, Domitille Chavigny, et Soizic Boucault. La pratique artistique des coloristes de Nacarat est fondée sur l’esprit du lieu, le génie du lieu. Dans chaque espace urbain où elles sont amenées à intervenir, elles effectuent un travail de collecte de matériaux, de relevés des couleurs environnantes, et de recherches historiques permettant de mettre à jour des propositions d’oeuvres, de coloration de façades ou de projets en phase avec le site, en harmonie avec le lieu et son histoire.

Le toit, B3AT et Oftrak architectes

Passage Porte de Sèvres (15e)
Embellir Paris : Le toit B3AT et Oftrak architectes
Embellir Paris : Le toit B3AT et Oftrak architectes
DR
Projet lauréat : Le toit
Artistes : B3AT et Oftrak architectes
Durée : 2020-2022 (2 ans)

B3AT met en peinture les piliers du pont en utilisant une couleur vive distincte de celle du tablier et des culées, d’un ton chaleureux et lumineux afin de dissocier visuellement les éléments architectoniques et d’en hiérarchiser les perceptions dans « le grand paysage ». L’autre facette de l’oeuvre est la création d’une immense anamorphose monochrome perceptible depuis l’espace piéton, invitant les usagers à pénétrer l’intériorité révélée sous le pont et jouant avec ses piliers colorés.

Créé en 2016, B3AT est un collectif qui expérimente l’association de procédés pluriels (peinture, anamorphose, architecture, musique, lumière, mapping et vidéo…) autour d’interventions in-situ. Il est issu de l’association Or2vue créée en 2006. Parallèlement à leurs collaborations aux réalisations d’oeuvres collectives, les membres du collectif investissent des champs disciplinaires variés. Kiran Lorette (Ranki) et François Bartolucci, architectes et artistes peintres, ont ainsi créé leur agence d’architecture, Oftrak, en 2015.

Plongeon, Noemi Sjöberg

Passage sous le pont du Garigliano (16e)

Embellir Paris : Plongeon Noemi Sjöberg
Embellir Paris : Plongeon Noemi Sjöberg
© Henri Garat / Ville de Paris
Projet lauréat : Plongeon
Artiste : Noemi Sjöberg
Durée : 2019-2024 (5 ans)

En s’intéressant au site et à son histoire, l’artiste a retrouvé de nombreuses photographies et films de nageurs de la course « La traversée de Paris à la nage », le pont du Garigliano étant le lieu d’arrivée de cette course.Par ailleurs le passage est situé sur le quai Louis Blériot, qui fut aviateur et le premier à traverser la manche. De ces différents facteurs, l’idée est venue à Noemi Sjöberg de travailler une image qui ait un rapport avec la distance, l’envol et le témoignage d’un passé vécu. Le projet « Plongeon » est ainsi une oeuvre réalisée à partir d’une photographie d’archive en noir et blanc d’un plongeur dans la Seine en 1922. Cette image a été modifiée et pixélisée de sorte à créer un effet d’optique.
Née en 1978 à Madrid, suédoise ayant vécu jeune à Paris, Noemi Sjöberg vit et travaille à Barcelone. Ses vidéos et installations ont été exposées individuellementet collectivement dans des centres d’art en Espagne tels que l’Institut Cervantes de Berlin, le centre d’Art Contemporain Atelier Estienne (Pont Scorff) Moscou Musée d’Art Moderne, Färgfabriken Norr, Östersund (Suède), Musée Pola Annex (Tokyo), MACRO Testaccio (Rome). Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals et foires.

Colory Street, Le CyKlop

Passage Saint-Ange (17e)

Embellir Paris : Colory Street Le CyKlop
Embellir Paris : Colory Street Le CyKlop
(c) Olivier d'Hondt
Projet lauréat : Colory Street
Artiste : Le Cyklop
Projet à venir courant été 2021

Le projet propose d’investir ce passage discret en le transformant en un paysage ludique et imaginaire en mettant en peinture le sol du passage ainsi que le mobilier urbain présent. Sur la base des éléments existants (sols, bordures, potelets anti-stationnements,…), l’objectif est de redessiner ces surfaces en les couvrant de couleurs, comme une palette urbaine, tout en respectant les normes d’accessibilités à tous les publics.
Sous le pseudonyme Le CyKlop, Olivier D’Hondt pratique un art ludique, populaire et souvent interactif. Il est connu pour ses installations sur le mobilier urbain qui colorent la ville et dont la poésie décalée apporte une touche de fantaisie à la rue. À travers son univers graphique polychrome et fantastique, il cherche à s’affranchir des supports conventionnels que sont les murs ou la toile, pour investir les objets. Un art ludique et populaire qui emprunte son langage artistique, aux jouets, à la BD ou au bestiaire animalier. En créant dans la rue, directement au contact du public, il génère de nouvelles formes de liens sociaux et réinterprète ainsi les usages du mobilier urbain.

Les Fables du Calao, Cercle Kapsiki

Quartier Goutte d'Or-Château Rouge (18e)

Embellir Paris : Les Fables du Calao Cercle Kapsiki
Embellir Paris : Les Fables du Calao Cercle Kapsiki
Marc Domage
Projet lauréat : Les Fables du Calao
Artistes : Le Cercle Kapsiki
Co-production : Collectif MU et Institut des Cultures d'Islam
Les Fables du Calao célèbrent la diversité des cultures de Barbès-Château Rouge. Perchés ici et là, 14 calaos (oiseaux emblématiques de la culture sénoufo) indiquent les points d'écoute d'un parcours visuel et sonore mêlant les ambiances, les musiques et les histoires puisées par les artistes du Cercle Kapsiki au coeur de ce quartier cosmopolite et de leur Ville de Douala au Cameroun. Une déambulation à découvrir via l'application pour smartphone
Créé en 1998 au Cameroun, le Cercle Kapsiki est un collectif d'artistes plasticiens formés de Blaise Bang, Salifou Lindou, Jules Wokam, Hervé Yamguen et Hervé Youmbi. Les actions-installations du collectif interrogent la place et le rôle de l’art dans un espace urbain sursaturé de signes. Elles découpent et détournent les singularités quotidiennes de la cité, dans un souci d’interaction avec le public. Les oeuvres du collectif ont notamment été exposées au Cameroun, en Allemagne, en France et aux États-Unis.

Pour ce projet, le collectif est représenté par Hervé Yamguen et Hervé Youmbi. Avec la participation de François Essindi, auteur-compositeur. Un parcours imaginé par le Cercle Kapsiki et co-produit par le
Collectif MU et l'Institut des Cultures d'Islam à l'occasion de l'exposition Zone Franche (Saison Africa2020).
En partenariat avec la Cité internationale des arts, la Villa Belleville et l'Institut français (Saison Africa2020).

Les Intruses

Promenade urbaine (18e)
Embellir Paris : Les Intruses
Embellir Paris : Les Intruses
© Jean Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Projet lauréat : Les Intruses
Porteurs : Randa Maroufi et l'Institut des Cultures d'Islam
Durée : 2019-2020 (1 an)

Dans la lignée d’un projet réalisé par l’artiste en 2016 à Bruxelles, Les intruses consiste à investir et animer le secteur du boulevard de la Chapelle en affichant un ensemble de photographies qui mettent en scène les habitants et les usagers de ce quartier. L’artiste a réalisé un film pendant les 7 et 8 juin 2019 sur la petite place de la Charbonnière, tournage au cours duquel des femmes sont venues remplacer la plupart des hommes qui s’y rassemblent habituellement avec leur complicité.
Ce tournage a été précédé d’un travail de rencontre entre l’artiste et les habitants. Randa Maroufi a extrait de ce film des images, qui ont ensuite été imprimées et installées à différents endroits du quartier. Le public peut recomposer ce puzzle photographique en déambulant sur la promenade urbaine.

Née en 1987, Randa Maroufi est diplômée de l’Institut national des Beaux arts de Tétouan, de l’école nationale des beaux arts d’Anger et du Fresnoy. Elle s’intéresse à la mise en scène des corps dans l’espace public ou dans l’intime. Une démarche souvent politique, qui questionne le statut des images et les limites de la représentation. Elle utilise la photographie, la vidéo, la performance et le son.

Stay nude, Escif et Brillo_y_Sabor studio

Murs rue du Pré (18e)
Embellir Paris : Stay nude Escif et Brillo y Sabor studio
Embellir Paris : Stay nude Escif et Brillo y Sabor studio
© Guillaume Bontemps / Ville de Paris
Projet lauréat : Stay nude
Artiste : Escif
Porteur : Escif et Brillo_y_Sabor studio
Durée : 2020-2025 (5 ans)

Escif a réalisé une grande peinture murale sur les deux façades de l’immeuble pour aborder de manière transversale et poétique des concepts ouverts tels que la liberté, le travail de la terre et notre relation avec la pierre. Les pierres représentées sont du tantale, un minéral obtenu en raffinant le coltan, dont la République Démocratique du Congo dispose de 80 % des réserves connues. Très prisé par les industries de pointe occidentales, le tantale est principalement utilisé dans les condensateurs d’ordinateur et de téléphone portable. On le retrouve aussi dans les missiles, les fusées et les avions grâce à ses propriétés physiques remarquables (résistance à la chaleur et à la corrosion). À travers cette évocation il souhaite poser la question du volume exact de la liberté quand le travail s’apparente à l’esclavage.

Né en 1980, Escif est un artiste espagnol qui vit et travaille à Valence (Espagne). Il est issu de la pratique du graffiti mêlée à une formation en école d’art. Les murs peints par Escif questionnent les luttes actuelles, les mouvements de résistance, les méfaits du capitalisme, les
problématiques environnementales. Travaillant dans l’espace public depuis près de 20 ans, il a réalisé des murs dans le monde entier.

Les quais changeants, Florian Viel et le CNEAI

Espace public rue Dampierre et quai de la Gironde (19e)
Embellir Paris : Les quais changeants Florian Viel et le CNEAI
Embellir Paris : Les quais changeants Florian Viel et le CNEAI
© Joséphine Brueder / Ville de Paris
Projet lauréat : Les quais changeants
Porteurs : Florian Viel et le CNEAI (Centre national Edition Art Image)
Durée : 2019-2021 (2 ans)

L’installation artistique propose de jouer subtilement avec les différentes caractéristiques du site (le déplacement, l’eau, le changement, les reflets) par la figure du caméléon, animal qui sait s’intégrer pleinement dans son environnement changeant. Le projet est constitué d’une sculpture de caméléon en polystyrène de 3 m de haut accrochée sur le réverbère et d’une fresque colorée au sol.

Né en 1990, Florian Viel est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2014. Depuis, il a participé à plusieurs expositions collectives comme la Biennale de la jeune création à La Graineterie, centre d'art de la Ville de Houilles et le 61ème salon de Montrouge en 2016. Il a été l'invité de plusieurs résidences d'artistes et lauréat des prix du dessin Diamond en 2011, Rose Taupin - Dora Bianka et MAIF pour la Sculpture au Palais de Tokyo à Paris en 2015.

Les images de la musique, Alain Fleischer

Place Carmen (20e)
Embellir Paris : Les images de la musique, Alain Fleischer
Embellir Paris : Les images de la musique, Alain Fleischer
© Joséphine Brueder / Ville de Paris
Projet lauréat : Les images de la musique
Artiste : Alain Fleischer
Durée : 2020-2022 (2 ans)

L’artiste a enregistré des étudiants du conservatoire, jouant sur quatre instruments différents, ou chantant quelques notes de l’opéra Carmen. Ces enregistrements sont reportés sur un support visuel présenté verticalement comme lors du défilement d’une bande sonore dans un projecteur de cinéma. Les empreintes sonores, sortes de « mâts-totems », de deux mètres de hauteur, sont disposées sur la place Carmen devant l’entrée du Conservatoire.

Alain Fleischer est né en 1944 à Paris. Après des études de lettres, linguistique, sémiologie et anthropologie à la Sorbonne et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, il a enseigné dans plusieurs universités et écoles (Paris III, Québec, IDHEC/FEMIS,…). Lauréat du Prix de Rome, il a séjourné à la Villa Médicis de 1985 à 1987. Sur mission du Ministère de la Culture, il a conçu et dirige actuellement Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Alain Fleischer est cinéaste – il a réalisé quelque trois cents cinquante films dans des genres aussi variés que le long métrage de fiction, le cinéma expérimental ou le documentaire d’art . Il est aussi photographe et plasticien et auteur d’un cinquantaine d’ouvrages.

Composition du jury

Chaque jury était composé de 6 à 9 personnalités qualifiées du monde de l’art, de la culture, de l’architecture ou du design, des membres de droit de la Ville, de deux titulaires de la carte citoyenne tirés au sort et de quatre personnalités de l’arrondissement. Sur les sites concernés étaient représentés le ou les propriétaires fonciers, ainsi que les occupants du bâtiment concerné ou adjacent au site.
Les six critères d'évaluation du jury étaient les suivants, comme énoncés dans le règlement de l'appel à projet :
  • adéquation de la proposition aux objectifs de l'appel à projets.
  • adéquation de la proposition au site choisi et à ses usages.
  • avis des Parisien.ne.s sur le site embellir.paris.
  • originalité et qualité artistique et/ou d'usage de la proposition.
  • références artistiques, expérience du ou des porteurs en matière d'intervention dans l'espace public.
  • capacité à réaliser le projet dans la forme esthétique annoncée.

Professionnels du monde de l’art, de la culture, de l’architecture et du design

Bénédicte Alliot Directrice de la Cité internationale des arts
Patrick Bongers Directeur de la galerie Louis Carré, membre du Comité des galeries d’art
Odile Burluraux Conservatrice du Patrimoine au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, membre de la CAEP
Aude Cartier Directrice de la Maison des Arts, Centre d'Art Contemporain de Malakoff, présidente de TRAM
Stéphane Corréard Critique d'art, fondateur de Galeristes
Isabelle Daëron Designer
Sophie Duplaix Conservatrice en chef des Collections contemporaines, Musée national d'art moderne, Centre Pompidou
Alexia Fabre Conservatrice en chef du Mac val
Jean-Louis Frechin Fondateur de l'entreprise Nodesign, parrain de Faire Design
Valérie Guillaume Directrice du Musée Carnavalet, membre de la CAEP
Sandra Hegedüs Fondatrice de la fondation Samart
Alexandre Labasse Architecte et directeur général du Pavillon de l'Arsenal
Pascale Lapalud Présidente de Genre et Ville, urbaniste, designer
Anita Molinéro Artiste, sculptrice, plasticienne
Julien Pansu Architecte et directeur de la communication du Pavillon de l'Arsenal
François Quintin Directeur délégué de Lafayette Anticipations - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette
Annie-Claude Ruescas Proviseure de l’école Estienne, présidente du réseau des écoles en arts appliqués parisiennes
Alphonse Sartout Designer, cofondateur de Ciguë
Françoise Seince Directrice des Ateliers de Paris
Emmanuel Tibloux Directeur de l'ENSAD
Nathalie Viot Directrice de la Fondation d'Entreprise Martell
Marie Villette Directrice générale de l'EPPGHV, La Villette
Hugo Vitrani Commissaire au Palais de Tokyo, membre de la Commission du Centre National des Arts Plastiques
Elisa Yavchitz Directrice générale Les Canaux

Membres de droit de la Ville

Christophe Girard Adjoint à la Maire chargé de la culture, co-président du jury
Jean-Louis Missika Adjoint à la Maire chargé de l’urbanisme, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, co-président du jury
Claire Germain Directrice des Affaires Culturelles
Laurence Girard Secrétaire Générale adjointe
David Godevais Conseiller de la Maire pour la culture
Michèle Zaoui Conseillère de la Maire pour l’architecture, l’espace public et le patrimoine

Le ou les adjoints à la Maire de Paris dont la délégation est concernée par le projet.

Personnalités de l’arrondissement

- Le Maire d’arrondissement ou son représentant
- Un élu du conseil municipal d’arrondissement choisi par le Maire d’arrondissement
- Deux représentants des instances de démocratie locale et/ou de la vie associative et culturelle

Représentant des Parisien.ne.s

- deux titulaires de la carte citoyenne tirés au sort par demi-journée de jury

Le cas échéant :

- le/les représentants du/des propriétaires fonciers (bailleurs (RIVP, Paris Habitat, Efidis), Université Sorbonne nouvelle, APHP)
- un représentant des occupants du bâtiment concerné ou adjacent au site (locataires, conservatoire, école).

Réglement de l'appel à projet

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations