Ouvrir la recherche
Focus

Covid-19 : les acteurs des quartiers populaires se mobilisent

Mise à jour le 17/12/2020
Sommaire
Entraide de proximité, maintien du lien social, continuité éducative, aide alimentaire… Les associations travaillant tout au long de l’année au sein des quartiers populaires restent actives au cours de la crise sanitaire. Focus sur quelques initiatives mises en œuvre pour soutenir et accompagner au mieux les habitant·e·s pendant cette période.

Isolement

L'Union Nationale des Retraités et des Personnes Âgées auprès des seniors du 11e arrondissement
Afin de lutter contre l'isolement engendré par les restrictions sanitaires, l'association UNRPA de Paris s'est mobilisée durant le mois de décembre auprès des seniors des quartiers populaires du 11e arrondissement.
Les bénévoles de l'association ont fait du porte-à-porte pour informer et éventuellement accompagner les personnes de plus de 65 ans habitant dans un logement social de l'arrondissement, souvent plus vulnérables aux risques de rupture engendrés par la pandémie (difficultés accrues dans l'accès aux droits, délitement du lien social, etc.).
Chaque jour, deux équipes constituées de deux professionnel.le.s du champ social ont effectué des visites auprès des personnes retraitées, représentant au total dix heures d'intervention par semaine. Ces porte-à-portes commençaient par un échange convivial avec les seniors afin de rompre l'isolement, et d'informer ces dernièr.e.s sur l'évolution de la situation sanitaire et leurs droits. Ils ont aussi été l'occasion de distribuer des kits sanitaires (masques, gel hydro-alcoolique, guide séniors Belleville-Fontaine au Roi…) et de repérer les personnes se trouvant en situation de dépendance et de détresse accrue.
L'action menée par l'UNRPA a permis une meilleure connaissance de la situation des personnes âgées dans le quartier Belleville-Fontaine au Roi, de prendre conscience des difficultés rencontrées par les seniors habitants dans les quartiers populaires, et de les faire remonter auprès des services ou partenaires compétents.
L'UNRPA mène habituellement des actions de solidarité en direction de ses adhérent.e.s (le "comptoir des solidarités"). Avec cette action de porte-à-porte, l'association s'est adressée à tous les seniors habitant dans des logements sociaux du 11e. Cette initiative remarquable sera présentée courant mars par l'UNRPA à l'occasion d'une réunion de la coordination seniors du 11e arrondissement. Ce sera notamment l'occasion de réfléchir à la possibilité de pérenniser l'action, en faisant par exemple appel à des habitant.e.s bénévole.s.
Accompagner les personnages âgées isolées et en précarité
Les Cafés Sociaux Belleville (20e) et Dejean (18e), gérés par l'association Ayyem Zamen, proposent chaque année à plus de 800 personnes âgées, isolées et en situation de précarité, un accompagnement qui se poursuit pendant le confinement grâce au matériel de protection sanitaire mis à disposition. Comme de nombreuses associations, elle doit faire preuve de créativité en adaptant ses actions aux restrictions actuelles tout en continuant d'assurer un soutien et une écoute auprès de cette population sanitairement et socialement très vulnérable.
Le soutien moral et la prévention sanitaire s'avèrent au moins aussi importants que le soutien administratif et de nouveaux défis se font jour par rapport à avril, avec notamment une certaine angoisse du public quant à de possibles ruptures de droits ou encore un risque de relâchement constaté quant aux restrictions de sorties, car le confinement est très mal vécu pour ces personnes isolées. Les services proposés vont notamment de la fourniture d'attestations de déplacements adaptées avec des visuels, à la poursuite d'un accompagnement social pour éviter les ruptures de droits, à la mise en place d'une équipe mobile pour des visites à domicile, la coordination d'une cellule de soutien téléphonique, la vigilance sur la continuité des soins…

Santé et Alimentation

L'épicerie sociale et solidaire Solidaya (13e)
Solidaya est une épicerie sociale et solidaire qui a ouvert en septembre 2020 rue de la Fontaine à Mulard dans le 13e. Elle propose divers produits à moindre coût à des publics précaires éprouvant des difficultés à faire des repas complets et équilibrés. Sont en particulier visées les familles monoparentales et/ ou les femmes isolées.
Solidaya est membre de l'ANDES, 1er réseau d'épiceries solidaires en France, qui propose des formations ainsi qu'une habilitation garantissant la qualité de la prestation. Grâce à la collaboration mise en place entre Solidaya et ses divers partenaires de terrain (Banques Alimentaires, Dons Solidaires, Agence du Don en Nature…), sociaux (Aurore) et institutionnels (Ville de Paris, Région Île-de-Paris), les denrées de qualité fournies par l'épicerie sociale et solidaire peuvent être proposées à un prix situé entre 10% et 30% de la valeur marchande.
Cette offre répond à un besoin exacerbé par la crise sanitaire : cette dernière a fait basculer de nouveaux habitant.e.s du 13e dans la pauvreté, en particulier des travailleur.se.s pauvres vivant de petits emplois précaires et souvent non déclarés, qui jusqu'ici arrivaient - avec difficulté - à boucler les fins de mois sans faire appel au tissu associatif. Actuellement, 50 familles sont suivies par l'épicerie, et d'ici au 31 décembre l'association vise à en accompagner 60 et 70. A terme, un local plus spacieux ainsi qu'une augmentation de l'équipe bénévole (actuellement entre 10 et 15 personnes) est envisagée afin de mieux répondre aux besoins présents sur le quartier.
Du fait de son caractère de première nécessité, l'épicerie a pu maintenir son activité de réception, mise en rayon et mise à disposition des produits auprès du public sans trop de difficultés durant ce second confinement. En revanche, du fait des consignes sanitaires, l'épicerie doit renoncer temporairement à son rôle de lien social, de lieu de rencontre où les familles peuvent se poser, parler de leurs problèmes, échanger avec d'autres, etc. Solidaya espère pouvoir approfondir cette dimension lorsque la situation épidémique s'améliorera.
Les points infos santé mis en place par l'EDL du 18e à la Goutte d'Or
Durant ce deuxième confinement, l'équipe de développement local du 18e ainsi que l'équipe territoriale de santé Ouest de la Direction de l'Action Sociale et de la Solidarité de la Ville de Paris ont coordonné une action d'information, d'orientation, et de sensibilisation aux questions de santé dans le quartier de la Goutte d'Or. Cette action s'est matérialisée par la mise en place de "points infos santé" les 8 et 9 décembre, durant deux distributions alimentaires organisées par les associations Solidarité Saint-Bernard et la Table Ouverte.
Cette initiative part du constat que le contexte épidémique peut créer d'importantes ruptures dans le parcours de soin des habitant.e.s des quartiers populaires, notamment en raison d'un renoncement d'accès aux services de santé causé par la peur d'attraper le coronavirus. Pour l'équipe de développement local et ses partenaires, il était donc impératif d'accompagner et d'informer ces personnes, à la fois sur l'épidémie actuelle (modalités de dépistage, application des gestes barrières), mais aussi sur des questions relatives au service médical de droit commun (centres de santé de la Ville, PMI, planning familial, dépistage VIH, etc.).
Afin de favoriser l'apport d'informations complètes et d'orienter les publics vers les interlocteur.rice.s adéquat.e.s, cette mise en place de points infos santé s'est appuyée sur une coopération entre divers partenaires (plusieurs directions de la Ville de paris, ASDF-Agir pour la Santé des Femmes, Ligue contre le Cancer, Croix-Rouge, Uraca Basiliade, regroupement Asalée d'infirmières du quartier de la Goutte d'Or). En intervenant sur les temps de distributions alimentaires, l'équipe d'intervention a ainsi pu aller au contact des publics les plus précaires dans un cadre favorable à l'échange. Au total, ce sont par exemple une quinzaine de professionnel.le.s qui se sont mobilisé.e.s le mardi 8 décembre lors de la distribution organisée par Solidarité Saint-Bernard, avec la mise en place de deux barnums abritant divers stands d'information. Un camion a également été dépêché par l'ASDF afin d'effectuer des dépistages du Covid-19 directement sur place.
L'équipe d'intervention devrait renouveler ces interventions santé sur les prochaines semaines.

Lien social

Les actions du centre social Aires 10 (10e)
Situé dans le quartier du Buisson Saint-Louis dans le 10e, Aires 10 accueille en temps normal plus de 200 personnes chaque semaine. Lors du premier confinement le centre social avait déjà obtenu l'autorisation de rouvrir après un temps de fermeture, permettant aux équipes d'apprendre à organiser leurs temps d'animation en respectant les contraintes sanitaires. Cela a permis à l'activité du centre de s'adapter rapidement au deuxième confinement. Les accueils en collectifs sont suspendus mais la structure reste ouverte sur rendez-vous pour l'accueil individuel : permanences d'écrivains, cours de français, accompagnement de la scolarité. Un accueil exceptionnel le samedi pendant cette période permet aux publics de souffler et de décompresser de semaines de confinement qui peuvent se révéler difficiles, dans un contexte où les sorties sont limitées au strict impératif professionnel et de première nécessité.
Durant cette période difficile, le centre sociale Aires 10 met un point d'honneur à "réenchanter le quotidien" au travers d'initiatives inédites. L'initiative "Souriez, vous êtes masqués" invite les publics du centre à décorer leurs masques de manière personnalisée et fantaisiste, et une exposition photo collective sera organisée sur ce thème au sortir du confinement. Par ailleurs, le projet "Quoi de neuf quartier", vise à continuer de maintenir le sentiment d'appartenance au même territoire parmi les habitant.e.s, en recueillant des nouvelles de la part de ces dernier.e.s sous forme audio, en s'inspirant des répondeurs téléphoniques.
Le lien social entretenu par le centre peut donner naissance à de belles initiatives : ainsi des habitantes qui fréquentaient le centre se sont constituées en association (Dena'ba) et on pu monter un projet d'aide alimentaire grâce au soutien du Fonds de Participation des Habitant.e.s, faisant la cuisine elles-mêmes et organisant des distributions aux plus démunis à la Nouvelle Rôtisserie dans le quartier Buisson Saint-Louis. Le succès rencontré par cette initiative pose la question des perspectives à plus long terme via d'autres modes de financements plus pérennes.

Rester solidaire durant les fêtes de fin d'année

Le "calendrier inversé" porté par 4 acteurs du quartier Danube-Solidarité (19e)
A l'approche des fêtes de fin d'année, plusieurs acteurs associatifs et commerçants du quartier Danube-Solidarité du 19e arrondissement participent à l'opération "calendrier de l'avent inversé.
Créée dans le Finistère par l'énergéticienne Mangaïa Bar, cette démarche consiste à profiter de la période de l'avent pour constituer des colis solidaires à destination de personnes sans domicile ou en grande précarité : durant le mois de décembre, les participant.e.s sont invité.e.s à ajouter 24 cadeaux à une boîte en carton, tels que des produits d'hygiène, des vêtements, des biscuits ou encore des objets de loisir. Ces boîtes sont ensuite décorées et déposées dans un point de collecte partenaire de l'opération, afin d'être distribuées aux publics cibles.
A Paris, cette initiative s'est concrétisées sous l'impulsion de l'association Débrouille Compagnie, en coopération avec trois autres structures situées rue de la Solidarité dans le 19e : l'association l'Eternel Solidaire, le Danube Palace Café, ainsi qu'un supermarché local. Ces quatre acteurs se sont coordonnés afin de permettre aux habitant.e.s du quartier et de toute la région de venir déposer leurs colis solidaires sur des horaires étalés du lundi au samedi, et ce jusqu'au 17 décembre. Les boîtes seront ensuite récupérées par des associations partenaires et données aux personnes dans le besoin selon les contraintes sanitaires en vigueur. A travers un partenariat avec l'association La Cloche, qui est en lien avec des personnes sans domicile, l'Eternel Solidaire souhaite par exemple organiser un événement de distribution courant décembre en parallèle d'autres activités.

Culture

La quinzaine du livre à Danube
Du 16 au 29 novembre, ce sont plus de 400 enfants qui participeront à la 10e édition de la Quinzaine du Livre à Danube, construite avec le concours de l’Équipe de Développement Local du 19e, avec des ateliers dans les écoles et bibliothèques du quartier : création du visuel de l'événement, de livres "pop up", ateliers d'apprentis conteurs et d'illustrations, valorisation de poèmes écrits par des élèves de 4ème… La plupart de ces ateliers permettent de garder une trace physique de l'événement : un livre, un dessin, une création collective, qui sont mises en valeur dans les établissements scolaires. Ces actions agissent aussi sur l'imaginaire que se font les jeunes de la lecture du livre, de l'école ou encore de leur quartier.
Pour la seconde année, 200 bons lecture de 10€, utilisables dans les librairies partenaires du 19e (favorisant ainsi la découverte de librairies de proximité) seront distribués à des enfants et adolescents du quartier.
A suivre également la 12e édition du festival Lire en Délire, du 21 au 27 novembre, à Belleville-Fontaine au Roi ; organisé avec l'appui de l’Équipe de Développement Local du 11e arrondissement.
Garder le plaisir de créer malgré le confinement : les cours d'arts plastiques à distance de l'atelier de Épinettes
L'atelier des Épinettes propose des cours d'arts plastiques, notamment à des enfants du programme de réussite éducative ainsi qu'à une dizaine de personnes des quartiers populaires du 17e dans le cadre d'un programme visant à faciliter les échanges culturels. Les participant.e.s intègrent les groupes des autres adhérent.e.s dans un souci de mixité des publics.
Pour ce second confinement, l'association a veillé à garder un contact étroit avec son public et a su tirer parti des enseignements du printemps pour assurer une continuité des cours en distanciel qui puisse rester fluide et incarnée. A travers une permanence dans ses locaux 4 fois par semaine, l'association peut fournir aux adhérent.e.s le matériel d'arts plastiques nécessaire à une pratique à domicile. Les participants à l'atelier modelage peuvent aussi y déposer leurs sculptures pour les cuire avant de les récupérer. Les cours peuvent ensuite se dérouler en visioconférence avec le complément pour certains ateliers d'une conversation écrite via une messagerie spontanée, utile notammetn pour les publics malentendants.
La continuité de l'enseignement scolaire permet aux ateliers de fonctionner de manière plus fluide durant ce deuxième confinement, dans la mesure où les enfants gardent cette fois-ci un rythme "normal" et peuvent se connecter aux ateliers sans rencontrer trop de chevauchements de planning entre impératifs scolaires et ateliers d'arts plastiques.

Urgence sociale

Les repas chauds et gratuits de La table ouverte dans le 18e
La Table ouverte, implantée au cœur de la Goutte d’Or, distribue des repas gratuits.Déjà active lors du premier confinement, l'association confectionne en ce moment 400 repas chauds par jour, mis à disposition des habitant.e.s dans son restaurant du 19, rue Léon. Elle vient ainsi en aide aux plus démuni·e·s. Des résident·e·s des hôtels sociaux du quartier en bénéficient notamment. Enfin, en complément de ces distributions dans l'espace public, 40 places assises sont désormais proposées à l'Institut des Cultures d'Islam.
La table ouverte est répertoriée dans le Guide solidarité à Paris de la Ville. Elle compte maintenir sa production de repas tout au long de la période de confinement.
Lien social
L'accompagnement psychologique d'EIDIP dans le 18e, le 19e et le 20e
Écoute Interculturelle Dans Un Dispositif Inter Psy (EIDIP), association de soutien et d’accompagnement psychologique et à la parentalité basée dans le quartier de La Chapelle (18e), maintient son suivi d’enfants et d’adolescent·e·s.
Dans le 18e arrondissement, son équipe de psychologues-cliniciens suit habituellement environ 60 personnes, jeunes enfants à jeunes adultes, lors de consultations hebdomadaires. Si celles-ci s'opéraient par téléphone au printemps 2020, leur prise en charge thérapeutique se poursuit en présentiel pendant le second confinement, avec l'accord des familles et dans le respect des consignes sanitaires. Certains parents sont particulièrement demandeurs d'un tel accompagnement, qui s'élargit parfois à la famille. Les psychologues proposent en effet des ressources et des outils aux parents pour organiser et vivre au mieux cette période contraignante.
Dans les 18e, 19e et 20e arrondissements, EIDIP porte des permanences point écoute au sein de plusieurs collèges des réseaux d’éducation prioritaire, tout au long de l’année scolaire. Elles permettent d’évaluer l’état psychologique des élèves qui les sollicitent. L’association maintient un suivi auprès des élèves les plus fragiles depuis le premier confinement. Elle est en lien avec les équipes des établissements scolaires, infirmières et CPE, qui leur signalent des situations difficiles.
L'association connaît aujourd'hui une forte augmentation des demandes de suivis provenant de divers quartiers, et ce en dehors même des 18e, 19e et 20e arrondissements.

Les Équipes de Développement Local

Les quartiers populaires sont les plus touchés par la crise actuelle, que ce soit du point de vue sanitaire mais aussi social et économique. C'est pourquoi la Ville de Paris est pleinement aux côtés des habitantes et des habitants et des associations qui s'organisent depuis le premier jour de ce deuxième confinement.
Pour ce faire, les Équipes de Développement Local maintiennent une présence sur le territoire, pour vous accompagner et vous soutenir afin que vous puissiez poursuivre vos actions dans les meilleures conditions possibles. Elles continuent d'assurer leur mission de développement local en l'adaptant aux problématiques nouvelles posées par le confinement - un plan d'action a été défini comprenant 4 axes prioritaires :
  • la prévention et l'accompagnement à la santé ;
  • la continuité éducative, notamment si la situation sanitaire venait à se dégrader ;
  • une coordination permettant de lutter contre la précarité alimentaire ;
  • une attention particulière portée à l'isolement, en particulier celle des seniors.
La mise en œuvre de ces actions implique une coopération renforcée entre tous les services de la Ville et les acteurs des territoires : pour assurer que les politiques publiques soient territorialisées en premier lieu en faveur des quartiers prioritaires, pour mettre à disposition du terrain les outils et informations nécessaires, mais aussi pour recueillir les idées, initiatives, bonnes pratiques ou dysfonctionnements et alertes afin d'adopter ensemble les solutions les plus pragmatiques, concrètes et utiles possibles.
Vos Équipes de Développement Local gardent donc notamment un lien permanent avec les acteurs sociaux et sanitaires, les écoles et l'ensemble des services techniques municipaux. Vous pouvez les contacter par courriel :
  • 10e : [mathie.espargiliere puis paris.fr après le signe @]znguvr.rfcnetvyvrer@cnevf.se[mathie.espargiliere puis paris.fr après le signe @]

  • 11e : [hermann.corve puis paris.fr après le signe @]ureznaa.pbeir@cnevf.se[hermann.corve puis paris.fr après le signe @]

  • 13e : [michael.richard puis paris.fr après le signe @]zvpunry.evpuneq@cnevf.se[michael.richard puis paris.fr après le signe @]

  • 14e : [haydee.canillac puis paris.fr après le signe @]unlqrr.pnavyynp@cnevf.se[haydee.canillac puis paris.fr après le signe @]

  • 17e : [salima.harbi puis paris.fr après le signe @]fnyvzn.uneov@cnevf.se[salima.harbi puis paris.fr après le signe @]

  • [leila.leboucherbouache puis paris.fr après le signe @]19e : [virginie.belin puis paris.fr après le signe @]ivetvavr.oryva@cnevf.se[virginie.belin puis paris.fr après le signe @]
  • 20e Belleville Amandiers : [edouard.razzano puis paris.fr après le signe @]rqbhneq.enmmnab@cnevf.se[edouard.razzano puis paris.fr après le signe @]

  • 20e Portes : [brice.philippon puis paris.fr après le signe @]oevpr.cuvyvccba@cnevf.se[brice.philippon puis paris.fr après le signe @]

Plus d’infos

Depuis de nombreuses semaines, élu·e·s et services municipaux travaillent en étroite collaboration avec les autorités publiques nationales pour prévenir et freiner l’épidémie de coronavirus.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations