Ville de Paris

Lieu

Square Suzanne Buisson

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Horaires
Du 01/05/2022 au 31/08/2022
Sélectionner une autre période
Lundi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mardi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mercredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Jeudi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Vendredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Samedi
  • 09 h 00 – 20 h 30
Sur place
Équipement
  • Aire de jeux
  • Bacs à sable
  • Points d'eau potable
Infos pratiques
  • Toilettes : non
  • WIFI : non
  • Table à langer : non
  • Distributeur de boisson : non
  • Admission animaux : non
  • Défibrillateur : non
Découvrir
En savoir plus

Un peu d’histoire

Le jardin colonial d’un certain Godefroy Lebeuf, exportateur de plantes exotiques, s’étendait autrefois de l’impasse des Brouillards jusqu’à l’actuel maquis de Montmartre. Le jardin disparu, le marquis Le Franc de Pompignan y édifia une folie en 1772, le château des Brouillards, qui prit le nom d’un ancien moulin de la butte. Cette folie accueillit Gérard de Nerval en 1846, qui tomba sous le charme du village et tenta vainement d’y acquérir la vigne qui se trouvait alors à proximité. Dégradé par l’homme et par le temps, il fut restauré en 1926. C’est à l’emplacement du parc du château qu’on édifia le square Suzanne Buisson. Il célèbre l’action exemplaire de cette résistante, morte en déportation, qui avait élu domicile au n°7 de la rue Girardon.

Se promener

Vous êtes accueillis à l’entrée par une rotonde dans le style art-déco, en pierres de meulières. Le jardin s’étage en terrasses jusqu’à la rue Junot. Au centre du jardin se dresse une statue de Saint-Denis, un emplacement qui n’a rien d’anodin… là aurait coulé l’eau de la fontaine dans laquelle Saint-Denis aurait lavé sa tête après avoir été décapité ! Un jeu de boules et des structures de jeux en font un jardin très fréquenté par toutes les générations montmartroises. Elles aiment se réunir à l’ombre du mail de platanes, des peupliers et des rosiers, ainsi que d’arbres choisis pour leur floraison exceptionnelle : pommiers et cerisiers à fleurs, prunus ‘pissardii’. Un sorbier des oiseleurs se dresse parmi eux. Cet arbre au nom poétique peut vivre jusqu’à 150 ans dans un sol frais et léger et ses fruits pisiformes (de la forme et de la grosseur d’un pois) rouge-corail persistent du mois de juillet au mois de décembre. Leur poids est parfois tel qu’il peut réussir à courber les branches jusqu’à en provoquer la rupture !

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations