Lieu

Square Paul Langevin

Horaires

Du 01/05/2024 au 31/08/2024
Sélectionner une autre période
Lundi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mardi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mercredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Jeudi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Vendredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Samedi
  • 09 h 00 – 20 h 30

Sur place

Équipement
  • Points d'eau potable
  • Aire de jeux
  • Boite à livres
Infos pratiques
  • Toilettes : oui PMR
  • WIFI : oui
  • Table à langer : non
  • Distributeur de boisson : non
  • Admission animaux : non
  • Défibrillateur : non
Labels

Découvrir

En savoir plus

Se promener

Ce jardin particulièrement agréable a été créé en 1868 lors du percement de la rue Monge. Il est adossé à l’imposant mur de l’ancienne école Polytechnique. Un escalier monumental trône au centre. Il est recouvert d’un treillage supportant du lierre et de la renouée du Turkestan particulièrement décoratifs. Vous pouvez vous y reposer sous l’ombrage de magnifiques magnolias à grandes fleurs, mais aussi de superbes sophoras, érables sycomores, frênes et noyers d’Amérique, sans oublier un févier d’Amérique reconnaissable à ses longues épines, près de l’aire de jeux. Ses gousses aplaties et tordues lui ont valu le surnom d’« arbre aux escargots ».
Attardez-vous auprès de sa fontaine (1714), des vestiges de l’ancien Hôtel de Ville brûlé pendant la Commune, ou de l’une des statues. L’une d’elle représente François de Montcorbier, dit Villon (1413-1463 ?), poète lyrique à la vie tumultueuse. Deux statues décapitées gisent dans des niches Renaissance.
Ce square porte le nom du physicien, théoricien du magnétisme, Paul Langevin (1872-1946), contemporain d’Einstein et de Bergson.

Un peu d’histoire

L’école Polytechnique fut créée en 1794 par le Comité de Salut Public, devant le manque cruel de cadres scientifiques et techniques nécessaires à l’équilibre de la jeune république. Elle s’installa tout d’abord dans l’ancien Palais Bourbon et organisa un concours à l’échelle nationale pour recruter ses élèves. Dés cette époque, ils recevèrent une rente, afin de faire tomber tous les obstacles à leur réussite. Quatre cent élèves assistèrent aux premiers « cours révolutionnaires » de l’Ecole Polytechnique, qui ne prit son nom définitif qu’en 1795. Elle devait donner à ses élèves une solide formation scientifique, appuyée sur les mathématiques, la physique et la chimie, qui leur permettrait d’intégrer les services publics de l’Etat.
C’est sous Napoléon que l’école prit un régime militaire, afin de maîtriser leur indiscipline, mais aussi leurs idées politiques, qui déplaisaient fortement à l’empereur. A la même époque, elle s’installa dans les locaux désaffectés du collège de Navarre et du collège de Boncourt, sur la Montagne Sainte-Geneviève, en 1804. Sa devise « Pour la patrie, les sciences et la gloire » inspira de grands destins : le chimiste Gay-Lussac, le prix Nobel de physique Henri Becquerel, les maréchaux Foch et Joffre, de nombreux saint-simoniens, mais aussi Monge, Berthollet, qui accompagnèrent Napoléon en Egypte, et André Citröen.
En 1976, elle quitta les superbes bâtiments de la rue Descartes pour intégrer les locaux plus fonctionnels de Palaiseau, dans la banlieue Sud de Paris.