Ville de Paris

Lieu

Square Léopold Achille

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Horaires
Du 01/09/2022 au 30/09/2022
Sélectionner une autre période
Mardi
  • 08 h 00 – 19 h 30
Mercredi
  • 08 h 00 – 19 h 30
Jeudi
  • 08 h 00 – 19 h 30
Vendredi
  • 08 h 00 – 19 h 30
Samedi
  • 09 h 00 – 18 h 30
Dimanche
  • 09 h 00 – 18 h 30
Sur place
Équipement
  • Aire de jeux
  • Bacs à sable
  • Points d'eau potable
Infos pratiques
  • Toilettes : non
  • WIFI : non
  • Table à langer : non
  • Distributeur de boisson : non
  • Admission animaux : non
  • Défibrillateur : non
Découvrir
En savoir plus

Un peu d’histoire

Le Marais est sans aucun doute l'un des quartiers de Paris les plus marqués par l’empreinte de l’aristocratie parisienne. Qui imaginerait qu’au XVe siècle le somptueux Parc Royal s’étendait sur près de 2 000 m², à la place du petit square Léopold-Achille? Il s’inscrivait dans l’ensemble de la Maison Royale des Tournelles occupée successivement par tous les rois de France depuis 1432 et qui s’étendait sur l’actuelle place des Vosges. Il fut détruit sur ordre de Catherine de Médicis, le parc étant peu à peu livré aux vagabonds. Sa superficie fut réduite à néant avec la construction des nombreux hôtels particuliers qui font aujourd’hui le charme du quartier.
Ce square rend hommage à un ancien conseiller municipal du 3e arrondissement, qui fut aussi adjoint au maire.

Se promener

Le charmant et reposant square Léopold-Achille (1913) borde l’hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau. Il accueille des statues de la façade de l’Hôtel de Ville, incendié pendant la Semaine Sanglante à la fin de la COmmune de Paris (1871), dont une Femme debout.
Le vieux pêcher à fleurs doubles planté en 1910 et devenu dangereux a été remplacé par un jeune arbre de la même variété (Prunus persica ‘Clara Meyer’). Son tronc deviendra  aussi tortueux avec ses fleurs rose vif en pompon. Il abrite également un faux houx (Osmanthus aquifolium) à la silhouette élégante. Découvert au Japon et introduit en 1856, cet arbuste tire son nom du grec qui signifie « fleur à parfum », car sa floraison, tardive (septembre-octobre), est particulièrement parfumée. Ses feuilles coriaces et piquantes rappellent celles du houx ou du chêne vert. Il côtoie d’autres essences comme des ptérocaryas, des platanes, un robinier faux acacia, un arbre de Judée à fleurs blanches, un tulipier et un peuplier de Berlin (Populus x berolinensis). Ce dernier, découvert à Berlin au XIXe siècle, est un peuplier baumier, ses bourgeons sont enduits d’une résine odorante. Les fourmis s’agglutinent volontiers sur ses branches pour la grignoter.
Vous trouverez dans ce jardin un kiosque de garde.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations