Lieu

Jardin Monique Wittig

Horaires

Du 01/05/2024 au 31/08/2024
Sélectionner une autre période
Mardi
  • 24/24 h 
Mercredi
  • 24/24 h 
Jeudi
  • 24/24 h 
Vendredi
  • 24/24 h 
Samedi
  • 24/24 h 
Dimanche
  • 24/24 h 

Sur place

Équipement
  • Points d'eau potable
  • Espace canin
Infos pratiques
  • Toilettes : non
  • WIFI : non
  • Table à langer : non
  • Distributeur de boisson : non
  • Admission animaux : oui en laisse
  • Défibrillateur : non

Découvrir

En savoir plus

Ce petit jardin est réaménagé en 2020 dans la continuité de la Coulée verte Vercingétorix, constituée de plusieurs espaces verts longeant les voies de chemin de fer menant à la gare Montparnasse. Elle rappelle qu'un axe routier, la radiale Vercingétorix, reliant l'autoroute A10 à la gare, avait été projeté  jusqu'à la fin des années 1970.
Auparavant dénommé Brune-Vercingétorix, du nom des rues qui le desservent, ce jardin prend le nom de Monique Wittig (1935-2003), un hommage rendu à l'une des pionnières du féminisme en France. Elle participe, à partir d'octobre 1968, aux nombreux groupes qui formeront le « Mouvement de Libération des Femmes » (MLF). En mai 1970, elle cosigne le texte fondateur « Combat pour la libération de la femme » dans le mensuel l'Idiot international. Le 26 août 1970, en compagnie d’autres féministes, elle dépose à l'Arc de Triomphe de l'Étoile une gerbe à la mémoire de plus inconnue que le soldat inconnu : sa femme. En avril 1971, elle signe le « Manifeste des 343 pour le droit à l'avortement », publié par le Nouvel Observateur. Monique Wittig se définit comme une féministe matérialiste. Selon elle, le féminisme est une lutte économique et politique. Son œuvre  littéraire et théorique a influencé le mouvement féministe et lesbien et influence toujours aujourd’hui les débats de la nouvelle génération.