Lieu

Jardin Louise Talbot et Augustin Avrial

Ce square fait partie du dispositif "Jardin sans tabac", il y est donc interdit de fumer.
Ce square fait partie du dispositif "Jardin sans tabac", il y est donc interdit de fumer.

Horaires

Du 01/05/2024 au 31/08/2024
Sélectionner une autre période
Lundi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mardi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Mercredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Vendredi
  • 08 h 00 – 20 h 30
Samedi
  • 09 h 00 – 20 h 30
Dimanche
  • 09 h 00 – 20 h 30

Sur place

Équipement
  • Points d'eau potable
  • Aire de jeux
Services
  • Jardin sans tabac
Infos pratiques
  • Toilettes : non
  • WIFI : non
  • Table à langer : non
  • Distributeur de boisson : non
  • Admission animaux : non
  • Défibrillateur : non

Découvrir

En savoir plus

Se promener

Ce jardin tout en longueur est un lien verdoyant entre la rue Bréguet et la Villa Macès. La pelouse centrale (298 m²) ouvre la perspective. Elle est bordée d’un côté par des vallonnements ponctués de pins sylvestre, cerisiers et érables champêtre, mêlés à des plantes herbacées qui évoquent la lisière de la forêt. De l’autre côté se déploient des haies d’arbustes. La végétation s’harmonise avec celle de la Villa Macès.
Les murets de pierre brute et blanche qui encadrent les vallonnements contrastent avec les pavés lisses du sol et les façades métalliques des immeubles qui entourent le jardin.La majorité de la surface du jardin (83 %) est perméable, respectant ainsi le plan Pluie. Les allées sont recouvertes soit de dalles entre lesquelles pousse de l'herbe, soit de sols poreux. 
Une aire de jeux (148 m²) accueille les plus petits, avec notamment un toboggan et une structure à grimper.
Pour le confort de tous, les jeux de ballons et les chiens ne sont pas autorisés.
Surface : 913 m². Date de création : 2019

Un peu d'histoire

Le couple militant Talbot-Avrial
Augustin Avrial (1840-1904) et Louise Talbot (x 1923) ont été un couple de militants syndicalistes et ouvriers toute leur vie, et ont participé activement aux évènements de la Commune de Paris (mars à mai 1871).
Habitants du 11e arrondissement, Augustin, mécanicien de profession, est militaire entre 1859 et 1865, Louise est lingère. Alors qu’il travaille à l’usine Étienne Lenoir (rue de la Roquette), ils signent tous deux  en avril 1870 le Manifeste contre la guerre (déclarée à la Prusse) adressé aux travailleurs de tous les pays du monde. Après la proclamation de la République (4 septembre 1870), Augustin devient commandant du 66e bataillon de la Garde nationale dans le 11e arrondissement. Lors de l’insurrection communarde, il est élu au Conseil de la Commune du 11e arrondissement. Il est sur les barricades lors de la Semaine Sanglante en mai 1871 et organise la défense du quartier du Château d’eau (quartier de la place de la République). Contraints à l’exil, Louise est incarcérée, et Augustin, alors à Londres, est condamné à mort par contumace. Amnistiés en 1880, ils continuent leur vie militante, Augustin entamant une carrière d’inventeur et de chef d’entreprise qui le conduit à déposer différents brevets dont une machine à coudre pneumatique ou encore un motocycle à pétrole. Ils sont enterrés au cimetière du Père Lachaise. Leur nom est attribué à ce jardin, créé en 2019, en février 2021.