Square Émile-Chautemps

Horaires

Fermé en ce moment - Réouverture lundi 17 décembre à 08:00

lundi 17/1208:00 à 17:00
mardi 18/1208:00 à 17:00
mercredi 19/1208:00 à 17:00
jeudi 20/1208:00 à 17:00
vendredi 21/1208:00 à 17:00
samedi 22/1209:00 à 17:00
dimanche 23/1209:00 à 17:00
lundi 24/1208:00 à 17:00
Tous les horaires

Tous les horaires

28 octobre 2018 au 28 février 2019
lundi08:00 à 17:00
mardi08:00 à 17:00
mercredi08:00 à 17:00
jeudi08:00 à 17:00
vendredi08:00 à 17:00
samedi09:00 à 17:00
dimanche09:00 à 17:00
1 mars 2019 au 31 mars 2019
lundi08:00 à 18:00
mardi08:00 à 18:00
mercredi08:00 à 18:00
jeudi08:00 à 18:00
vendredi08:00 à 18:00
samedi09:00 à 18:00
dimanche09:00 à 18:00
1 avril 2019 au 30 avril 2019
lundi08:00 à 19:30
mardi08:00 à 19:30
mercredi08:00 à 19:30
jeudi08:00 à 19:30
vendredi08:00 à 19:30
samedi09:00 à 19:30
dimanche09:00 à 19:30
1 mai 2019 au 31 août 2019
lundi08:00 à 20:30
mardi08:00 à 20:30
mercredi08:00 à 20:30
jeudi08:00 à 20:30
vendredi08:00 à 20:30
samedi09:00 à 20:30
dimanche09:00 à 20:30
1 septembre 2019 au 30 septembre 2019
lundi08:00 à 19:30
mardi08:00 à 19:30
mercredi08:00 à 19:30
jeudi08:00 à 19:30
vendredi08:00 à 19:30
samedi09:00 à 19:30
dimanche09:00 à 19:30

Accès

98 bis, boulevard de Sébastopol
75003 PARIS

Transports

Métro

  • Réaumur-Sébastopol, ligne 3,4

Labels

EcojardinQUALIPARIS

Accessibilité

Accessible aux personnes à mobilité réduite

Accessibilité d'usage pour les personnes à mobilité réduite et en situation de handicap sensoriel.

Services

  • Tables de ping-pong : 1
  • Toilettes publiques : 1
  • Wi-fi : 1
  • Points d'eau potable : 1
  • Aire de jeux : 1
  • Boulodrome : 1

Photos

Présentation

Un peu d’histoire

Ce jardin est le premier square de Paris dessiné « à la française », selon la volonté de Napoléon III. C’est au XVIIe siècle que le style « à la française » connut son apogée, représenté par André Le Nôtre, sans conteste le maître par excellence des jardins à la française. Issu d’une longue lignée de maîtres-jardiniers, il avait bénéficié des enseignements du peintre Simon Vouet, ce qui ajouta à son talent naturel. Il réalisa les jardins du château de Vaux-Le-Vicomte pour le ministre de Louis XIV, Fouquet, dont la magnificence fut telle que le roi s’en irrita et jeta Fouquet en prison. C’est à la suite de cet épisode que Le Nôtre dessina le parc du château de Versailles. A cette époque, l’architecte était à la fois chargé de la conception de la maison et du jardin. Il fallait dompter la nature et la façonner à sa guise pour prouver sa supériorité. Une grande unité de style les caractérisait : soulignées par des haies de buis, les allées étaient rectilignes ; S’inspirant de leurs prédécesseurs romains, ils transformaient le buis en véritables œuvres d’art, qui prenaient toutes les formes, jusqu’aux plus extravagantes. C’était l’art topiaire. Ce succès dépassa les frontières du royaume de France et ce furent bientôt toutes les cours du monde qui voulurent leur jardin à la française, jusqu’à l’empereur de Chine et au tsar de Russie ! Ce fut aussi le siècle de la découverte de la glycine, de l’œillet et des asters qui envahissaient les pages des cahiers de dessin des botanistes de l’époque.

Se promener

Une balustrade en pierre de Saint-Ylie entoure le square, qui dévoile des allées régulières ponctuées de marronniers d’Inde en quinconce et d’un tilleul de Crimée esseulé (près de l’entrée, côté boulevard de Sébastopol). L’origine réelle du marronnier d’Inde est restée longtemps inconnue des botanistes qui croyaient tout naturellement que cet arbre provenait de Turquie car les spécimens introduits en Europe étaient cultivés dans ce pays. Il est en réalité apparu pour la première fois en Albanie et au Nord de la Grèce. Apprécié aux XVIIIe et XIXe siècles pour son port aristocratique, il fut introduit en Europe au XVIe siècle, par l’ambassadeur auprès de la cour du sultan de Constantinople, Ogier-Ghislain de Busbecq (1522-1592), qui rapporta aussi le lilas et la tulipe de contrées lointaines. Rapprochez-vous de la balustrade, vous pourrez apercevoir dans cette roche calcaire blanche de nombreux coquillages fossilisés et même des vestiges de coraux !

Les rayons du soleil scintillent au creux des deux bassins, éclairant les visages de deux statues en bronze imposantes conçues par Davioud en 1860 : l’Agriculture et l’Industrie de Gumery (1827-1871) et Mercure et la Musique de Ottin (1811-1867).

Les victoires napoléoniennes de l’Alma (1854), d’Inkermann (1854), de Tchernaia (1855) et de Sébastopol (1855) s’imposent sur une solennelle colonne en granit du Jura, non loin de laquelle vous découvrirez un plus modeste bronze représentant Marc Seguin, par Costa Spourdos (1987).

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.