Square des Saint-Simoniens

Horaires

Ouvert en ce moment

dimanche 18/1109:00 à 17:45
lundi 19/1108:00 à 17:45
mardi 20/1108:00 à 17:45
mercredi 21/1108:00 à 17:45
jeudi 22/1108:00 à 17:45
vendredi 23/1108:00 à 17:45
samedi 24/1109:00 à 17:45
dimanche 25/1109:00 à 17:45
lundi 26/1108:00 à 17:45
Tous les horaires

Tous les horaires

28 octobre 2018 au 28 février 2019
lundi08:00 à 17:45
mardi08:00 à 17:45
mercredi08:00 à 17:45
jeudi08:00 à 17:45
vendredi08:00 à 17:45
samedi09:00 à 17:45
dimanche09:00 à 17:45
1 mars 2019 au 31 mars 2019
lundi08:00 à 19:00
mardi08:00 à 19:00
mercredi08:00 à 19:00
jeudi08:00 à 19:00
vendredi08:00 à 19:00
samedi09:00 à 19:00
dimanche09:00 à 19:00
1 avril 2019 au 30 avril 2019
lundi08:00 à 20:30
mardi08:00 à 20:30
mercredi08:00 à 20:30
jeudi08:00 à 20:30
vendredi08:00 à 20:30
samedi09:00 à 20:30
dimanche09:00 à 20:30
1 mai 2019 au 31 août 2019
lundi08:00 à 21:30
mardi08:00 à 21:30
mercredi08:00 à 21:30
jeudi08:00 à 21:30
vendredi08:00 à 21:30
samedi09:00 à 21:30
dimanche09:00 à 21:30
1 septembre 2019 au 30 septembre 2019
lundi08:00 à 20:30
mardi08:00 à 20:30
mercredi08:00 à 20:30
jeudi08:00 à 20:30
vendredi08:00 à 20:30
samedi09:00 à 20:30
dimanche09:00 à 20:30

Accès

2, rue de la Duée
75020 PARIS

Complément d'adresse

Accès : 147-151 rue de Ménilmontant, 18 passage des Saint-Simoniens

Transports

Métro

  • Pelleport, ligne 3bis

Labels

QUALIPARISEcojardin

Accessibilité

Accessible aux personnes à mobilité réduite

Espace vert dont l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite est limitée à certaines zones.

Services

  • Football : 1
  • Tables de ping-pong : 1
  • Toilettes publiques : 1
  • Points d'eau potable : 3
  • Echiquier : 3
  • Aire de jeux : 2
  • Bacs à sable : 1

Chiens non admis.

Présentation

Un peu d’histoire

Au n°145 de la rue de Ménilmontant s’élevait au XVIIIe siècle une belle propriété avec un vaste jardin. Au XIXe siècle, elle appartenait à Prosper Enfantin qui fut l’un des propagateurs des idées du comte de Saint-Simon (1760-1825), le saint-simonisme.

La propriété de Ménilmontant fut le centre spirituel du saint-simonisme et le berceau de leur doctrine, le "Nouveau christianisme". Leur mode de vie extravagant attirait les Parisiens, qui en avaient fait leur nouveau lieu de promenade. On y voyait d’étranges ballets d’hommes en uniforme (pantalon blanc l’été, bleu l’hiver, gilet blanc boutonné dans le dos en signe de solidarité, béret basque rouge et barbe de rigueur) se livrant à des rites insolites. Le compositeur Félicien David y écrivit plusieurs oeuvres. Leurs idées étaient novatrices : abolition des privilèges, fusion entre les peuples, égalité entre les hommes et les femmes... Leur influence grandissante inquiéta les autorités. Certains adeptes furent condamnés à de la prison et la société fut dissoute. Le saint-simonisme était officiellement mort. Mais la pensée saint-simonienne survécue.

Les idées visionnaires et progressistes du saint-simonisme soulevèrent une foule de questions nouvelles, influençant considérablement la société du 19e siècle en pleine mutation. C’est par exemple grâce aux plans des polytechniciens saint-simoniens, qui en eurent l’idée dès 1820, que le Canal de Suez vit le jour en 1869. Ils eurent également l'idée du tunnel sous la Manche. Le père du positivisme, Auguste Comte (1798-1857), s'y intéressa tout particulièrement en tant qu'ancien secrétaire du Comte de Saint-Simon, tout en restant étranger au mouvement. Le saint-simonisme, qui compta dans ses rangs des ouvriers, des économistes, des sociologues, des banquiers, des hommes politiques, des scientifiques, des industriels, n’eut pourtant que 7 ans d’existence active (1825-1832). Parmi les plus célèbres représentants, les frères Pereire ont fondé en 1852 la 1ère banque d'affaire, qui entraîna la création du CIC, de la Société Générale, du Crédit Lyonnais... C'est là toute l'ambiguïté d'un mouvement qui prona l'idéal socialisme tout en contribuant à fonder une société capitaliste.

Le saint-simonisme passionne encore aujourd’hui des chercheurs du monde entier qui le considère comme l’ancêtre du socialisme.

Se promener

L’eau d’une fontaine abstraite et ronde de Raedecker (1989) murmure non loin d’un mail de cerisiers à fleurs. Rosiers, plantes vivaces et compositions florales se mêlent aux tulipes qui explosent de mille couleurs au printemps. Des clérodendrons offrent leurs fleurs parfumées et leurs petits fruits bleus en automne.

Peu de personnes pourraient se douter que cette simple et jolie fleur a déchaîné les passions aux Pays-Bas. En 1636, on raconte qu’un pied de tulipe s’échangea à Amsterdam pour un prix quatre fois supérieur à celui de la « Ronde de Nuit » de Rembrandt ! Meurtres, prix délirants, le pays fut saisi d’une fièvre qui fut appelée la « tulipomania ». On se mit à spéculer, à vendre des bulbes de tulipe dans les arrières-boutiques. Cette fleur fut côtée à la bourse d’Haarlem. Des fortunes colossales se bâtirent en quelques semaines…jusqu’au krach, un an plus tard.

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.