Ouvrir la recherche
Équipement

Jardin Françoise-Giroud

Mise à jour le 17/10/2019

Horaires

 

samedi 19/10 00:00 à 23:59
dimanche 20/10 00:00 à 23:59
lundi 21/10 00:00 à 23:59
mardi 22/10 00:00 à 23:59
mercredi 23/10 00:00 à 23:59
jeudi 24/10 00:00 à 23:59
vendredi 25/10 00:00 à 23:59
samedi 26/10 00:00 à 23:59
dimanche 27/10 00:00 à 22:59

Accès

Jardin Françoise-Giroud
4 place d'Italie
75013 Paris
Complément d'adresse

terre-plein central de la place d'Italie

Métro
Place d'Italie, ligne 5,6,7
Velib
Station 13008, face 2 place d'italie
Station 13010, face 11 place d'italie
Station 13106, 17 rue bobillot

Labels et signalétiques

Accessibilité

  • Accessible aux personnes à mobilité réduite

Contact

Nom : Jardin Françoise-Giroud

Services

  • Points d'eau potable : 1

Les extras

Chiens tenus en laisse autorisés dans les allées.

Photos

Présentation

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Se promener
Isolé de la circulation de la place par sa situation en décaissé, il est formé essentiellement de jardinets plantés de rosiers ‘Manou Meilland’ aux splendides tons de rose et de décorations florales serpentant sur les talus. Leurs dessins se font écho, d’un espace à l’autre, enveloppant harmonieusement le bassin central. L’eau d'une petite fontaine en marbre, « Avant le bain » par Louis d'Ambrosio (1926) murmure, berçant les journées monotones de la statue en bronze du Maréchal Juin par André Greck (1983).
Un peu d’histoire
Le mur d’enceinte des fermiers généraux passait autrefois sur ce qui est aujourd’hui la place d’Italie. Cette enceinte fiscale fut édifiée en 1787, sous le règne de Louis XVI. Elle devait permettre aux fermiers généraux, qui étaient chargés de percevoir les taxes d’entrée dans la capitale (octroi), de limiter les fraudes. Elles étaient monnaie courante depuis la destruction de l’enceinte de Louis XIII, qui avait été remplacée par de simples bornes en bois, facilement contournables. L’impopularité du mur fut telle, qu’en 1789, les Parisiens tentèrent de l’incendier et de le détruire à coups de pioches, mais sans succès, car le premier maire de Paris, Bailly, s’empressa de le faire réparer.