Ouvrir la recherche
Équipement

Jardin du Musée Carnavalet

Mise à jour le 21/02/2020

Horaires

 

samedi 22/02 ouvert 24h/24
dimanche 23/02 ouvert 24h/24
lundi 24/02 ouvert 24h/24
mardi 25/02 ouvert 24h/24
mercredi 26/02 ouvert 24h/24
jeudi 27/02 ouvert 24h/24
vendredi 28/02 ouvert 24h/24
samedi 29/02 ouvert 24h/24
dimanche 01/03 ouvert 24h/24

Tous les horaires

27 octobre 2019 au 29 février 2020
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
1 mars 2020 au 28 mars 2020
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
29 mars 2020 au 30 avril 2020
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
1 mai 2020 au 31 août 2020
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
1 septembre 2020 au 30 septembre 2020
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24

Accès

Jardin du Musée Carnavalet
Entre la rue des Francs-Bourgeois et le 23 rue de Sévigné
75003 PARIS
Métro
Saint-Paul, ligne 1
Velib
Station 3013, 36 rue de sevigne
Station 3002, 26 rue saint gilles
Station 4010, 105

Contact

Nom : Jardin du Musée Carnavalet

Services

Les extras

headerPic : 69123

Présentation

Accessibilité d'usage pour les personnes à mobilité réduite et en situation de handicap sensoriel Un peu d'histoire Ce bel hôtel particulier du Marais fut construit par Nicolas Dupuis et décoré par Jean Goujon (1510-1566) pour Jacques de Ligneris, président du parlement de Paris. Modifié par la suite par François Mansart (1598-1666), il ouvrit ses portes à de multiples locataires et propriétaires : Madame de Sévigné de 1677 à 1696, qui disait de l'endroit qu'il avait "un bel air, une belle cour, un beau jardin, un beau quartier", l'Ecole des Ponts et Chaussées, et bien d'autre encore, avant d'être acheté par la Ville de Paris en 1866. L'idée d'y installer un musée fut rapidement mise en oeuvre, mais il devait être éphémère et l'hôtel de Ligneris accueillit après les incendies de la Commune la bibliothèque de la Ville de Paris (1871). Un musée consacré à l'histoire de Paris en était alors à ses balbutiements dans une aile de l'hôtel. Mais c'est en 1897 que Félix Faure inaugura finalement le musée officiel de l'histoire de Paris, dont Georges Cain fut le conservateur. Le jardin du musée est très représentatif des jardins « à la française » : une variété naine de buis a ici été taillée en broderies. Les broderies seraient apparues en France en 1582. Il s'agissait de reproduire les dessins des costumes brodés de l'époque. Au 17ème siècle, la broderie était codifiée : les parterres contenaient des figures de buis nains représentant des feuillages et des fleurons imitant les décors des tissus. Le fond des parterres devait être labouré et la terre de couleur noire, ou bien recouverte de brique pilée ou de machefer. Le parterre lui-même était entouré de plate-bandes de fleurs ou d'arbrisseaux toujours verts. Vous retrouverez toutes ces conditions dans ce jardin. Se promener Vous reconnaîtrez les bordures de buis* qui forment des motifs, plantés sur leur pourtour de fleurs annuelles ou bisannuelles. Les autres intervalles sont garnis de brique pilée de couleur rouge et les bordures extérieures sont tapissées de lierre. *Chez les Grecs, le buis était consacré à Hadès, le dieu des Enfers, car son feuillage persistant évoquait la continuité de la vie pendant l'hiver. Les Grecs furent les premiers à introduire le buis, originaire d'Asie, en Méditerranée, pour son bois de très grande valeur. Les colons grecs plantèrent notamment de nombreux spécimens dans la ville de Pyxous, qui tira son nom du nom grec du buis (pixos) et se transforma en l'actuelle Policastro, en Campanie (Italie). La tradition de cette culture se perpétue encore de nos jours dans cette ville.
Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.